Analyse
Cockerill Sambre : le bon de complément de prix perd toute valeur il y a 15 ans - vendredi 21 décembre 2001

COCKERILL SAMBRE : LE BON DE COMPLEMENT DE PRIX PERD TOUTE VALEUR

La fusion des sociétés sidérurgiques Arbed, Usinor et Aceralia (voyez p. 8) en une nouvelle entité, Arcelor, n'est pas sans conséquences pour les anciens actionnaires de Cockerill Sambre (CS). Le bon de complément de prix qu'ils ont reçu lors de la reprise de CS par Usinor a en effet perdu toute valeur.

Rappel des faits

Lors de la reprise de Cockerill Sambre par le français Usinor, en 1999, ce dernier a payé un prix de 3,76 euros par action à la Région wallonne, actionnaire principal de CS. L'offre publique lancée par la suite par Usinor vous a donné droit à 4,09 euros, ce même montant majoré des dividendes. La Région wallonne a toutefois conservé une participation de 25 % dans CS, susceptible d'être revendue plus tard, et à meilleur prix, à Usinor. C'est la raison pour laquelle un bon de complément de prix vous a été remis en échange de vos actions CS. Dans l'hypothèse d'une telle vente, ce bon vous aurait donné droit entre février 2006 et mai 2007 à un montant en liquide.

Que s'est-il passé ?

Suite à la fusion d'Arbed, Usinor et Aceralia en Arcelor, la Région wallonne reçoit en échange des 25 % toujours détenus dans CS une participation de 8 % dans Usinor. Mais le cours d'Usinor ayant chuté, comme toutes les autres actions sidérurgiques d'ailleurs, la contre-valeur ne revient qu'à 3,39 euros par action CS détenue, soit moins encore que les 3,76 euros perçus en 1999. Conséquence logique : le bon de complément de prix a perdu toute valeur. Et vu que les conditions fixées à l'époque ont été respectées à la lettre, on ne peut rien y faire. Il ne vous reste donc qu'à jeter vos bons de complément de prix à la poubelle. S'ils étaient conservés sur un compte titres, vérifiez que votre banque ne vous réclamera plus aucun frais de garde dès l'année prochaine.

 

Partagez cet article