Analyse
Philips : la renaissance ? il y a 4 ans - mardi 24 septembre 2013

Le groupe industriel néerlandais relève ses objectifs pour 2016, en dépit d’un environnement toujours difficile. C’est plutôt encourageant. Mais est-ce pour autant un signal d’achat ?

Les progrès de Philipe sont réels : sa marge est stabilisée, ses objectifs de croissance sont tenables. Mais la Bourse les surévalue. Philips reste en convalescence et, compte tenu de la concurrence sur ses marchés et du contexte économique, il n’est pas le mieux armé pour gagner des parts de marché. Le cours va pâtir de ses piètres performances et les nouveaux rachats d’actions n’y changeront pas grand-chose.
L’action est chère.
VENDEZ.

 

Pour investir dans l’industrie, achetez l’action américaine General Electric. Elle est bon marché et les perspectives de croissance de la société sont bien plus attrayantes.

 

Délestage

Philips s’est délesté de ses activités déficitaires pour se concentrer sur trois gros pôles : santé, éclairage et produits grand public. Il a ainsi allégé son organigramme et réduit ses coûts et il pourra normalement atteindre ses objectifs 2013. Certes, il table sur le bas de la fourchette (une marge opérationnelle de 10 %). Mais ainsi allégé, il compte renouer avec la croissance et faire grimper, d’ici 2016, sa marge opérationnelle de 1 à 2 % par an. Des objectifs encore modestes mais qui signent la fin de la dégringolade.

 

Les moyens d’une relance ?

Le marché de l’éclairage est prometteur, grâce à la protection de l’environnement et l’essor des lampes LED (faible consommation). Philips, n°1 mondial du secteur, compte sur ces bonnes perspectives pour relancer le groupe mais les investissements à consentir sont très élevés (élément qui a récemment conduit Siemens à se séparer d’Osram, numéro deux mondial du secteur). Philips a choisi d’assumer et d’y investir des sommes élevées, soit plus de trois fois son résultat attendu en 2013. Jusqu’ici, le fruit de ce programme peine à se faire sentir et les marges de la division restent trop faibles (2,2 % en 2013). A moyen terme, Philips n’est pas menacé car son endettement est faible (les cessions ont compensé les pertes opérationnelles). Mais la relance prendra du temps.

 

Cours au moment de l’analyse : 24,35 EUR

 

Philips est un groupe néerlandais qui, après une longue période de restructuration, s’axe la santé (équipements médicaux…), l’éclairage et le style de vie (produits grand public….).

 

Partagez cet article