News
L’Afrique du Sud fait trembler le secteur minier il y a 4 mois - jeudi 20 juillet 2017
Des nouvelles règles imposées par le pays inquiètent les entreprises minières.

Dans nos portefeuilles dynamiques et équilibrés, nous conseillons d’investir 5% en Afrique du Sud via le tracker iShares MSCI South Africa. Et nous ne changeons rien à ce conseil. Car le poids du secteur minier dans ce tracker est limité à quelques pour cent. Son rendement dépend surtout de la situation économique et politique en Afrique du Sud. Pour le moment, les risques y sont donc élevés. Mais pour long terme, le pays a suffisamment d’atouts (ressources naturelles, porte d’accès au continent africain…).

Les entreprises minières présentes en Afrique du Sud ont douze mois pour se conformer à de nouvelles règles. Elles devront être aux mains d’investisseurs de race noire à hauteur de 30% au moins contre 26% auparavant, et même de 50% pour les nouveaux projets miniers. Les entreprises minières internationales seront obligées de verser 1% de leur chiffre d’affaires dans le pays à l’agence pour la transformation minière qui reversera l’argent à la population locale.

Les entreprises minières ont décidé de contester la nouvelle réglementation devant les tribunaux, ce qui n’a pas empêché une vente massive des actions minières en juin. En raison de l’incertitude politique dans le pays, une énorme vague de vente a même suivi sur l’ensemble de la Bourse de Johannesbourg, qui a cédé 2,7%.

En ce qui concerne plus précisément les actions minières, les investisseurs craignent un arrêt des investissements et une dilution quand de nouvelles actions seront émises, pour permettre aux investisseurs de race noire de porter leur participation à 30%. Et si les sociétés doivent verser 1% de leur chiffre d’affaires, cela représentera autant d’argent en moins pour le dividende…

 

Partagez cet article