L'Oréal

FR0000120321
Alertes
Ajouter au portefeuille
250,60 EUR 18/07/2019 17:35 Paris
-1,00 EUR (-0,40 %) Variation depuis la dernière clôture
184,00 256,90  52 semaines min max
21,31 % Rendement sur 1 an
1,69 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    L’Oréal parvient à maintenir son bon niveau de croissance il y a 3 mois - vendredi 19 avril 2019
    Mais le groupe est de plus en plus dépendant de la Chine. Un peu trop à notre goût.
     
     
     
     

    Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    L’Oréal ne signale aucun ralentissement de son activité en Chine il y a 5 mois - lundi 11 février 2019
    Ce pays reste toujours friand des produits de luxe français.

    Pour le numéro un mondial des cosmétiques, la zone Asie-Pacifique est devenue plus importante que l’Amérique du Nord. Mais l’action est loin d’être une aubaine.
    VENDEZ.

    L’Oréal signe pour 2018 la plus forte croissance annuelle de son chiffre d’affaires depuis 2007 : +7,1% (hors cessions et acquisitions).
    Au 4e trimestre, les ventes de produits de luxe ont été vigoureuses (+14,7% hors effets de change, cessions et acquisitions), notamment en Asie-Pacifique (+26,2%) et surtout en Chine.
    Le cours actuel, assez élevé, ne permet guère d’erreur dans l’évolution prochaine des bénéfices.
    D’une part, sur l’année, la croissance en Europe Occidentale et en Amérique du Nord reste trop faible (respectivement -0,3% et +2,7%) et rend le groupe trop dépendant des pays émergents (et donc trop exposé à la volatilité de leur devise).
    D’autre part, malgré l’envolée des ventes en ligne (+40,6%), la marge opérationnelle ne grimpe que de 0,3% (à 18,3%), sous la pression des frais marketing.
    Nous réduisons légèrement nos prévisions de bénéfice par action à 7,45 EUR pour 2019 (contre 7,60 auparavant) et à 7,80 EUR pour 2020 (contre 8,10).

    Cours au moment de l’analyse : 217,50 EUR

    Avec une part du marché mondial de quelque 15 %, L'Oréal est le leader des cosmétiques, tant pour le marché grand public que professionnel. Il vise un renforcement rapide dans les pays émergents.

    Partagez cet article

  • Analyse
    L’Oréal affiche la plus forte croissance trimestrielle de son activité depuis 10 ans il y a 8 mois - vendredi 2 novembre 2018
    Mais s’agit-il vraiment de chiffres de toute beauté ?

    Pas vraiment. Ils renferment des déséquilibres.
    L’action est trop chère selon nous.
    VENDEZ.

    Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires a grimpé plus que prévu (+7,5% par rapport à un an plus tôt, hors cessions et acquisitions). Nous relevons dès lors légèrement nos prévisions de bénéfice par action à 7,20 EUR pour 2018 (contre 7 auparavant) et à 7,60 EUR pour 2019 (contre 7,50).
    Cette croissance trimestrielle du chiffre d’affaires est la plus forte des dix dernières années. Le fer de lance sont les produits de luxe (+14,8%).
    Plus surprenant : la demande chinoise accélère (+25,8% pour l’Asie Pacifique), malgré les tensions sur ce marché.
    Mais des faiblesses restent marquantes, notamment dans les produits grand public (+2,3%) et les pays développés (-0,7% pour l’Europe de l’Ouest, +2,7% pour l’Amérique du Nord).
    Ces déséquilibres exposent le groupe à une certaine fragilité en cas de ralentissement du luxe ou de l’Asie.

    Cours au moment de l’analyse : 199,80 EUR

    Avec une part du marché mondial de quelque 15%, L'Oréal est le leader des cosmétiques, tant pour le marché grand public que professionnel.

    Partagez cet article

  • Analyse
    L’Oréal tente de séduire ses actionnaires il y a 10 mois - vendredi 7 septembre 2018
    Mais l’action, est-elle effectivement intéressante au cours actuel ?

    La communication est bien rodée chez L’Oréal où le management n’hésite jamais à pointer « l’excellente croissance » qui se renforce, la rentabilité opérationnelle qui augmente ou les banques « ravies » de prêter de l’argent au groupe. Mais y a-t-il vraiment de quoi séduire l’actionnaire au cours actuel ? Nous ne le pensons pas.
    VENDEZ.

    Hausse des prix

    Le 1er semestre 2018 a vu L’Oréal renouer avec une croissance organique inédite depuis 2007, à savoir 6,6%. Une performance favorisée à 80% par la hausse des prix, le groupe profitant de la préférence des consommateurs sur le marché des cosmétiques pour des produits plus chers, voire de luxe. Résultat, malgré la hausse des dépenses de marketing, la rentabilité opérationnelle gagne 0,3% à 19,2%.

    À relativiser

    L’enthousiasme affiché une nouvelle fois par le management doit toutefois être relativisé selon nous. Certes, la hausse du bénéfice par action sur le semestre est de 11,5%. Mais cette amélioration n’est aussi due, pour près de la moitié, qu’à un allègement fiscal.

    La croissance est en outre portée presque intégralement par les pays émergents, Chine en tête. Or, ces pays souffrent actuellement de devises qui s’affaiblissent, ce qui n’a pas permis au chiffre d’affaires de progresser (-0,2% après effets de change).

    L’Europe occidentale (notamment la France) mais aussi l’Amérique du Nord ne sont du reste pas au niveau espéré, cette dernière ayant même perdu 1/3 de sa croissance sur deux ans malgré la bonne santé de l’économie américaine.

    Des lendemains plus difficiles ?

    Avec le retour à une croissance du chiffre d’affaires de plus de 5%, ce qui constituait un des objectifs du groupe, nous dirigerions-nous durablement vers une croissance bénéficiaire à deux chiffres, comme l’exigerait, selon nous, le cours actuel ? Pas sûr !

    D’une part, le rythme de l’activité pourrait ralentir en cas de recul de la croissance économique mondiale, e.a. dans les pays émergents, sur fond de protectionnisme. D’autre part, la rentabilité opérationnelle est déjà élevée et les divisions luxe et cosmétique active n’ont pu l’améliorer sur le semestre malgré leurs succès.

    Au vu de nos prévisions de bénéfice par action 2018 et 2019 à respectivement 7 et 7,5 EUR, l’action n’est pas intéressante. Vendez.

    Cours au moment de l’analyse : 197,25 EUR

    Avec une part du marché mondial de quelque 15%, L'Oréal est le leader des cosmétiques, tant pour le marché grand public que professionnel. Il vise un renforcement rapide dans les pays émergents.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Le cours de L’Oréal oublie que le groupe n’est pas sans faille il y a un an - mardi 13 février 2018
    La Bourse est trop généreuse.

    L’action n’est pas une aubaine.
    VENDEZ.

    En 2017, hors cessions et acquisitions, le chiffre d’affaires de l’Oréal a crû de 4,8%, et même de 5,5% au 4e trimestre, soit un peu plus que prévu. Le bénéfice par action a grimpé de 15,3% à 6,40 EUR, grâce au bon contrôle des coûts et à une baisse des impôts. Ce sont surtout les produits de luxe qui ont tiré cette performance, principalement dans la zone Asie-Pacifique. Mais tout n’est pas rose pour autant. Au sein du groupe, il y a des disparités. Dans certaines régions, la progression du chiffre d’affaires est trop faible (Europe Occidentale : +2,6%, Amérique du Nord : +1,7%); c’est aussi le cas dans les produits professionnels (+0,2%) et grand public (+2,2%). Et même dans les produits de luxe, la croissance de L’Oréal ne surpasse pas celle de certains concurrents (Estée Lauder, Coty…). Le groupe se montre toutefois confiant en l’avenir, relève son dividende de 7,6% à 3,55 EUR brut et se dit prêt à racheter la part de son capital détenue par Nestlé (23,1%), si ce dernier voulait la vendre (ce qu’il a jusqu’ici a démenti). Nous pensons cependant qu’au cours actuel, L’Oréal paierait un peu trop cher une telle opération. Quoi qu’il en soit, nous misons sur un bénéfice par action de 7 EUR en 2018 et de 7,50 EUR en 2019 et considérons que l’action n‘est pas une aubaine.

    Cours au moment de l'analyse : 176,40 EUR

    Avec une part du marché mondial de quelque 15%, L'Oréal est le leader des cosmétiques, tant pour le marché grand public que professionnel. Il vise un renforcement rapide dans les pays émergents.

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 256,90 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 184,00 EUR
Code ISIN FR0000120321
Bourse Paris
Euronext non
Bêta 0,88
Volatilité 14,48 %
Nombre d'actions existantes 560.341.500
Capitalisation boursière (en milliards) 140,98 EUR
Secteur Biens de consommation
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 105.359 EUR
Score corporate governance 5
Pays France

Chiffres-clés par action (EUR)

2019 (e) 2018 2017 2016
Dividende 4,25 3,85 3,55 3,30
Bénéfice courant 7,60 6,96 6,40 5,55
Bénéfice net 7,60 6,96 6,40 5,55
Cash flow courant 9,65 8,94 8,58 8,10
Cash flow net 9,65 8,94 8,58 8,10
EBIT 9,45 8,63 7,44 7,15
EBITDA 11,50 10,61 9,62 9,69
Valeur comptable 47,40 44,27 40,79 40,45
Valeur comptable tangible 30,25 27,12 24,94 24,75

Performance (en euros)

L'Oréal Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 5,32 % -0,50 % 3,60 %
Rendement sur 6 mois 29,91 % 10,53 % 14,77 %
Rendement sur 1 an 21,31 % 0,70 % 10,56 %
Rendement sur 5 ans 16,89 % 2,67 % 12,91 %

Ratios financiers de la société

2018 2017 2016 2015
Pay out 55,31 % 55,43 % 59,51 % 52,65 %
Current ratio 1,23 1,20 1,09 1,13
Return on equity 15,72 % 15,69 % 13,71 % 15,07 %
Total return on equity 15,72 % 15,69 % 13,71 % 15,07 %
Marge brute 72,78 % 71,72 % 71,58 % 71,19 %
Marge nette 14,48 % 13,78 % 12,03 % 13,06 %
Marge EBIT 17,92 % 15,99 % 15,47 % 16,61 %
Marge EBITDA 22,04 % 20,67 % 20,98 % 20,30 %
Taux d'imposition 24,78 % 20,09 % 28,09 % 27,05 %
Gearing -11,10 -8,20 -2,12 -2,82
Fonds propres/total du bilan 64,43 % 64,61 % 63,59 % 64,91 %

Données boursières par action

2019 (e) 2018
Rendement de dividende 1,69 % 1,53 %
Cours/bénéfice courant 33,11 36,14
Cours/cash flow courant 26,07 28,14
Cours/valeur comptable 5,31 5,68
Cours/valeur comptable tangible 8,32 9,28
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 5,36 % -

(e) : estimation