Bayer DE000BAY0017

Alertes
Ajouter au portefeuille
107,00 EUR 24/03/2017 17:35 Francfort
0,05 EUR (0,05 %) Variation depuis la dernière clôture
85,32 110,57  52 semaines min max
5,10 % Rendement sur 1 an
2,71 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse

    Bayer a publié son résultat de 2016

    il y a 25 jours - lundi 27 février 2017
    Il est inférieur aux attentes.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse

    Bayer : le 3ème trimestre dépasse les attentes

    il y a 5 mois - vendredi 28 octobre 2016

    Nous relevons nos prévisions.

    Action correctement évaluée.
    Conservez.

     

    Le 3ème trimestre dépasse les attentes, grâce aux médicaments sur ordonnance (chiffre d’affaires comparable : +7,6 %). Nous relevons nos prévisions. Pour le rachat de Monsanto, Bayer déposerait sa demande fin 2016 aux Etats-Unis et début 2017 en Europe.

     

    Cours au moment de l'analyse : 90,67 EUR

     

    Le groupe allemand Bayer est spécialisé dans les sciences de la vie. Il est présent dans les médicaments avec et sans ordonnance, dans l’agrochimie et la santé animale. En outre, il détient toujours une participation majoritaire dans Covestro (polymères).

    Partagez cet article

  • Analyse

    Bayer-Monsanto : nous restons sceptiques quant au bien-fondé de cette union

    il y a 6 mois - vendredi 23 septembre 2016

    Si le rachat de Monsanto par Bayer a du sens dans ce secteur en consolidation, il n’est pas sans risques.

    La baisse du cours de Bayer ne suffit pas pour acheter le titre.
    D’autant que l’opération nous incite à relever notre indicateur de risque de 3 à 4.
    CONSERVEZ.

    Un groupe transformé

    Bayer est historiquement actif dans la chimie et la pharmacie. Cependant, la chimie a perdu de l’importance dans le groupe, avec l’introduction en Bourse de Lanxess en 2005 et de Covestro en 2015 (toujours détenu à 64 %). Et la pharmacie s’y est renforcée, avec le rachat de Schering en 2006 et celui de l’automédication de Roche en 2005 et de Merck en 2014. Désormais, le groupe axe sa stratégie sur trois divisions: médicaments sur ordonnance, médicaments sans ordonnance et agrochimie (CropSciences).

    L’agrochimie en ébullition

    Les acteurs de l’agrochimie sont à la peine. Car suite à la faiblesse des prix des produits agricoles, les agriculteurs voient leurs revenus baisser et réduisent dès lors leurs dépenses en semences et produits phytosanitaires. Un mouvement amplifié par la dégradation de divers pays d’Amérique latine. Chacun voulant préserver ses marges en réduisant ses coûts et en réalisant des synergies, le secteur fait l’objet d’une vague de rachats et de fusions : ChemChina rachète Syngenta, DuPont fusionne avec Dow Chemical, Bayer s’offre Monsanto.

    Une opération cohérente

    – Le rachat de Monsanto doit permettre à Bayer de dégager, dans les trois ans suivant la clôture de l’opération, des synergies pour 1,5 milliards de dollars (±1,30 EUR par action avant impôts).
    – Les deux groupes sont très complémentaires, tant au niveau des produits (Bayer est surtout présent dans les pesticides et Monsanto dans les semences), qu’au niveau géographique (Bayer est bien présent en Europe et en Asie, Monsanto en Amérique du nord et du sud).
    – A long terme, le secteur agrochimique profitera encore de la croissance démographique, de l’essor des biocarburants et de la réduction des terres agricoles (urbanisation…), qui force à trouver des solutions pour améliorer les récoltes.

    Des risques non négligeables

    – Monsanto n’est pas en grande forme, en raison de la déprime du secteur agricole et de la force du dollar. Son récent résultat trimestriel était faible. Ses perspectives le sont aussi.
    – Monsanto souffre d’une mauvaise image, due aux polémiques sur l’herbicide Roundup et aux OGM. Cela risque de déteindre sur celle de Bayer, déjà entachée par son insecticide accusé de tuer les abeilles, par le risque lié à certains contraceptifs, etc.
    – L’achat est onéreux : Bayer paie en cash 128 USD par action Monsanto, soit plus de 40 % de plus que le cours avant les rumeurs. Pour le financer, Bayer envisage une augmentation de capital et doit alourdir sa dette (déjà pesante suite au rachat de l’automédication de Merck en 2014).
    – Si l’opération venait à capoter (suite aux exigences des autorités de la concurrence ou à des pressions politiques), Bayer devrait payer à Monsanto une indemnité de deux milliards de dollars (Ce risque d’échec explique l’actuelle différence de ±20 % entre le cours de Monsanto et l’offre de Bayer). Certains pourraient être tentés de spéculer sur cette différence. Mais nous le déconseillons. C’est trop risqué. Si l’opération est annulée, le cours de Monsanto perdra au moins 20 % et retombera au niveau d’avant les rumeurs de rachat. Et l’opération n’aboutira de toute façon pas avant un an.

    Les perspectives

    Les perspectives de l’agrochimie sont peu enthousiasmantes. Certes, d’ici 2025, la situation devrait s’améliorer peu à peu. Mais sans vrai rebond. CropSciences pourra cependant profiter des synergies dégagées du rachat et d’un portefeuille de produits enrichi.
    Dans les médicaments sur ordonnance, pour la période 2015-2018, le groupe Bayer vise une croissance moyenne annuelle des ventes de ±6 %, grâce à de récents lancements (dont celui de l’anticoagulant Xarelto). Pour la suite, il mise sur le lancement de 6 produits prometteurs (s’ils sont homologués). Dans les médicaments sans ordonnance, il profitera toujours de ses marques fortes (Claritine, Aspirine…).

    Nous comprenons que Bayer ne pouvait pas rester inactif face au mouvement de consolidation du secteur agrochimique. Mais ce faisant, il modifie profondément la trajectoire de sa stratégie, qui était jusqu’ici principalement axée sur la pharmacie. Et alors que les investissements nécessaires pour développer des produits pharmaceutiques sont de plus en plus importants, Bayer va se retrouver contraint de gérer de front deux pôles de même importance. Pour cette raison, nous restons sceptiques.
    Et nous prévoyons toujours pour Bayer un bénéfice par action de 5,70 EUR en 2016 et de 6,10 EUR en 2017. Pour 2018, incluant Monsanto, nous tablons sur 6,20 EUR.

     

    Cours au moment de l’analyse : 92,20 EUR


    Partagez cet article

  • Analyse

    Bayer casse sa tirelire pour s’offrir Monsanto

    il y a 6 mois - vendredi 16 septembre 2016

    Bayer s’offre finalement Monsanto pour 128 USD par action. Un rachat qui fait sens d’un point de vue stratégique mais qui se révèle coûteux et risqué.

    Nous y reviendrons prochainement.
    Dans l’attente, CONSERVEZ.

     

    Certes, le secteur agrochimique, en pleine consolidation, est un axe de développement stratégique pour l’allemand Bayer.
    Mais les risques qu’il court en acquérant Monsanto ne sont pas négligeables car le secteur est plutôt déprimé et l’image de Monsanto est plus que ternie.
    De plus, le groupe Bayer devra fortement s’endetter pour financer ce rachat coûteux et payé tout en cash et il envisage aussi une augmentation de capital.
    En outre, ce rachat bouleverse profondément l’avenir de Bayer, qui prenait jusqu’ici une orientation plus pharmaceutique.
    L’opération devrait se finaliser fin 2017. Mais le risque existe de voir les autorités antitrust, ou des pressions politiques, faire capoter l’opération. C’est d’ailleurs une possibilité clairement envisagée puisque, en cas d’échec, il est prévu que Bayer doive payer à Monsanto une indemnité de 2 milliards de dollars.

     

    Cours au moment de l’analyse : 91,38 EUR

     

    Le groupe allemand Bayer est spécialisé dans les sciences de la vie. Il est présent dans les médicaments avec et sans ordonnance, dans l’agrochimie et la santé animale. En outre, il détient toujours une participation majoritaire dans Covestro (polymères).

     

    Partagez cet article

  • Analyse

    Bayer a encore relevé son offre sur Monsanto

    il y a 6 mois - lundi 12 septembre 2016

    L'opération s'annonce coûteuse.

    Action correctement évaluée.
    Conservez.

     

    Par rapport à un 1er semestre 2015 record grâce à la très bonne tenue du private equity et aux effets de change favorables, le bénéfice recule de 86 % à 0,89 EUR par action. Les variations de valeur des participations cotées comme non cotées sont restées minimes. La décote par rapport à la valeur intrinsèque atteint 26 %, un peu moins que sa moyenne historique.

     

    Cours au moment de l'analyse : 93,1 EUR

     

    Le groupe allemand Bayer est spécialisé dans les sciences de la vie. Il est présent dans les médicaments avec et sans ordonnance, dans l’agrochimie et la santé animale. En outre, il détient toujours une participation majoritaire dans Covestro (polymères).

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 110,57 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 85,32 EUR
Code ISIN DE000BAY0017
Bourse Francfort
Euronext non
Bêta 1,02
Volatilité 22,40 %
Nombre d'actions existantes 826.947.600
Capitalisation boursière (en milliards) 88,34 EUR
Secteur Santé et pharmacie
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 1.010 EUR
Score corporate governance 5

Chiffres-clés par action (EUR)

2017 (e) 2016 2015 2014
Dividende 2,90 2,70 2,50 2,25
Bénéfice courant 5,90 5,44 4,97 4,14
Bénéfice net 5,90 5,44 4,97 4,14
Cash flow courant 9,60 9,67 8,66 7,68
Cash flow net 9,60 9,67 8,66 7,68
EBIT 9,45 8,84 7,65 6,66
EBITDA 13,65 13,34 11,52 10,21
Valeur comptable 37,00 33,98 26,84 22,04
Valeur comptable tangible 17,25 14,25 7,38 2,51

Performance (en euros)

Bayer Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 8,60 % 4,78 % 0,50 %
Rendement sur 6 mois 16,80 % 9,23 % 12,72 %
Rendement sur 1 an 5,10 % 10,92 % 19,32 %
Rendement sur 5 ans 17,60 % 7,26 % 15,60 %

Ratios financiers de la société

2017 (e) 2016 2015 2014
Pay out - 49,28 % 50,29 % 54,32 %
Current ratio - 1,64 1,40 1,43
Return on equity - 16,12 % 18,52 % 18,78 %
Total return on equity - 16,12 % 18,52 % 18,78 %
Marge brute - 56,75 % 54,44 % 52,02 %
Marge nette - 10,15 % 8,67 % 8,15 %
Marge EBIT - 15,48 % 13,38 % 13,04 %
Marge EBITDA - 23,35 % 20,15 % 19,99 %
Taux d'imposition - 22,21 % 23,00 % 23,91 %
Gearing - 59,61 77,32 108,99
Fonds propres/total du bilan - 36,07 % 31,63 % 26,14 %

Données boursières par action

2017 (e) 2016
Rendement de dividende 2,71 % 2,53 %
Cours/bénéfice courant 18,11 19,63
Cours/cash flow courant 11,13 11,05
Cours/valeur comptable 2,89 3,14
Cours/valeur comptable tangible 6,19 7,49
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 5,89 % -

(e) : estimation

  • Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • La réponse est obligatoire.

    Precedent Suivant

  • Precedent Suivant

  • Envoyer et Fermer