Analyse
Cédric, 48 ans, marié, deux enfants à charge, veut équilibrer son portefeuille de placements il y a 4 mois - mercredi 21 juin 2017
Il nous demande de l’analyser et de formuler des conseils. Nous lui répondons.
Cédric, 48 ans, marié, deux enfants à charge, veut équilibrer son portefeuille de placements

Cédric, 48 ans, marié, deux enfants à charge, veut équilibrer son portefeuille de placements

La situation de Cédric

Cédric est marié à Caroline. Le revenu net du couple s’élève à 5 000 EUR par mois. Cédric a hérité d’un portefeuille de titres (actions + fonds de placement) pour 160 000 EUR qui s’ajoute aux 40 000 EUR qu’il a lui-même investis dans un fonds d’actions internationales. 30 000 EUR sont par ailleurs sur un compte d’épargne. Cédric et Caroline disposent aussi d’une épargne-pension qu’ils continuent d’approvisionner pour bénéficier des avantages fiscaux. Le couple a terminé de rembourser sa maison. Sa capacité d’épargne s’en trouve dès lors améliorée. Cédric l’estime à 1 000 EUR par mois.

Le triple objectif de Cédric

– Epargner pour financer les études supérieures de ses enfants dans quelques années (coût total estimé à 75 000 EUR)
– Donner à ses enfants une somme pour se lancer dans la vie dans une dizaine d’années (à chacun 25 000 EUR, soit 50 000 EUR en tout)
– Constituer un pécule pour prendre sa retraite dans une quinzaine d’années (pour maintenir un train de vie confortable, le couple aura besoin d’un complément de 1 000 EUR par mois).

Nos pistes pour atteindre ces objectifs

– Les 30 000 EUR sur le compte d’épargne doivent y rester pour parer aux dépenses imprévues. Si Cédric laisse cet argent dans la grande banque où il est client, il touchera, en cinq ans ± 140 EUR en tout. En entrant ses données dans notre calculateur, nous trouvons un compte offrant 1 800 EUR d’intérêts sur la même période (en supposant le maintien des taux actuels). C’est le DB Saving Plan de Deutsche Bank, avec un taux de base de 0,90% et une prime de fidélité de 0,30%. Les versements étant plafonnés à 500 EUR par mois, Cédric et Caroline ont intérêt à ouvrir chacun un compte, pour pouvoir verser 1 000 EUR.
– Pour financer les études des enfants qui débuteront dans un peu moins de cinq ans, nous conseillons de déjà mettre régulièrement de l’argent de côté, afin que l’effort ne soit pas trop important dans quelques années. Avec une capacité d’épargne de 1 000 EUR par mois, dans cinq ans, Cédric et Caroline auront un bon 60 000 EUR; le solde pourra être facilement complété en cours de route. L’échéance approchant, nous conseillons de ne pas prendre de risque avec cette épargne. Nous recommandons un compte d’épargne. Le rendement est certes peu élevé, mais ce qui compte avant tout ici, c’est de sécuriser l’avoir.
– Pour l’argent à donner aux enfants, Cédric souhaite donner en tout 50 000 EUR dans une dizaine d’années. Compte tenu de l’horizon de placement, Cédric peut se permettre un peu de risque, pour un rendement plus élevé. Il possède déjà un fonds d’actions internationales, pour 40 000 EUR, lequel lui permettra de dépasser aisément, si tout se passe bien, son objectif de 50 000 EUR dans dix ans. Mais, s’agissant d’une épargne pour ses enfants, Cédric ne veut pas prendre un risque trop élevé. Il dit aussi ne pas vouloir consacrer trop de temps à la gestion de cette épargne. Nous lui suggérons dès lors de remplacer le fonds existant par un mixte défensif, qui investit environ 25% en actions, le reste en obligations, plus sûres, et dont le rendement devrait permettre d’atteindre l’objectif.
Pour choisir le fonds, nous utilisons notre comparateur de fonds et trouvons notamment KBC Master Fund Low, NN (L) Patrimonial Defensive et M&G Optimal Income Fund A EUR Hedged
– Pour le complément pour la retraite, Cédric vise 1 000 EUR par mois. Nous avons calculé que pour y parvenir, Cédric et Caroline devront disposer d’ici une quinzaine d’années d’un capital de 500 000 EUR. Ce capital sera suffisant s’ils acceptent l’idée d’en « manger » au fur et à mesure une partie pour constituer la rente. C’est le cas. Cédric nous informe qu’à la retraite, lui et sa femme toucheront le capital de leur assurance de groupe et de leur épargne-pension, soit un montant estimé à 175 000 EUR. Cela réduit le capital à se constituer à 325 000 EUR, soit un peu plus du double de la valeur actuelle du portefeuille de titres (160 000 EUR). Pour atteindre cet objectif, cela suppose que le patrimoine de Cédric s’apprécie en moyenne de 5% par an ces quinze prochaines années. Ce rendement ne peut être atteint qu’en adoptant une stratégie mixant les placements sans risque et les placements à risque (stratégie équilibrée ou neutre). Cédric nous dit accepter de voir ses placements perdre jusqu’à 15% sur une courte période s’ils lui permettent de dégager ultérieurement une plus-value. Cela cadre avec la stratégie que nous voulons lui proposer.

Notre analyse du portefeuille de Cédric et nos recommandations.

Limitez le poids des actions individuelles à 25%
Le succès d’un portefeuille de placements repose avant tout sur sa répartition correcte. Chose que permettent facilement les fonds et moins les actions individuelles. Voilà pourquoi nous recommandons à Cédric de se constituer en priorité un portefeuille de fonds diversifié. Vu qu’il souhaite toutefois s’impliquer activement dans la gestion de son portefeuille, il peut conserver ses actions individuelles, mais pour un quart de son avoir seulement (40 000 EUR). Il doit donc en revendre la moitié.
Réaménagez le portefeuille d’actions 
Su 10 actions détenues, Cedric a 7 américaines et 3 européennes. Nous recommandons de mieux diversifier. Les titres américains demeurent intéressants, mais après la hausse des derniers mois, certains sont devenus chers (Facebook, Amazon) ou prennent trop de place (Microsoft : 23% du portefeuille). Nous recommandons à Cédric de vendre Facebook et Amazon ainsi que 75% du poste Microsoft. Le produit de la vente sera destiné à renforcer le portefeuille de fonds. Pour le reste, nous conseillons d’alléger le poids des autres américaines pour acheter des européennes (BMW, Ahold Delhaize et Axa). 
Améliorez la composition du portefeuille de fonds
Cédric a hérité d’un portefeuille de fonds comprenant 50% d’actions belges, 25% d’actions américaines et 25% d’obligations en euro. Ce n’est pas une répartition optimale. Pour obtenir un meilleur rendement tout en s’exposant moins aux risques, nous suggérons de réinvestir les 40 000 EUR de la vente des actions et de s’inspirer de notre portefeuille équilibré.

Partagez cet article