Analyse
Le discours de la BCE évolue il y a 4 mois - vendredi 9 mars 2018
La BCE ne promet plus de venir au secours de l’économie en cas de nécessité.

C‘est le début d’une lente et longue normalisation, mais qui a néanmoins poussé l’euro vers le haut, au-dessus du seuil de 1,24 USD.

Si la bonne forme de l’économie de la zone euro n’est pas encore de nature à persuader la BCE de changer sa politique monétaire, elle l’a poussé à un peu modifier son discours. Pour la première fois, elle abandonne la promesse de faire davantage pour venir en aide à l’économie en cas de nécessité.

Si les marchés s’attendent depuis un certain temps à un resserrement des conditions de crédit, la suppression de ce passage donne en tout cas le signal d’un début de normalisation et ferme la porte à tout nouvel assouplissement. Il s’agira cependant d’une normalisation extrêmement lente. Les rachats mensuels d’obligations (30 milliards par mois) se poursuivront au moins jusque septembre et peut-être au-delà, à un rythme réduit.
La première hausse des taux directeurs n’aura lieu que bien après la fin des rachats, et pas avant 2019.
La réduction du bilan se fera ensuite de manière progressive, tout un gardant un œil sur les indicateurs économiques.

Partagez cet article