Analyse
IPO, ne soyez pas dupes ! il y a 3 ans - mardi 30 septembre 2014

L’introduction en Bourse du chinois Alibaba est un succès. De quoi entretenir l’illusion de la bonne affaire ?

Dans les premiers échanges, le cours s’est envolé de 47 % !
Mais ne vous laissez pas berner par ces chiffres.

 

En récoltant 25 milliards de dollars, Alibaba a signé la plus grosse levée de fonds jamais réalisée aux USA. Et, avec une capitalisation boursière de près de 230 milliards de dollars, le groupe figure déjà dans le Top 20 des plus grosses capitalisations.
Mais seuls les résidents américains ont pu souscrire et la moitié des actions auraient été allouées à 25 institutionnels. Bref, l’engouement induit par la déferlante marketing et la frustration des non-servis, victimes d’une pénurie organisée de l’offre, ont perturbé les premiers échanges. Depuis le sommet de 99,70 USD de la première séance le cours a déjà plongé de 10 %. La seconde vague d’investisseurs boit déjà la tasse et c’est loin d’être une exception !

 

Une récente étude de Reuters sur les 15 plus grosses introductions en Bourse aux USA illustre que les espoirs sont souvent déçus. Au-delà du bond du premier jour, les performances sont rarement au rendez-vous après douze mois de cotation. Sur les quinze actions passées en revue, seules huit affichaient une hausse au bout d’un an. Et seules trois, parmi ces huit, prestaient réellement mieux que leur marché : le japonais NTT Docomo, l’australien Telstra et le fonds hongkongais AIA Group. Et si Facebook s’est bien redressé aujourd’hui, rappelons que son cours a cédé 31,3 % dans les douze mois qui ont suivi son introduction, alors que, dans le même temps, la Bourse américaine gagnait 32,1 % !

 

Réfléchissez donc à deux fois avant de vous engager. L’engouement généralisé et la peur de louper le coche ne pourront jamais constituer un moteur rationnel pour vos investissements. Nous sommes d’ailleurs souvent très réservés sur les introductions en Bourse. Certes, il y a quinze mois, nous vous avons conseillé de souscrire à l’offre de bpost qui a rapporté depuis un rendement de plus de 40 %..., mais c’était l’exception !

Partagez cet article