Analyse
Notre portefeuille : gain de 2,5 % en mars il y a un an - vendredi 8 avril 2016

C’est grâce notamment à l’activité des banques centrales et aux obligations en réal brésilien.

Le rendement annuel moyen sur 10 ans est de 5,4 %.
Ce sont les pays émergents, Brésil et Afrique du Sud notamment, qui ont apporté le rendement nécessaire.
Nous ne changeons rien à
notre stratégie.

 

HSBC GIF Brazil Bond a progressé de 13 % grâce à une combinaison de facteurs positifs. La devise brésilienne, le real, s’est appréciée de 7 % par rapport à l’euro. Un nouveau gouvernement devrait être mis en place au Brésil, une perspective qui a fait revenir pas mal de capitaux vers le pays et a contribué aussi à soutenir le real. Au même moment, l’euro a baissé sur le marché des changes après l’annonce par la Banque centrale européenne de nouvelles mesures de soutien à l’économie. Enfin, les taux obligataires brésiliens sont nettement repartis à la baisse. Le pays a même pu se permettre d’émettre un emprunt de grande taille au taux de 6,125 % (soit relativement peu élevé pour le Brésil). Cela a fait bondir le cours des obligations existantes (plus généreuses), ce qui explique la belle hausse des fonds obligataires.

 

iShares MSCI South Africa UCITS ETF a fait presqu’aussi bien (+ 12,3 %). Un redressement dû pour une bonne part au retour de l’appétit des investisseurs pour les placements plus risqués et à la renaissance de la demande de matières premières. Là aussi, les capitaux étrangers sont revenus en masse. L’avoir du plus grand tracker opérant sur ce marché a gonflé de plus de 40 % en un mois ! Pour info, ce tracker investit relativement peu dans le secteur des matières premières (5 %) et davantage dans les biens de consommation (35 %) et la finance (30 %).

Partagez cet article