Analyse
En février, au Royaume-Uni, les ventes de détail ont rebondi de 1,4%. il y a 5 mois - vendredi 24 mars 2017
Elles avaient reculé au cours des trois mois précédents.

L’économie britannique est toujours suffisamment dynamique pour que notre portefeuille équilibré  contienne encore 15% de placements en actions britanniques.

Par rapport à un an plus tôt, la croissance des ventes en février a été de 3,7% contre seulement 1% en janvier. Une très bonne nouvelle. Car ces derniers trimestres, si l’économie britannique est restée dynamique malgré l’inconnue du Brexit, c’est grâce à la forte consommation (les entreprises hésitent à investir, dans l’attente de la finalisation du divorce entre leur pays et l’Union européenne).

Mais si ce rebond de février rassure, la baisse des trois mois précédents est aussi un signe que le consommateur n’est pas sans insouciance. La dernière enquête montre d’ailleurs qu’il n’a plus été aussi pessimiste concernant ses perspectives financières depuis 2013. Et si la faiblesse du chômage (4,7% en janvier) favorise les ménages, leur pouvoir d’achat est par ailleurs pénalisé par l’inflation (1,8% en janvier, 2,3% en février, à son sommet depuis septembre 2013, poussée par les prix énergétiques).

 

Partagez cet article