Analyse
Les semi-conducteurs gardent le cap il y a 2 ans - lundi 25 août 2014

Le secteur des semi-conducteurs est un de ceux qui a le plus progressé en Bourse ces dernières années.

Le secteur des semi-conducteurs a gagné 53 % depuis début 2013 (en euro, dividendes réinvestis). Trois valeurs que nous conseillons se distinguent particulièrement :

 

Intel (+81 %) : les ventes de PC (dont 80 % sont équipés de microprocesseurs Intel) résistent mieux que prévu à l’émergence des tablettes .Le quasi-monopole d’Intel et la qualité de ses produits lui offrent une belle rentabilité malgré les lourds investissements pour pénétrer le marché des tablettes. L’action fait partie de notre sélection de valeurs de fond de portefeuille.

 

Texas Instruments (+63 %): le recentrage entrepris il y a un peu plus de deux ans sur les produits à plus forte valeur ajoutée porte toujours ses fruits, avec une rentabilité record au deuxième trimestre 2014.

 

Melexis (+177 %) : spécialisé dans les semi-conducteurs pour voitures, le belge profitera encore dans les années à venir de la croissance du nombre et de la valeur des puces électroniques à bord des voitures (attention croissante pour la sécurité et l’environnement).

 

La taille fait la différence

Selon une récente étude, les 5 plus importantes entreprises spécialisées de semi-conducteurs (Intel, Qualcomm, TSMC, Texas et Hynix), qui concentrent plus de 50 % des profits réalisés, affichent des marges opérationnelles avant amortissements de ±40 %, soit nettement plus que les 16 % réalisés par les autres. En outre, 32 % des entreprises de cette industrie pourraient courir de gros risques financiers. Car les investissements et les coûts fixes étant élevés dans le secteur, le résultat est très sensibles à toute variation de la demande. En cas de ralentissement soudain de la demande, les marges opérationnelles s’effondrent et les acteurs les plus fragiles peuvent vite se trouver en difficulté. C’est en raison de cette sensibilité que le secteur est plus risqué que la moyenne. La consolidation entre acteurs est un bon moyen de réduire la facture et de bénéficier d’économies d’échelle. Ce mouvement semble d’ailleurs s’accélérer : fusion de TriQuint et RFMicrodevices pour former un nouveau leader dans les composants de radiofréquence, rapprochement de Infineon et International Rectifier, Avago et LSI, Micron et Elpida dans les mémoires, Applied Materials et Tokyo Electron dans les équipements pour semi-conducteurs).

 

Un marché à fort potentiel

Les perspectives de croissance des concepteurs de semi-conducteurs sont supérieures à la moyenne : recours croissant à l’électronique, automatisation des chaînes de production dans l’industrie, multiplication de capteurs en tous genres et des objets connectés à internet... Et les innovations constantes ouvrent de nouveaux horizons. Grâce à de nouveaux procédés performants de gravure sur silicium et au recours à de nouveaux matériaux, les puces sont toujours plus puissantes, plus petites et moins gourmandes en énergie. Les sociétés les plus innovantes et solides financièrement feront la différence. En outre, les acteurs en place n’ont pas trop à craindre de l’arrivée de nouveaux concurrents vu la complexité des technologies en jeu et les lourds investissements à réaliser.


Partagez cet article