EVS Broadcast Equipment BE0003820371

Alertes
Ajouter au portefeuille
33,22 EUR 24/10/2017 10:57 Bruxelles
0,32 EUR (0,97 %) Variation depuis la dernière clôture
29,41 38,72  52 semaines min max
-0,58 % Rendement sur 1 an
2,37 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    EVS revoit ses objectifs à la baisse il y a un mois - mardi 5 septembre 2017
    Nous réduisons légèrement nos estimations bénéficiaires.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    EVS traverse une nouvelle période de transition il y a 5 mois - vendredi 19 mai 2017
    Mais nous l’avions prévu et c’est loin d’être dramatique.

    Les investisseurs misaient sur un bon 1er trimestre. Mais à tort. Du coup, la jolie hausse de cours du mois d’avril a été annihilée. Néanmoins, même si le groupe confirme que 2017 est bien une année de transition, ses objectifs de ventes pour l’année sont rassurants. Et cela ne change rien à notre conseil, déjà motivé par l’espoir d’une relance des ventes à partir de 2018, grâce au démarrage d’un nouveau cycle d’investissements des clients.
    ACHETEZ.

    Spécialiste du direct

    Créé en 1994, EVS conçoit et vend des solutions numériques pour les productions TV en direct. Il propose des enregistreurs numériques à disque dur (serveurs XT), des logiciels et produits liés, qui traitent l’image depuis la captation par la caméra, jusqu’à l’injection dans le réseau de diffusion. Les principales chaînes TV du monde en sont équipées. Par rapport aux magnétos à bande magnétique, ces solutions ont de gros avantages en matière de qualité d’image et de son, ainsi que de flexibilité de manipulation (rediffusion instantanée ou avec délai, association de métadonnées, ajout de graphiques, intégration des réseaux sociaux...).

    C’est dans le sport que les systèmes d’EVS se sont imposés (grâce aux budgets disponibles, à l’attrait du téléspectateur pour le direct). Présents sur tous les grands événements sportifs, ses systèmes sont très connus pour leurs ralentis. Ils sont LA référence du secteur et équipent 90% des cars de régie (qui assurent 50% des ventes du groupe).

    Il y a une bonne dizaine d’années, fort de son expérience et de la notoriété acquise avec la fiabilité de ses produits, EVS s’est aussi tourné vers le marché des studios. Il y a proposé d’abord des applications pour la production d'émissions où la vitesse d’exécution est un facteur clé. Mais aujourd’hui, son offre est beaucoup plus large. Et son activité dans les studios génère 40 à 50% de ses ventes. Or, le marché des studios est au moins 10 fois plus important que celui des cars de régie !

    Période de transition

    Les acteurs du secteur de la production TV doivent se réinventer : leurs revenus publicitaires ne sont plus ce qu’ils étaient et les habitudes d’audience changent. Ils se sont dès lors montrés attentistes ces dernières années. Le chiffre d’affaires d’EVS en a souffert. Si on ne tient pas compte des locations liées aux gros événements sportifs (qui gonflent le revenu des années paires de ±10%), en 2014, les ventes ont chuté de 8,9%; en 2015 et 2016, elles se sont juste stabilisées. Certes, en 2016, EVS est parvenu à redresser ses marges (en maîtrisant ses coûts). Mais, même si ces marges restent confortables, elles seront à nouveau sous pression cette année.

    A terme, les producteurs n’auront cependant pas le choix. Face à l’essor des plateformes VOD (Netflix...), le direct reste l’unique moyen de se différencier. La qualité des images et les services associés (multi-angles, multiplateformes…) sont le meilleur moyen d’attirer les annonceurs et de rentabiliser les droits sportifs (qui explosent).

    Une question de timing

    Le nouvel élan des ventes sera donné d’une part par la 4K (Ultra Haute Définition, avec 4 fois plus de pixels qu’en HD), d’autre part par la technologie IP, qui facilite la production et réduit les coûts (transfert d’images par internet pour produire à distance), et enfin par les solutions de distribution multiplateformes (pour écrans de toutes tailles). Les produits sont disponibles, mais le marché démarre lentement. Les premières ventes de 4K ne datent que de 2016. Nous pensons cependant qu’en 2018, les JO d’Hiver (Corée du Sud) et la coupe du Monde de football (Russie) inciteront les producteurs à s’équiper. Dans l’attente, EVS ne chôme pas : de nouveaux produits périphériques sont déjà disponibles (table de mixage Dyvi, logiciels Xeebra pour l’arbitrage vidéo). D’autres sont dans les cartons.

    Trimestre non dramatique

    Le résultat du premier trimestre 2017 est un peu faible. Les ventes ont reculé de 8,7% (ou de 9.3% sur base comparable). Et compte tenu du poids des frais fixes (recherche et développement), le bénéfice a reculé quant à lui de pas moins de 26,9%, à 0,26 EUR par action. Mais ce n’est pas grave. Car nous considérions depuis longtemps que 2017 serait un exercice de transition. Et le premier trimestre des années impaires est d’ailleurs traditionnellement faible (puisque c’est au cours des années paires, riches en événements sportifs, que les producteurs enrichissent leurs équipements). De plus, le recul du récent trimestre semble dû en partie à divers contretemps et reports de projets. Un effet de rattrapage devrait dès lors être observé au cours des trimestres suivants. Enfin, si, par rapport à un an plus tôt, le carnet de commandes est en recul de 34%, par rapport à la dernière année impaire, il affiche une progression de 33,1%.

    Pour l’ensemble de 2017, vu qu’EVS table sur un chiffre d’affaires de 115 à 130 millions d’euros, cela signifie qu’il attend une accélération des commandes ces prochains mois. Si les ventes atteignent effectivement le milieu de la fourchette visée, on peut espérer un bénéfice de 1,83 EUR par action. Compte tenu en outre de la généreuse politique de distribution (53,5% du bénéfice 2016 ont été distribués) et de la solidité du bilan (pas de dette), on peut espérer aussi un joli dividende (d’au moins 0,69 EUR net).
    Pour 2018, en tablant prudemment sur une hausse des ventes de 7% (hors locations), le bénéfice pourrait avoisiner 2,70 EUR par action et le dividende 1 EUR net.

    Cours au moment de l’analyse : 34,93 EUR

    Partagez cet article

  • Analyse
    Le premier trimestre s’est avéré un peu faible pour EVS il y a 5 mois - jeudi 11 mai 2017
    Les ventes ont reculé, alors que nous tablions sur une stabilisation; le bénéfice s’est réduit de manière plus substantielle encore.

    Le cours, qui avait pris 20% ces derniers mois, dans l’espoir de bonnes nouvelles, en a souffert.
    Profitez-en pour ACHETER.

    Les ventes ont perdu 8,7% (9,3% sur base comparable). Vu le poids des frais fixes (recherche et développement), le bénéfice opérationnel a reculé de 35% et le bénéfice par action de 26,9% à 0,26 EUR. Mais le premier trimestre des années impaires est traditionnellement faible (après les années paires, riches en grands événements sportifs, qui incitent les producteurs à acheter du matériel). Ensuite, le recul semble en partie imputable à des contretemps et reports de projets. On peut donc s’attendre à un rattrapage ces prochains trimestres. Enfin, si le carnet de commandes est inférieure aux attentes (-34% par rapport à 2016), il est en hausse de 33,1% par rapport à la dernière année impaire.

    Et comme EVS table pour 2017 sur des ventes de 115 à 130 millions d’euros, cela suppose une accélération des commandes ces prochains mois. Vu que nous tablions déjà sur des ventes de 123 millions (de quoi espérer, en maitrisant les coûts, un bénéfice par action de 1,83 EUR), nous ne modifions pas nos attentes et conseillons de profiter du repli pour acheter. D’autant qu’en 2018, les ventes devraient être tirées par la pénétration progressive des nouvelles technologies (IP et 4K), grâce aux jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud et à la coupe du Monde de football en Russie.

    En attendant, le dividende offre bon rendement. Après 0,44 EUR net versé en novembre 2016, vous recevrez 0,49 EUR net le 24 mai (détachement du coupon le 22 mai).

    Cours au moment de l’analyse : 38,35 EUR

    EVS conçoit et commercialise des solutions numériques (enregistreurs à disques durs, plateformes de montage et logiciels) pour les producteurs TV. EVS est le n°1 incontesté sur le marché des cars de régie TV (90% du marché) et perce depuis une dizaine d’années dans les studios, un marché beaucoup plus large où sa part de marché est de 8 à 10%.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Carnet de commandes bien rempli pour EVS il y a 8 mois - vendredi 17 février 2017
    Malgré un 4e trimestre inférieur à nos attentes côté ventes, EVS a clôturé l’année sur un joli bénéfice.

    Les marges ont reculé moins que prévu et le carnet de commandes semble confirmer un nouveau cycle qui devrait s’accélérer en 2018.
    ACHETEZ.

    La baisse des ventes attendue pour le 4e trimestre a été plus forte que prévu. Après une hausse de 37,2% sur les 9 premiers mois, le 4e trimestre a ainsi affiché une baisse de 36,9% et le bénéfice a chuté de 63,8% à 0,36 EUR par action. Mais sur l’ensemble de l’année, les ventes en hausse de 10,4%, associées à des coûts d’exploitation stables, ont poussé les marges de 27,6 à 35,3% (± le niveau de 2014) et entraîné une progression bénéficiaire de 38,3% à 2,43 EUR par action.

    La contre-performance du 4e trimestre ne nous inquiète pas. D’abord parce que ce n’est pas une surprise : la fin de l’année 2015 avait été exceptionnelle, boostée par l’arrêt du support technique de l’ancienne plate-forme XT2 qui avait forcé les clients à migrer vers l’XT3. Et si 2017 sera une année plus faible (pas d’événement sportif majeur), le carnet de commandes 2017-2018 est près de 15% au-dessus des attentes les plus optimistes du marché. Nous tablons donc sur un bénéfice par action de 1,83 EUR en 2017 et 2,17 EUR en 2018 grâce à l’adoption progressive des technologies 4K et IP.

    Cours au moment de l'analyse : 34,30 EUR

    EVS conçoit et commercialise des solutions numériques (enregistreurs à disques durs, plateformes de montage et logiciels) pour les producteurs TV. EVS est le n°1 incontesté sur le marché des cars de régie TV (90% du marché) et perce depuis une dizaine d’années dans les studios, un marché beaucoup plus large où sa part de marché est de 8 à 10%.

    Partagez cet article

  • Analyse
    EVS : le point d’inflexion se confirme il y a un an - jeudi 10 novembre 2016

    Un cycle d’investissement des producteurs TV semble en train de s’amorcer, poussé par l’émergence des nouvelles technologies.

    Le rebond des ventes d’EVS devrait dès lors s’accélérer dès 2018.
    La rentabilité devrait suivre.
    ACHETEZ.

    Le rebond se confirme

    Les ventes d’EVS, relancées il y a un an avec l’arrêt du support technique pour la plateforme XT2 et la transition vers XT3, ne cessent de grimper depuis. Au 1er semestre 2016, elles avaient gagné 37,2 % (hors locations, effets de change) ; au 3e trimestre, elles ont pris 31,4 % (plus que prévu). Vu le poids des coûts fixes (5  % des employés en R&D) et les efforts pour maîtriser les coûts (qui devraient être stables ou en légère hausse sur l’année), l’effet de levier sur la rentabilité est énorme. La marge opérationnelle, qui avait chuté à 8,2 % au 2e trimestre 2015, a rebondi à 39,7 % au 3e trimestre 2016 et à 38,3 % sur les 9 premiers mois.

    Petit ralentissement

    Le carnet de commandes est un peu décevant (après le boom des événements sportifs de l’été) et EVS a un peu réduit son objectif de croissance des ventes 2016 (de «+8 à 16 %» à «+8 à 13 %»). Pour les ventes, nous prévoyons une forte baisse au 4e trimestre et une hausse de 11 % sur l’ensemble de 2016. Et nous confirmons notre prévision de bénéfice par action 2016 de 2,30 EUR.

    Cap sur 2018-2020

    Pendant 3 ans, EVS a subi l’attentisme de ses clients (face à l’émergence des plates-formes VOD mondiales, à la morosité du marché publicitaire…). Mais à présent, son marché semble rebondir. Car, tôt ou tard, les clients doivent se décider à adopter les innovations technologiques, pour produire une qualité de pointe et attirer les annonceurs. Une question subsiste toutefois : à quel rythme ? L’année 2017 risque d’être calme (pas de grands événement sportifs). Et l’engouement pour la 4K a à peine débuté chez les producteurs. Mais la période 2018-2020 s’annonce bien. La hausse de la pénétration des TV 4K (±20 % aujourd’hui) va créer une demande d’images 4K et inciter les producteurs à s’équiper. Nous tablons sur un bénéfice par action 2017 de 2,06 EUR et sur 2,65 EUR en 2018. En attendant, à moins qu’EVS ne se décide à l’une ou l’autre acquisition, il y aura de jolis dividendes. Pour 2016, un dividende intérimaire de 0,438 EUR net sera payé fin novembre et un complément similaire devrait suivre en mai 2017. 
     

    Cours au moment de l'analyse : 32,63 EUR

     

    EVS conçoit et commercialise des solutions numériques (enregistreurs à disques durs, plateformes de montage et logiciels) pour les producteurs TV. EVS est le n°1 incontesté sur le marché des cars de régie TV (90 % du marché) et perce depuis une dizaine d’années dans les studios, un marché beaucoup plus large où sa part de marché est de 8 à 10 %.

     

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 38,72 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 29,41 EUR
Code ISIN BE0003820371
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 0,94
Volatilité 28,57 %
Nombre d'actions existantes 13.625.000
Capitalisation boursière (en milliards) 0,45 EUR
Secteur Haute technologie
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 496 EUR
Score corporate governance 6

Chiffres-clés par action (EUR)

2017 (e) 2016 2015 2014
Dividende 0,78 0,93 0,74 1,50
Bénéfice courant 1,70 2,43 1,76 2,63
Bénéfice net 1,70 2,43 1,76 2,63
Cash flow courant 1,96 2,67 1,98 2,63
Cash flow net 1,96 2,67 1,98 2,63
EBIT 2,41 3,42 2,42 3,41
EBITDA 2,67 3,66 2,64 3,41
Valeur comptable 6,50 5,92 4,79 3,45
Valeur comptable tangible 6,42 5,83 4,71 3,37

Performance (en euros)

EVS Broadcast Equipment Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois -4,91 % 2,78 % 2,97 %
Rendement sur 6 mois -5,52 % 3,34 % -0,61 %
Rendement sur 1 an -0,58 % 13,49 % 10,89 %
Rendement sur 5 ans -2,08 % 7,80 % 14,91 %

Ratios financiers de la société

2016 2015 2014 2011
Pay out 53,45 % 56,93 % 75,89 % 98,85 %
Current ratio 2,11 2,29 2,26 2,22
Return on equity 41,09 % 36,68 % 76,35 % 133,81 %
Total return on equity 41,09 % 36,68 % 76,35 % 133,81 %
Marge brute 74,27 % 71,09 % 74,46 % 78,41 %
Marge nette 25,10 % 20,01 % 26,07 % 30,00 %
Marge EBIT 35,30 % 27,55 % 35,07 % 41,25 %
Marge EBITDA 37,81 % 30,09 % 35,07 % 42,01 %
Taux d'imposition 28,52 % 29,14 % 29,99 % 30,81 %
Gearing -41,74 3,45 13,64 -78,28
Fonds propres/total du bilan 49,85 % 46,67 % 33,32 % 27,73 %

Données boursières par action

2017 (e) 2016
Rendement de dividende 2,37 % 2,82 %
Cours/bénéfice courant 19,35 13,53
Cours/cash flow courant 16,79 12,30
Cours/valeur comptable 5,06 5,56
Cours/valeur comptable tangible 5,12 5,64
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 8,17 % -

(e) : estimation

Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer