ArcelorMittal

LU1598757687
Alertes
Ajouter au portefeuille
25,01 EUR 17/08/2018 17:36 Amsterdam
-0,18 EUR (-0,71 %) Variation depuis la dernière clôture
21,06 30,63  52 semaines min max
12,27 % Rendement sur 1 an
1,79 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Le sidérurgiste ArcelorMittal a réalisé un bon deuxième trimestre il y a 13 jours - lundi 6 août 2018
    Nous relevons nos prévisions.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Le cours d’ArcelorMittal souffre des tensions commerciales mondiales il y a un mois - jeudi 12 juillet 2018
    Car le protectionnisme de Trump risque de finir par affecter la croissance mondiale.

    L’impact potentiel sur le résultat reste toutefois limité jusqu’ici.
    CONSERVEZ.

    La menace de guerre commerciale se renforce : les USA ont publié la nouvelle liste des produits chinois pouvant faire l’objet de droits de douane (des produits concernant 200 milliards de dollars d’échanges par an). Si elle est validée, les droits s’ajouteront à ceux déjà décidés (et concernant 50 milliards de dollars d’échanges). Ces mesures risquant de menacer la croissance mondiale, elles sont aussi un danger pour les secteurs sensibles à la conjoncture mondiale, et dès lors pour le secteur de l’acier, y compris ArcelorMittal. Pas étonnant donc que le cours ait cédé 18% sur 2 mois. A part ça, les prix de l’acier résistent, tant en Europe qu’aux USA. Et l’Europe prépare des mesures pour éviter un afflux d’acier sur ses marchés. Nous ne craignons pas d’effet imminent sur le résultat d’ArcelorMittal. Mais, pour ces 12 prochains mois, la situation est opaque. A souhaiter dès lors que la direction fasse part de précisions lors de la prochaine publication du résultat semestriel. Par ailleurs, le nouveau gouvernement italien voulant renégocier certaines modalités du rachat d’Ilva par ArcelorMittal, la prise de contrôle est repoussée et de nouveaux engagements pourraient alourdir le coût de l’opération.

    Cours au moment de l'analyse : 24,73 EUR

    ArcelorMittal est le n°1 mondial de la sidérurgie. En 2017, le groupe a produit 93 milions de tonnes d’acier, soit beaucoup plus que le n°2, China Baowu (70 millions de tonnes).Ses principaux marchés sont l’Europe (49% du chiffre d’affaires), l’Amérique du Nord (24,5%) et le Brésil (10,5%). Le groupe est aussi actif dans le minerai de fer (6% du chiffre d’affaires), qui est une matière première pour la fabrication de l’acier. Il produit de l’acier pour l’automobile, la construction, les biens de consommation....

    Partagez cet article

  • Analyse
    ArcelorMittal : la croissance est au rendez-vous il y a 2 mois - jeudi 24 mai 2018
    La restructuration lancée en 2016 a bénéficié d’une croissance économique mondiale vigoureuse et contribue à dégager de nouveau une bonne rentabilité.
    ArcelorMittal : la croissance est au rendez-vous

    ArcelorMittal : la croissance est au rendez-vous

    L’accélération de la croissance mondiale et les mesures de restructuration ont permis à la rentabilité d’ArcelorMittal de se redresser et au bilan de s’assainir. Le cours a bondi (de 6 EUR en 2016 à plus de 30 EUR) et le groupe peut se montrer plus dynamique. A court terme, l’action conserve un petit potentiel, stimulé par une demande en hausse et des prix de vente élevés. Attention toutefois: le secteur est très cyclique. L’euphorie peut être suivie de lourdes crises. Et le cours incorpore une grande partie des bonnes nouvelles.
    N’achetez pas l’action.
    Si vous la détenez, CONSERVEZ-LA (pour 5 à 10% max. de votre avoir en actions).

    Plan 2020

    En février 2016, après une année 2015 se soldant par des pertes historiques, ArcelorMittal a lancé son Plan 2020. Il vise une hausse du bénéfice opérationnel de 3 milliards de dollars sur cinq ans, en passant par la hausse de la production et la baisse des coûts. Ce plan porte peu à peu ses fruits. Le résultat s’améliore et le bilan se solidifie. Le groupe est bien sur les rails du plan : le bénéfice opérationnel a augmenté de 0,9 milliard en 2016 et de 0,6 milliard en 2017. La poursuite de son évolution dépendra de la santé des marchés de l’acier dans le monde.

    Résultat trimestriel

    Au premier trimestre 2018, ArcelorMittal a réalisé un bénéfice par action de 1,17 EUR, contre 0,98 EUR un an plus tôt (la hausse est donc de 19,4%). Dans l’activité acier, la production a augmenté (les livraisons ont atteint 21,3 millions de tonnes) et les prix de vente ont grimpé. Le bénéfice opérationnel de l’activité gagne dès lors 19%. Le bénéfice opérationnel par tonne produite est de 101 USD (contre 83 USD un an plus tôt). Dans l’activité minière, le bénéfice recule cependant de 27%. En cause, une baisse des prix du minerai de fer et des quantités vendues.

    Bilan plus solide et dividende

    La dette du groupe se réduit sensiblement : à la fin du 1er trimestre 2018, elle était de 11 milliards de dollars, contre 17 milliards fin 2015 et 23 milliards en 2011. Ce recul de la dette, et celui des charges financières qu’il induit (elles étaient de 820 millions de dollars en 2017 contre 1,3 milliards en 2015) rend au groupe des marges de manoeuvre pour investir. Mais il doit poursuivre ses efforts pour la réduire encore, en prévision du prochain retournement de conjoncture. Il vise ainsi une dette d’environ 6 milliards. Un fois qu’elle aura atteint ce niveau, le groupe envisagera de mieux rémunérer l’actionnaire. Il reprend d’ailleurs déjà la distribution d’un dividende relatif à l’exercice 2017, mais de manière relativement symbolique (0,10 USD, soit 0,084 EUR et un rendement de 0,3% brut). L’action ArcelorMittal n’est donc clairement pas destinée aux investisseurs souhaitant retirer un revenu régulier de leur placement.

    Grandir : Italie, Inde et Brésil

    Profitant de sa meilleure santé financière, ArcelorMittal vient d’acquérir l’italien Ilva, un sidérurgiste en crise qui a produit en 2017 environ 5,8 millions de tonnes à destination de la construction, de l’automobile... Le prix payé peut être considéré comme correct, à condition qu’ArcelorMittal parvienne à redresser Ilva. Le prix d’achat est de 1,8 milliard d’euros (soit moins d’une fois le chiffre d’affaire d’Ilva) et les investissements prévus se chiffrent à 2,3 milliards. Car l’outil de production d’Ilva est vieillissant et le groupe accumule les pertes. En 2016, chaque tonne d’acier produite par Ilva débouchait sur une perte opérationnelle de ±40 EUR (contre un bénéfice de 60 EUR pour ArcelorMittal).
    Ilva doit aussi assumer les conséquences de son lourd passif environnemental (pollution des sols, de l’air....). Mais une fois restructuré, l’italien sera un bel atout pour ArcelorMittal, grâce à sa localisation au bord de la Méditerranée. Elle permettra d’importer à moindre coûts une partie des matières premières pour la production d’acier, et d’exporter plus facilement la production. Un gros avantage comparé aux usines situées à l’intérieur des terres, héritage du passé. Toutefois, si, par cette acquisition, ArcelorMittal veut éviter l’arrivée d’un concurrent en Europe (qui lui aurait pris des parts de marché) et s’il fait ainsi main basse sur d’importantes capacités de production en Europe, il prend aussi un gros risque financier, tant le redressement d’Ilva sera difficile. Il veut en effet porter la production du site à 9,5 millions de tonnes en 2023 (contre 5,8 millions en 2017). En attendant, il cèdera pour environ 6 à 7 millions de tonnes produites par ses usines existantes (dont celles de Liège), pour répondre aux exigences des instances européennes.

    En Inde, ArcelorMittal a déposé une offre pour la reprise du groupe Essar Steel (qui produit chaque année 5,6 millions de tonnes). ArcelorMittal entend profiter ainsi de la hausse attendue de la consommation d’acier dans le pays (le gouvernement indien souhaite tripler la production locale d’acier ces 10 prochaines années).

    Au Brésil, ArcelorMittal a acquis en avril Votoratim et y est ainsi devenu le n°1 des produits longs (capacité de 6 millions de tonnes). Des synergies avec ses actifs sur place sont prévues.

    L’exercice 2019 sera moins porteur

    Cette année, compte tenu de la croissance mondiale, l’environnement restera porteur pour le secteur de l’acier. Selon certaines sources, la consommation mondiale devrait encore progresser en 2018 d’environ 2% (contre +3,2% en 2017). En Europe, elle bénéficie du dynamisme de la production automobile. Aux USA, elle profite de la bonne forme de l’économie. Quant au Brésil, il sort de sa crise économique des dernières années. En outre, l’instauration de droits de douane de 25% aux USA donnera un coup de pouce aux sidérurgistes qui y sont installés, comme ArcelorMittal. Et l’Union européenne est exemptée de ces droits jusqu’au 1er juin. Certaines catégories d’acier se vendent actuellement aux USA à des prix qui n’avaient plus été pratiqués depuis sept ans. Et en Europe, les sidérurgistes estiment qu’ils seront à même d’augmenter leurs prix au second semestre.

    En 2019 cependant, au vu des récents indicateurs, les économies américaines et européennes devraient ralentir et rendre l’environnement moins porteur pour la sidérurgie. Nous prévoyons dès lors un recul du bénéfice 2019, à 3,50 EUR par action (contre 3,75 attendu en 2018).

    Le risque d’ArcelorMittal est supérieur à la moyenne des actions que nous suivons (4)

    Durant les années de croissance, les usines sidérurgiques tournent à (quasi) plein régime et permettent de répartir les coûts fixes (élevés) sur une importante production. Les prix de l’acier ont alors tendance à être élevés et la rentabilité est forte. Mais quand arrivent les années moins fastes de ralentissement économique, la production est plus faible, alors que les coûts fixent restent inchangés et que les prix de vente de l’acier, et donc le chiffre d’affaires, retombent. Cela affecte la rentabilité, au point de pouvoir entraîner des pertes. En 2015, ArcelorMittal a ainsi essuyé une perte record de quasi 5 EUR par action (après de bénéfices de 12 et 13 EUR en 2008 et 2009).

    Et Aperam ?

    Cours au moment de l’analyse : 28,70 EUR

    ArcelorMittal est le n°1 mondial de la sidérurgie. En 2017, le groupe a produit 93 millions de tonnes d’acier, soit beaucoup plus que le n°2, China Baowu (70 millions de tonnes). Ses principaux marchés sont l’Europe (49% du chiffre d’affaires), l’Amérique du Nord (24,5%) et le Brésil (10,5%). Le groupe est aussi actif dans le minerai de fer (6% du chiffre d’affaires), qui est une matière première pour la fabrication de l’acier. Il produit de l’acier pour l’automobile, la construction, les biens de consommation...

    Partagez cet article

  • Analyse
    ArcelorMittal dépasse les attentes il y a 6 mois - lundi 5 février 2018
    Le groupe a publié son résultat trimestriel.

    L’action est correctement évaluée.
    CONSERVEZ.

    Le résultat trimestriel est un peu supérieur à nos attentes (grâce à la hausse des ventes d’acier et des prix de ventes, ainsi qu’à la baisse des coûts). De quoi reprendre le paiement d’un petit dividende (0,10 USD brut). La conjoncture favorable des grands marchés soutiendra encore le résultat au cours de cette année.

    Cours au moment de l’analyse : 27,80 EUR

    ArcelorMittal est le numéro un mondial de l’acier, actif tant dans les produits longs (e.a. pour la construction) que plats (automobile, électroménager, …).

    Partagez cet article

  • Analyse
    Le résultat trimestriel d’ArcelorMittal est conforme aux attentes il y a 9 mois - mercredi 15 novembre 2017
    L'horizon s'éclaircit. Mais le secteur est toujours soumis à une forte concurrence et caractérisé par de lourdes surcapacités.

    Le cours a trop monté pour consentir un achat.
    CONSERVEZ.

    Le 3e trimestre a été conforme à nos attentes. Le chiffre d’affaires a gagné 21,5%, grâce à la hausse des prix de vente (+14,8%, soutenus par les mesures anti dumping), mais aussi suite à une hausse des volumes vendus (+6,8%), signe d'une embellie de la demande. Malgré cela, l'enthousiasme qui entoure le titre nous semble exagéré. Certes, la bonne santé économique en Europe et aux USA est de nature à soutenir la demande. Toutefois, la demande chinoise devrait ralentir l'an prochain (alors que sa production d'acier n'a jamais été aussi élevée que cette année). Et l'Inde peine à se réformer et se substituer à la Chine comme moteur de croissance. Il est ainsi peu probable que la demande de ces deux pays puisse résorber à elle seule les importantes surcapacités du secteur (préalable indispensable à une hausse durable des prix). Ensuite, nous avons des doutes quant à l'ampleur du plan de relance américain (1 trillion de dollars annoncés dans les infrastructures), alors que l'administration Trump peine déjà à mener à bien sa coûteuse réforme fiscale. Et quand bien même, son impact sur ArcelorMittal devrait être limité vu que les aciers longs aux USA ne représentent que 4% des ventes du sidérurgiste.

    Cours au moment de l'analyse : 23,60 EUR

    ArcelorMittal est le numéro un mondial de l’acier, actif tant dans les produits longs (e.a. pour la construction) que plats (automobile, électroménager, …).

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 30,63 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 21,06 EUR
Code ISIN LU1598757687
Bourse Amsterdam
Euronext non
Bêta 1,40
Volatilité 45,43 %
Nombre d'actions existantes 1.021.904.000
Capitalisation boursière (en milliards) 25,74 EUR
Secteur Sidérurgie, non-ferreux, mines
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 145.654 EUR
Score corporate governance 4

Chiffres-clés par action (EUR)

2018 (e) 2017 (e) 2016 2015
Dividende 0,45 0,08 0,00 0,42
Bénéfice courant 4,50 3,60 1,31 -0,99
Bénéfice net 4,50 3,60 1,69 -9,28
Cash flow courant 6,75 5,90 3,71 2,43
Cash flow net 6,75 5,90 3,50 1,38
EBIT 5,00 4,30 3,35 2,38
EBITDA 7,20 6,60 5,93 6,11
Valeur comptable 34,50 30,40 28,02 32,67
Valeur comptable tangible 30,00 25,90 23,14 26,02

Performance (en euros)

ArcelorMittal Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois -17,17 % -3,00 % 7,97 %
Rendement sur 6 mois -11,18 % 0,22 % 13,61 %
Rendement sur 1 an 12,27 % 0,62 % 18,25 %
Rendement sur 5 ans 1,29 % 4,48 % 14,96 %

Ratios financiers de la société

2017 (e) 2016 2015 2014
Pay out - 0,00 % - -
Current ratio - 1,23 1,24 1,33
Return on equity - 4,58 % -3,34 % 0,00 %
Total return on equity - 5,90 % -31,44 % -2,58 %
Marge brute - 10,10 % 7,21 % 7,89 %
Marge nette - 3,05 % -13,25 % -1,23 %
Marge EBIT - 6,22 % 3,21 % 4,16 %
Marge EBITDA - 11,01 % 8,23 % 9,13 %
Taux d'imposition - 36,25 % - -
Gearing - 34,21 56,89 34,94
Fonds propres/total du bilan - 43,02 % 35,88 % 45,53 %

Données boursières par action

2018 (e) 2017 (e)
Rendement de dividende 1,79 % 0,32 %
Cours/bénéfice courant 5,60 7,00
Cours/cash flow courant 3,73 4,27
Cours/valeur comptable 0,73 0,83
Cours/valeur comptable tangible 0,84 0,97
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 5,37 % -

(e) : estimation

×
Dites-nous ce que vous pensez
arcelormittal
Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer