Analyse
Ladbrokes : ne prenez pas le pari ! il y a 3 ans - jeudi 4 septembre 2014

Les résultats semestriels ont déçu.

Le groupe ne parvient pas à enrayer le recul de son activité. Malgré la baisse du cours, l'action reste trop chère au regard des perspectives. Elle quittera bientôt notre sélection.
VENDEZ.

 

Grâce à la Coupe du Monde, l'activité a progressé de 2,6 % au 1er semestre (par rapport à la même période un an plus tôt). Une hausse toutefois trop modeste au vu de l'ampleur de l'événement, alors que les coûts ont progressé nettement plus vite. Résultat, le bénéfice par action a fondu de moitié à 2,6 p. pour les six premiers mois de l'année. Et alors que l'activité continue à souffrir, les nouvelles contraintes imposées aux groupes de paris au Royaume Uni constituent une (autre) épine dans le pied de Ladbrokes. D'un autre côté, l'absence de stabilité fiscale et réglementaire est aussi un frein au développement du groupe. Nous prévoyons donc toujours une faible croissance à long terme et ramenons nos prévisions de bénéfice par action de 10,75 à 6 p. pour 2014 et de 11,2 à 7 p. pour 2015.
Alors que nous anticipions une baisse à 4 p., le groupe va par ailleurs maintenir le même dividende que l'année dernière (8,9 p.) pour fidéliser ses actionnaires. Or, la dette continue à augmenter (plus de 100 % des fonds propres) et les mesures pour la réduire ne pourront pas être reportées indéfiniment. Une augmentation de capital ou une cession importante n'est donc pas à exclure.
Voilà près de 2 ans maintenant que le cours (en pence) reflète l'effondrement des marges et des perspectives. Le groupe est dans l'impasse. Vendez.

 

Cours au moment de l'analyse : 135,9 p.

 

Ladbrokes est le spécialiste britannique des jeux et paris.

 

Partagez cet article