Analyse
En mars, au Royaume-Uni, l’inflation est restée élevée, à 2,3% il y a 6 mois - mercredi 12 avril 2017
La faiblesse de la livre sterling commence à faire pression sur les prix à la consommation.

Nous restons néanmoins présents sur la Bourse de Londres. Vous pouvez y investir 15% de votre portefeuille équilibré  via le fonds Threadneedle UK Equity Income Fund GBP.

En mars, alors que dans la plupart des pays de la zone euro, l’inflation a reculé par rapport aux pics de février, au Royaume-Uni ce repli n’a pas eu lieu. En cause : la hausse de prix des produits importés, et principalement ceux des boissons et denrées alimentaires (qui touchent donc d’abord les plus démunis).

L’inflation britannique actuelle évolue plus rapidement que les revenus des ménages : la hausse des revenus hebdomadaires des ménages est de 2,2% et à tendance à ralentir. 

L’érosion du pouvoir d’achat est donc limitée mais réelle. Et ce alors que le matelas de sécurité des ménages britanniques est très mince : en 2016, leur taux d’épargne est tombé à 3,3% (au plus bas en 60 ans). Et la consommation commence à souffrir : les ventes de produits non-alimentaires viennent de connaître leur plus forte chute depuis six ans.

Le Brexit ne va pas favoriser l’investissement et le commerce extérieur. Et alors que les ménages restent le moteur de la croissance, l’érosion de leur pouvoir d’achat et de leur épargne finira par peser sur la consommation. 

 

Partagez cet article