Analyse
Brexit : progrès suffisants il y a 6 mois - vendredi 8 décembre 2017
Le Royaume-Uni parvient enfin à un accord sur les conditions de son départ.
Brexit : progrès suffisants

Brexit : progrès suffisants

La livre reste sous-évaluée et constitue un des éléments justifiant notre intérêt pour les actions britanniques. Consultez notre stratégie pour plus d’information.

Neuf mois après la lettre de Londres annonçant la sortie du pays de l’Union européenne, le Royaume-Uni est enfin parvenu à un accord sur les conditions de son départ.
Après un accord sur les droits des citoyens et sur le calcul des montants dus par Londres dans la cadre du Brexit, restait à trancher l’épineuse question de l’Irlande du Nord. Si toutes les parties concernées (Londres, Dublin, Belfast et Bruxelles) souhaitaient une frontière ouverte entre la République d’Irlande et le Nord de l’île (partie du R-U), permettre le statu quo alors que l’Irlande du Nord s’apprête à quitter le marché commun n’a en effet rien d’évident.

L’accord trouvé prévoit donc que Londres continuera à chercher une solution acceptable pour tous à ce problème, mais prévoit aussi et surtout qu’en l’absence de solution, le Royaume-Uni se conformera aux règles du Marché commun et de l’Union douanière.
En d’autres mots, sans un accord sur le sujet, on s’orienterait vers un Brexit soft où le R.-U. quitterait l’UE mais resterait membre du marché unique.

A cela s’ajoute le feu vert pour le début des négociations pour une période de transition de deux ans supplémentaires qui laisserait plus de temps au Royaume-Uni pour négocier un accord de libre-échange avec l’UE, sous des conditions bien précises. Pendant cette période, le pays garderait ses droits, mais aussi ses devoirs, comme s’il s’agissait d’un pays membre.

Il s’agit au final de solutions pour lesquelles plaidaient bien des Britanniques modérés et entreprises, et qui ne déplairont certainement pas aux marchés.

Véritable baromètre des rapports entre l’UE et le Royaume-Uni, la livre a été très affaiblie ces derniers mois. Le passage à une 2e phase de négociations et l’accord sur une période de transition devraient lui rendre des couleurs.

Partagez cet article