Analyse
Warehouses De Pauw a déjà relevé deux fois ses prévisions 2011 il y a 6 ans - mardi 20 septembre 2011

Vu le taux d’endettement élevé, une augmentation de capital d’ici un an ou deux est vraisemblable.

Cela pourrait peser sur le cours. CONSERVEZ néanmoins vu les perspectives toujours assez favorables et le brillant palmarès.

 

Depuis le mois de mai, la sicafi a déjà relevé par deux fois ses prévisions bénéficiaires pour 2011. Mais vu la hausse du nombre d’actions (+5 %) suite au succès du dividende en titres, la prévision par action reste quasi inchangée, à 3,26 EUR. La prévision semble donc conservatrice, alors que le bénéfice sur les six premiers mois s’élève déjà à 1,70 EUR et que de nouvelles acquisitions (aux Pays-Bas et à Genk notamment) ou de nouvelles locations (à Nivelles et Courcelles) contribueront au résultat du second semestre. Pour notre part, nous espérons un peu plus : un bénéfice de 3,33 EUR et un dividende de 2,55 EUR net (contre 2,50 EUR pour la sicafi). Le taux d’occupation a lui encore progressé pour passer de 95,7 % au 31/12/10 à 96,5 % au 30/06. Suite aux nouveaux investissements et malgré l’augmentation des fonds propres découlant du dividende en titres, le taux d’endettement s’est établi à 57,3 % le 30/06, contre 55,2 % le 31/12/10. Mais d’ici la fin de l’année, ce taux devrait baisser à ±56,4 %. Ce taux, toujours élevé, pourrait encore grimper vu l’important programme de développement (notamment via la mise en exploitation de la réserve foncière en Roumanie) et les nouveaux investissements envisagés aux Pays-Bas. Par contre, le programme d’investissements solaires (plus de 10 % des rentrées locatives) est freiné par la diminution drastique, voire la suppression, des subsides dans plusieurs pays (Belgique, France,…). En valeur locative, la Belgique représente 61,5 % du portefeuille, les Pays-Bas 25,4 %, la France 9,6 % et la Tchéquie 3,5 %. Malgré le repli du cours durant l’été, la prime s’élève encore à près de 26 %, mais le rendement, autour de 7 %, est très attrayant.

 

Cours au moment de l’analyse : 36,03 EUR

 

Partagez cet article