Analyse
La semaine sur les marchés il y a 4 mois - vendredi 8 septembre 2017
Le Bel 20 s’est adjugé 0,7%, soutenu par la progression du cours d’Engie (+4,5%). De son côté, l’euro s’est encore raffermi de 1,7% par rapport au dollar.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

Après un début de semaine dans le rouge, sur fond de tensions avec la Corée du Nord, la tendance boursière s’est finalement inversée. Les actions américaines n’accusent qu’un léger repli, le Stoxx Europe 50 terminant la semaine quasi stable. Le Bel 20 s’est adjugé 0,7%. Au centre des attentions aussi, l’euro, qui s’est encore raffermi de 1,7% par rapport au dollar.

Dans le détail, voici les évolutions observées ce vendredi midi, sur la semaine :
– Bel 20 : +0,7%
– Stoxx Europe 50 : +0,1%
– S&P 500 (Etats-Unis) : -0,5%
– Nasdaq (Etats-Unis) : -0,6%
– Euro : 1,21 dollar (+1,7%)
– Taux belge à 10 ans : 0,70% (0,71% la semaine dernière)

BELGIQUE : MIEUX QUE LA MOYENNE

Bruxelles s’est un peu mieux porté que la moyenne. Ce vendredi en début d’après-midi, le Bel 20 affichait une progression hebdomadaire de 0,7%.

La baisse généralisée des valeurs financières (Ageas -2%, ING -1,4%, KBC -1,5% ; conservez les trois), déçues par les décisions de la Banque centrale européenne (BCE) en termes de politique monétaire, a pu être compensée par quelques très belles prestations individuelles.

Le Bel 20 a en effet pu profiter de la belle progression d’Engie (+4,5% ; achetez). La part limitée des actions mises en vente par l’Etat français ainsi que la décote très faible avec laquelle s’est faite l’opération ont rassuré les investisseurs. Umicore (+4,6% ; achetez) a aussi aidé. Son cours n’est à nouveau plus très loin de ses sommets historiques. Malgré un rendement engrangé de 23% depuis le début de l’année, nous vous conseillons toujours d’acheter au vu du positionnement du groupe dans des marchés promis à de belles croissances.

Au niveau de l’actualité des sociétés, la saison de publication des résultats semestriels touche à sa fin. Le holding Brederode (conservez) a vu son portefeuille évoluer positivement, mais sans grandes étincelles sur le 1er semestre. Sofina (vendez) a, quant à lui, enregistré une progression de son portefeuille plus en ligne avec les marchés, mais la décote affichée (environ 20%) nous paraît très faible d’un point de vue historique. Pour la biotech ThromboGenics (vendez), les ventes semestrielles ont affiché, sans surprise, un nouveau recul (-33%). Le groupe devra probablement lever de nouveaux capitaux l’année prochaine pour poursuivre ses recherches désormais focalisées sur les maladies de l’œil liées au diabète.

Dans l’immobilier, la SIR Aedifica (vendez) a, une fois de plus, aligné des bons résultats pour son exercice 2016-2017, poussés par l’expansion de son portefeuille dans les maisons de repos. Mais, après la très belle progression de cours des deux dernières années (+55%), Aedifica est aussi une des SIR les plus chères du marché.

En dehors des résultats semestriels, Nyrstar (conservez) travaille toujours au rééchelonnement de sa dette, toujours beaucoup trop lourde. Il lancera prochainement sur le marché une nouvelle obligation destinée à faire face à une dette échéant en 2018 et en postposer ainsi le remboursement à 2024.

Parmi, les mouvement de cours significatifs au niveau des actions belges que nous conseillons d’acheter, outre Umicore, épinglons le rebond de plus de 2% d’EVS (achetez) qui avait chuté de 5,8% la semaine passée, dans le sillage des déclarations mitigées de son management, obligé de composer avec les budgets sous pression de ses clients.

Enfin, la palme de la volatilité de la semaine revient au spécialiste des systèmes de refroidissement et de dépollution de l’air Hamon (vendez). Après un gain de 27% en deux jours, la publication des résultats est venue rappeler la réalité aux investisseurs : le groupe reste en perte, dans une situation précaire et les effets des réductions de coûts ne montreront leurs pleins effets qu’en 2018. Au final, sur la semaine, le cours ne progresse plus que de 5%.

ZONE EURO : STATU QUO MONETAIRE

Jeudi, la BCE a opté pour le statu quo, en maintenant son principal taux directeur à 0%. L’attentisme de la BCE peut surprendre, alors qu’elle vient de revoir ses prévisions de croissance économique à la hausse. Mais la hausse de l’euro pourrait peser sur l’inflation, ce qui inquiète quelque peu nos autorités monétaires. Une remontée durable des taux d’intérêt n’est donc pas pour tout de suite et les obligations en euro resteront un bon moment encore peu intéressantes.
Pour un placement sans risque de longue durée (au moins huit ans), privilégiez toujours une bonne assurance-épargne.

Préférant voir les taux remonter plus vite, les valeurs financières ont reculé. C’est le cas notamment d’AXA (-2,1% ; achetez) et UBS (-1,1% ; achetez). Profitez du recul de ces deux actions pour les acquérir à bon compte.

Le secteur automobile européen a par contre progressé de 2,8% sur la semaine, après l’annonce de bons chiffres de ventes pour le mois d’août (+4,9% selon un cabinet indépendant) et plusieurs avis positifs d’analystes.
Le constructeur allemand BMW (achetez) s’est notamment distingué (+4,4%). Cela réduit sa perte, depuis le début de l’année, à un peu moins de 7%. Le cours, qui n’intègre pas encore suffisamment les derniers bons résultats, a encore une belle marge de progression. Le rendement sur dividende, 4,3%, est attrayant aussi.

LES BOURSES AMERICAINES EN LEGERE BAISSE

Aux Etats-Unis, si l’inquiétude des investisseurs a baissé d’un cran en milieu de semaine après que Républicains et Démocrates se soient mis d’accord pour relever le plafond de la dette fédérale, les actions n’en sont pas moins restées en territoire négatif.

Le secteur pétrolier, toutefois, s’est apprécié de 0,2%, profitant de la hausse du pétrole alors que les raffineries mises à l’arrêt par l’ouragan Harvey sont relancées. Le redémarrage des raffineries permettra une hausse de la demande d’or noir. Au sein de ce secteur, achetez Exxon (+3,2%), Chevron (+2,8%) et Repsol (Bourse de Madrid ; +1%).

Plus globalement, c’est surtout la hausse de l’euro, et par conséquent la baisse du dollar, qui pèse ces derniers mois sur le rendement des actions américaines. Suite à la réunion de la BCE jeudi, l’euro s’est encore apprécié face au dollar, atteignant même en séance le cours de 1,21 dollar pour 1 euro. Profitez du dollar plus faible pour acheter des actions américaines à bon compte. Découvrez les fonds d’actions américaines que nous recommandons, à concurrence de 10% de votre portefeuille d’investissement.

Partagez cet article