Zurich Insurance Group CH0011075394

Alertes
Ajouter au portefeuille
293,00 CHF 23/08/2017 17:31 Zurich
0,00 CHF (0,00 %) Variation depuis la dernière clôture
245,20 298,70  52 semaines min max
21,86 % Rendement sur 1 an
5,81 % Rendement de dividende
Tous les détails

Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Le redressement de Zurich Insurance se poursuit il y a 3 mois - mercredi 17 mai 2017
    Les premiers chiffres relatifs à 2017 le confirment.
     
     
     
     

    Ce contenu premium est réservé à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Zurich Insurance prépare-t-il une augmentation de capital pour financer une acquisition ? il y a 4 mois - mardi 11 avril 2017
    A ce stade, ce n’est que spéculation.

    Et si c’est le cas, nous ne misons pas sur une grosse opération mais plutôt sur un intérêt pour de petites cibles. Dans l’attente, le cours est à un niveau correct et le rendement sur dividende reste séduisant.
    CONSERVEZ
    .

    Selon la presse italienne, Zurich préparerait une augmentation de capital de 8,5 milliards de francs suisses (gros montant pour une capitalisation boursière de 41 milliards). Pourtant, au vu du résultat 2016, le groupe n’a pas de souci de trésorerie et pas besoin de solidifier son bilan. Alors pourquoi ? Pour financer une grosse acquisition ? Peu probable selon nous. Le groupe rejette d’ailleurs cette éventualité et dit privilégier la rentabilité à la taille. En revanche, une acquisition plus petite ou le rachat d’actifs vendus par des concurrents (Generali…) semblent envisageables. Et si c’est le cas, vu que 75% des bénéfices sont distribués aux actionnaires, Zurich ne pourrait effectivement compter sur ses résultats pour financer ces opérations. En outre, en dépit de sa récente baisse, l’action offre encore sur les 12 derniers mois un rendement de 40% (cours + dividendes, en EUR), contre 18% pour la moyenne des assureurs européens. Une performance obtenue grâce aux restructurations inscrites dans le plan 2017-2019 (mais dont les progrès sont en grande partie inclus dans le cours).

    Cours au moment de l'analyse : 268,30 CHF

    L’assureur suisse Zurich est actif dans l’assurance-vie et le non-vie (assurance habitation…). Il est très présent dans l’assurance dommage et donc sensible aux catastrophes naturelles.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Zurich Insurance confirme ses ambitieux objectifs pour 2019 il y a 6 mois - jeudi 23 février 2017
    Le cours a aussi profité de la remontée des taux.

    CONSERVEZ POUR LE DIVIDENDE.

    Certes, le groupe n’est pas tout à fait remis de la catastrophique année 2015. Néanmoins, en 2016, son bénéfice opérationnel a rebondi de 55%. C’est grâce à des plus-values. Mais aussi à l’assurance-dommage, sa principale activité, qui a engrangé plus de nouveaux contrats et qui profite peu à peu des mesures en faveur de sa rentabilité (plutôt que sa taille, comme par le passé). En outre, en 2016, le groupe a réalisé des économies de 300 millions de dollars et il vise toujours un objectif de 1,5 milliard d’ici 2019. Il confirme aussi ses objectifs de croissance et de rentabilité annoncés fin 2016. Pour y parvenir, la (petite) amélioration de la croissance économique en Europe sera la bienvenue. Mais nous estimons toujours que ces objectifs sont plutôt ambitieux, au vu de la pression sur les prix, exercée par la concurrence de ténors du secteur (Axa, Aegon, Generali...). Pour 2016, le groupe distribuera un dividende stable (17 CHF brut; rendement de 6% brut). Un montant qui, sauf accident, ne devrait pas être menacé ces deux prochaines années. Et nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action à 23 CHF pour 2017 et 24 CHF pour 2018.

    Cours au moment de l'analyse : 279,90 CHF

    L’assureur suisse Zurich est actif dans l’assurance-vie et le non-vie (assurance habitation…). Il est très présent dans l’assurance dommage et donc sensible aux catastrophes naturelles.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Ne vendez pas ces 8 actions ! il y a 7 mois - vendredi 6 janvier 2017
    La récente hausse des Bourses pourrait vous tenter de prendre les bénéfices obtenus sur certains titres. Mais une action qui a bien grimpé n’est pas ipso facto survalorisée.
    Ne vendez pas ces 8 actions !

    Ne vendez pas ces 8 actions !

    Elle peut garder un plus ou moins beau potentiel. Et donc mériter de rester en portefeuille. Parmi les belles hausses récentes, nous avons sélectionné pour vous 8 valeurs dont vous ne devez pas vous séparer (tout en veillant à ce que, au sein de votre portefeuille d’actions individuelles, chaque titre ne dépasse pas 5% de la valeur totale de celui-ci).

    ACHETEZ

    Axa (assurance)
    L’actuelle hausse des taux à long terme donnera enfin un peu d’oxygène aux bénéfices du groupe, ce qui l’aidera à atteindre ses objectifs de croissance. Le plan «Ambition 2020» et le contrôle des coûts améliorent en outre la visibilité sur les perspectives. Le cours, qui correspond à 10 fois le bénéfice par action attendu pour 2017, garde du potentiel.

    BMW (automobile)
    BMW maintient le cap de la croissance. Sur les 11 premiers mois de 2016, ses ventes ont grimpé de 6 % par rapport à la même période en 2015. Un rythme certes moins dynamique que par le passé, mais meilleur que celui des concurrents, atteint grâce à l’attractivité et l’étendue de la gamme, ainsi qu’à l’engouement pour les véhicules SUV (gamme X). L’exercice 2016 devrait dégager un bénéfice, malgré l’impact sur la rentabilité de la hausse des frais de personnel. A plus long terme, la puissance des marques du groupe (incluant aussi Mini et Rolls-Royce) soutiendra le chiffre d’affaires et le bénéfice. Le potentiel du cours n’est pas épuisé.

    Chevron (pétrole)
    La stratégie mise en place pour réduire les coûts, et s’adapter à la faiblesse des prix du pétrole, porte ses fruits. Elle permet de générer des liquidités et de réduire l’endettement. Mais aussi et surtout de préserver le dividende. En outre, le cours ne tient pas assez compte des espoirs qu’on peut nourrir quant à la poursuite de la (lente) remontée du prix du baril (grâce notamment à l’accord au sein de l’OPEP). L’action Chevron est une belle valeur solide.

    Cisco (technologie)
    Ces dernières années, malgré un ralentissement de la croissance du chiffre d’affaires, le groupe a su garder une confortable rentabilité, grâce à la maîtrise de ses coûts. Et ces prochaines années, la demande pour ses produits devrait se redresser, grâce aux nouveaux besoins en équipements de communications (e.a. 5G). En outre, le groupe détenant plus de 60 milliards de dollars sur des comptes à l’étranger, il pourrait être un des grands bénéficiaires d’une mesure évoquée par Trump : l’allégement fiscal sur le rapatriement de cash aux USA.

    Rio Tinto (mines)
    Le rebond du cours n’est pas terminé. L’action conserve un potentiel de hausse, grâce à la bonne orientation des prix des matières premières, lesquels sont soutenus autant par une demande chinoise accrue que par une anticipation de croissance de la demande américaine (vu l’annonce de grands travaux faite par Trump). Le groupe fait en outre de gros efforts pour générer plus de liquidités, en améliorant sa productivité et en cédant des actifs.

    CONSERVEZ

    ArcelorMittal (sidérurgie)
    Les réductions de coûts et le rebond des prix de l’acier permettent enfin à la rentabilité de se redresser. Par ailleurs, l’augmentation de capital réalisée au 1er trimestre 2016 rassure sur la solidité du groupe. Toutefois, même si le protectionnisme annoncé par Trump laisse espérer une hausse des prix de l’acier, les faiblesses dont souffre toujours le secteur (demande atone, surcapacités chroniques) nous empêchent de conseiller un achat.

    National Grid (électricité)
    En juillet 2016, le cours a atteint son sommet historique, grâce notamment au statut de valeur refuge du titre. Le groupe a en outre cédé ses actifs dans le gaz au Royaume-Uni. De quoi se focaliser sur des activités plus dynamiques (et distribuer un dividende exceptionnel en 2017). La baisse du cours accusée entre-temps ne rend pas le titre digne d’achat. Mais il vaut la peine d’être gardé en portefeuille, pour son caractère défensif et son rendement sur dividende (4,7% brut).

    Zurich Insurance (assurance)
    Le suisse a commencé à récolter le fruit des initiatives prises en 2015 pour améliorer ses marges. Mais compte tenu de la concurrence, il devait aller plus loin. Ce fut chose faite en février, avec l’annonce de l’accélération de la restructuration. De quoi soutenir le dividende ces prochaines années. Mais le cours tient compte d’une grande partie des bonnes nouvelles.

     

    Partagez cet article

  • Analyse
    Zurich Insurance rassure ses actionnaires il y a 9 mois - vendredi 25 novembre 2016

    Soucieux de rassurer ses actionnaires, l’assureur suisse annonce un plan 2017-2019, visant surtout à améliorer la rentabilité et à favoriser le dividende. Celui-ci offre un rendement de 6,4 % brut. Mais ce plan n’a pas assez de punch selon nous pour donner à l’action le potentiel suffisant pour envisager son achat.

    CONSERVEZ. 

    Résultats trimestriels

    Au 3e trimestre, les revenus du suisse ont reculé de 1 % et la rentabilité s’est un peu améliorée. Un résultat dans la tendance de celle de l’ensemble du secteur européen de l’assurance : vu l’absence de croissance économique et la faiblesse des taux d’intérêts, les assureurs ne peuvent tabler que sur la maîtrise des coûts pour améliorer leurs résultats et distribuer un dividende.

    Plan 2017-2019

    C’est dans cette même optique que Zurich lance son nouveau plan de mesures, étalé sur trois ans. Par ce plan, dont le coût est estimé à 2,40 CHF par action en 2016 et 2017, Zurich vise à terme une croissance des revenus sans acquisitions et veillera à concentrer ses efforts sur la défense de sa rentabilité. Il table ainsi sur un rendement des fonds propres d’au moins 12 % (contre 12 à 14 % visés auparavant). C’est possible mais pas garanti, car dépendant beaucoup de l’environnement économique (or, nous ne prévoyons pas pour ces prochaines années d’accélération de la croissance en Europe…). Le groupe ne se prononce par ailleurs pas sur la croissance des bénéfices visée.

    Quel dividende ?

    Certes, ce plan 2017-2019 n’apporte rien de spectaculaire et manque sans doute de souffle. Mais, alors que les actionnaires se demandaient si le dividende payé jusqu’ici était tenable (il a été de 17 CHF brut en 2015), il répond sans doute à leurs attentes. Car le plan prévoit d’ici 2019 une réduction des coûts de l’ordre de 1,5 milliard de dollars, ce qui représente environ 50 % du montant total distribué en dividendes. Et le groupe précise que le dividende sera de minimum 17 CHF brut. Une annonce qui donne foi à la discipline de sa gestion.

    Cours au moment de l’analyse : 268,10 CHF

    L’assureur suisse Zurich est actif dans l’assurance-vie et le non-vie (assurance habitation…). Il est très présent dans l’assurance dommage et donc sensible aux catastrophes naturelles.

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 298,70 CHF
Minimum sur les 12 derniers mois 245,20 CHF
Code ISIN CH0011075394
Bourse Zurich
Euronext non
Bêta 0,98
Volatilité 19,19 %
Nombre d'actions existantes 150.607.400
Capitalisation boursière (en milliards) 44,08 CHF
Secteur Secteur financier
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 141.989 CHF
Score corporate governance 6

Chiffres-clés par action (CHF)

2017 (e) 2016 2015 2014
Dividende 17,00 17,00 17,00 17,10
Bénéfice courant 23,00 21,18 11,90 24,06
Bénéfice net 23,00 21,18 11,90 24,06
Cash flow courant 0,00 0,00 0,00 0,00
Cash flow net 0,00 0,00 0,00 0,00
EBIT 0,00 0,00 0,00 0,00
EBITDA 0,00 0,00 0,00 0,00
Valeur comptable 210,00 201,00 209,27 343,55
Valeur comptable tangible 200,00 192,00 200,00 327,13

Performance (en euros)

Zurich Insurance Group Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois -1,83 % -3,92 % -2,05 %
Rendement sur 6 mois 4,20 % 0,65 % -6,97 %
Rendement sur 1 an 21,86 % 10,39 % 8,21 %
Rendement sur 5 ans 13,02 % 6,89 % 12,96 %

Ratios financiers de la société

2016 2015 2014 2013
Pay out 86,20 % 155,84 % 75,94 % 71,72 %
Current ratio - - - -
Return on equity 10,47 % 5,90 % 11,21 % 12,39 %
Total return on equity 10,47 % 5,90 % 11,21 % 12,39 %
Marge brute - - - -
Marge nette - - - -
Marge EBIT - - - -
Marge EBITDA - - - -
Taux d'imposition 34,64 % 38,74 % 28,56 % 28,54 %
Gearing - - - -
Fonds propres/total du bilan 8,49 % 8,61 % 9,06 % 8,37 %

Données boursières par action

2017 (e) 2016
Rendement de dividende 5,81 % 5,81 %
Cours/bénéfice courant 12,73 13,82
Cours/cash flow courant - -
Cours/valeur comptable 1,39 1,46
Cours/valeur comptable tangible 1,46 1,52
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 7,41 % -

(e) : estimation

Recommanderiez-vous l'utilisation de cette page à votre famille et vos amis? Donnez un score compris entre 1 (certainement pas) et 10 (certainement) *
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Votre commentaire (optionnel)
Envoyer et Fermer