Analyse
Quelles sont les grandes lignes du programme politique de Trump ? il y a 8 mois - mardi 24 janvier 2017
Avec quelles conséquences pour l’économie et pour vos placements ?
Quelles sont les grandes lignes du programme politique de Trump ?

Quelles sont les grandes lignes du programme politique de Trump ?

Le programme de Trump comporte des éléments pouvant renforcer la dynamique de l’économie américaine, déjà dans une position favorable, avec notamment le plein-emploi. Les actions américaines ont toujours une valorisation intéressante et peuvent représenter 10% de votre portefeuille.
Privilégiez les fonds DPAM CAP B Equity US Dividend, iShares Core S&P 500 ETF et LM CB US Large Cap Growth.

Des réformes fiscales

La fiscalité des entreprises et des ménages évoluera ces prochains mois aux USA. C’est une volonté commune du nouveau président et des élus républicains qui contrôlent le Congrès. Pour les ménages, ils proposent de réduire le nombre de tranches fiscales de 7 à 3 et de diminuer le taux d’imposition maximale de 39,6% à 33%. Réduire la pression fiscale sur les sociétés est aussi l’objectif de Donald Trump et des parlementaires républicains. Mais si le premier veut un taux de taxation à 15%, contre 35% aujourd’hui, les seconds préconisent 20%. La nouvelle administration Trump entend également rapatrier les bénéfices détenus à l’étranger par les sociétés américaines. Par une amnistie fiscale, sur base volontaire ou obligatoire, et plus ou moins avantageuse selon les projets, l’opération vise à injecter dans l’économie américaine une partie des 2 600 milliards d’euros qui dorment à l’étranger.

Made in America

Le deuxième grand objectif est de stimuler l’emploi américain, et donc de favoriser la production sur le territoire national. Depuis son élection, Trump multiplie les mises en garde contre les entreprises qui privilégient l’étranger pour produire les biens qu’elles vendent aux USA. Suite à ces attaques, plusieurs sociétés ont déjà annoncé des investissements sur le sol américain et promis des milliers d’emplois. Mais il faudra plus que des tweets pour changer le visage industriel et commercial des USA. Trump en a conscience et veut être un président pro-business. Il entend donc réduire les lourdeurs administratives qui compliquent la vie des entrepreneurs. Peu sensible au changement climatique, il veut lever un maximum de barrières qui freinent le développement du secteur énergétique. Il a aussi annoncé un retour des droits de douane pour favoriser la production sur le sol américain.

Solder le passé

L’Obamacare, le programme obligatoire d’assurance maladie, sera détricoté.
La présidente de la Fed, J. Yellen, ne devrait pas recevoir un nouveau mandat début 2018.
Et au niveau des relations commerciales, Trump veut donner une nouvelle orientation à la politique américaine. Les pays comme la Chine et le Mexique, qui ont pleinement profité de l’ouverture des frontières pour attirer les entreprises américaines, sont dans la ligne de mire. Donald Trump veut restaurer d’importants tarifs douaniers, comme une taxe de 35% sur les voitures produites au Mexique, pour favoriser la production nationale. Est-ce un coup de bluff pour obtenir des concessions des partenaires commerciaux et inciter les entreprises à produire aux Etats-Unis, ou réellement son intention ? Sans doute un peu des deux. Si le bluff ne fonctionne pas, il risque de prendre des mesures protectionnistes.

Positif, au moins à court terme

Les premières mesures annoncées seront positives pour l’activité économique des prochains mois. La baisse des impôts renforcera les revenus disponibles et la consommation des ménages. La baisse de la fiscalité, le rapatriement des bénéfices et les incitations à produire aux USA, favoriseront les investissements. Ceux-ci pourraient en outre bénéficier du renouveau du secteur énergétique américain si le prix du pétrole continue de se redresser. Et au final, la croissance américaine devrait être supérieure à 2% en 2017. A moyen terme, par contre, l’impact des politiques de Trump est plus incertain. La volonté affichée par les entreprises d’investir davantage aux USA et d’augmenter les embauches devra se concrétiser. Trump devra aussi tenir ses promesses, tant au niveau de la fiscalité et des barrières administratives, qu’au niveau de son programme à 1 000 milliards de dollars pour remettre à flot les infrastructures. Et si son discours agressif au niveau du commerce international peut être positif pour les USA, il peut aussi déboucher sur une guerre commerciale contre-productive.

Partagez cet article