Analyse
Les dernières statistiques confirment les difficultés économiques du Royaume-Uni il y a 4 mois - jeudi 10 août 2017
L’économie britannique a brusquement marqué le pas au deuxième trimestre.

Les pénibles négociations avec l’Union européenne sur le Brexit pénalisent l’activité. Cela sera encore le cas au second semestre et même au-delà de cette année.
Mais la Bourse de Londres abritant surtout des grandes entreprises internationales, elle reste intéressante. Vous pouvez y investir 15% d’un portefeuille équilibré au travers du fonds Threadneedle UK Equity Income Fund GBP.

La croissance économique britannique du premier au deuxième trimestre semble bien s’être limitée à 0,3%. Et tous les secteurs économiques sont concernés.
Car si la production industrielle a rebondi de 0,5% de mai à juin, c’est uniquement grâce à la production pétrolière qui a tourné à plein régime en prévisions des habituels entretiens de l’été; sur l’ensemble du trimestre, elle a reculé de 0,4%. La production d’équipements de transport a particulièrement souffert (-2,2%). Le secteur auto ayant beaucoup à perdre du Brexit, les constructeurs freinent leur activité au Royaume-Uni en attendant l’issue des négociations. Enfin, dans le secteur de la construction, l’activité a baissé en juin pour le troisième mois consécutif; du 1er au 2e trimestre, elle a reculé de 1,3%.
Au niveau du commerce extérieur, la balance commerciale s’est fortement détériorée en juin, (déficit à 4,6 milliards de livres contre 2,5 milliards en mai et 3,6 milliards un an plus tôt). Les exportations ont reculé (-0,7%) et le montant des importations a atteint un sommet (+3,3%); la baisse de la livre ne dynamise pas les ventes à l’étranger mais fait exploser la facture des biens importés.

Partagez cet article