Analyse
La semaine en Bourse il y a 6 ans - lundi 17 janvier 2011

La réussite des émissions obligataires massives au Portugal, en Italie et en Espagne, trois pays dont les finances publiques sont dégradées, a littéralement dopé les Bourses la semaine passée.


• La semaine passée, l’émission de dette réussie par le Portugal a soulagé les investisseurs qui craignaient un désintérêt pour ce papier. La demande a été plus forte qu’attendu et les étrangers se sont massivement portés acquéreurs. Pour autant, cette réussite ne règle en rien les problèmes du pays qui, selon nous, devra tôt ou tard faire appel aux capitaux européens et du FMI. L’Espagne et l’Italie ont également rassuré les marchés en réussissant leurs émissions obligataires. L’atmosphère s’est aussi détendue après que le Japon a annoncé vouloir se porter acquéreur de plus de 20 % des obligations qu’émettra le Fonds européen de stabilité dans les prochains jours.

• La décrispation a profité surtout aux valeurs financières, très exposées aux dettes souveraines. Les banques européennes ont gagné 4,5 %, tandis que le secteur des assurances-vie progressait de 4,8 %.
Le Stoxx Europe 50 a gagné 1,4 %, entraînant le S&P 500 (+1,7 %). Bruxelles a grappillé 0,6 %. Les Bourses des pays périphériques ont été à la fête, avec un gain de 8,6 % pour Madrid, 4,5 % pour Milan et 2,4 % pour Lisbonne. Les banques locales se sont distinguées, avec un bond de 13,4 % pour Santander (conservez), 16,5 % pour BBVA et 5,4 % pour BCP (conservez). Les semi-conducteurs ont progressé de 1,4 %.

• Les premiers résultats trimestriels sont tombés aux Etats-Unis : Alcoa (-2,7 %), Intel (+2 %, achetez) et JP Morgan (+2,9 %) ont annoncé des chiffres supérieurs aux attentes.

Partagez cet article