Analyse
Investir dans les compagnies (para)pétrolières ? il y a 3 ans - jeudi 13 novembre 2014

La chute du cours du pétrole est difficile à encaisser pour les compagnies parapétrolières. Une occasion d’y investir ?

Oui. Pour l’investisseur, la récente baisse des cours est une occasion de se positionner à bon compte sur des valeurs des secteurs pétroliers et parapétroliers.
Dans le parapétrolier, achetez
ION Geophysical. N’achetez pas Polarcus.
Dans le secteur pétrolier, privilégiez
Chevron, Repsol et BP.

 

Secteur parapétrolier

Dans un avenir proche, la faiblesse des prix pétroliers pèsera incontestablement sur les résultats des sociétés pétrolières, ce qui devrait les contraindre à réduire leurs investissements. Or, après la flambée des années 2000, ces dépenses d’investissement ont déjà été revues nettement à la baisse. Une chose est sûre : si le prix du baril reste longtemps sous les 80 USD, beaucoup de projets de recherche ne seraient plus rentables, ce qui priverait les compagnies parapétrolières d’une partie de leurs activités. Nous ne pensons toutefois pas que le prix du baril restera durablement bas. Tôt ou tard, l’actuelle baisse de production entraînera une remontée des prix.

 

Difficile

Dans l’immédiat, la situation des parapétrolières restera difficile. Nous craignons que la pression qui s’exercera sur les résultats 2015 des grands groupes ne réduise encore davantage les investissements. Les parapétrolières seront les premières touchées. Et les sociétés de petite taille, les moins diversifiées, avec les reins les moins solides, seront les plus grosses victimes.

 

Que penser de Polarcus ?

Polarcus est une société cotée à Oslo et active dans la géophysique marine. Elle exploite une flotte de navires sismiques qui fournit à l’industrie pétrolière des données permettant de préciser les structures géologiques sous-marines.
Restez l’écart de ce groupe, qui peine à dégager un bénéfice et une trésorerie nette positive depuis son lancement en 2008. D’autant qu’avec la baisse des dépenses en investissements des entreprises pétrolières, les perspectives de croissance du secteur ne sont pas des plus réjouissantes.

 

Partagez cet article