Analyse
Colruyt : avertissement sur résultats il y a 4 ans - lundi 3 février 2014

La concurrence commence à peser. Au dernier trimestre de 2013, pour la première fois, le groupe a perdu des parts de marché.

Face à des ventes de fin d’année décevantes, il réduit ses prévisions annuelles. Action chère.
VENDEZ.

 

Sur les six premiers mois de l’exercice (clôture annuelle : 31/03), le chiffre d’affaires a gagné 4,6 %, mais au troisième trimestre, la croissance a ralenti à 4,3 % (+4,5 % sur 9 mois). Le groupe ouvre encore des magasins Colruyt mais bientôt, il n’y aura plus guère d’endroits où prendre place. Aussi, pour assurer sa croissance, il se diversifie de plus en plus dans de petits ma-gasins (OKay), le bio (Bio-Planet) et les jouets, articles pour bébés et saisonniers (DreamBaby/DreamLand). Avec son activité commerce en gros, il fournit les magasins Spar et Alvo et il se diversifie dans le foodservice. Mais ces petites activités génèrent de moins belles marges. A l’étranger, Colruyt n’est présent que dans certaines parties de France (magasins propres, commerce en gros, foodservice) et ce n’est qu’après plusieurs années qu’il y est sorti du rouge. Pour maintenir ses marges (élevées), Colruyt doit se rationaliser et épargner (plus encore). Alors qu’il tablait jusqu’ici sur un bénéfice stable pour l’exercice en cours, il prévoit à présent une baisse. Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 2,24 EUR pour l’exercice en cours (contre 2,35 auparavant) et à 2,36 EUR et 2,50 EUR pour les deux suivants.

 

Cours au moment de l'analyse : 42,09 EUR

 

Colruyt est le plus grand distributeur belge. Il exploite des supermarchés « discount » et des magasins de proximité, est actif dans le commerce en gros et vend des jouets, des articles pour bébés et des articles saisonniers. En France, il a aussi des supermarchés et est présent dans le commerce en gros et le foodservice (livraison alimentaire aux collectivités).


Partagez cet article