Analyse
Deal 5000 : projet intéressant ? il y a 3 ans - mercredi 19 février 2014

Deal 5000 propose d’investir dans l’immobilier au travers de la finance participative (ou crowdfunding). Intéressant ?

Non. Ce placement qui renferme trop d’incertitudes et d’inconvénients. Pour investir dans l’immobilier, pensez à la sicafi : elle offre d’office une réelle diversification, une gestion professionnelle, une bien meilleure liquidité et un rendement net attrayant. Elle est préférable à cette proposition de crowdfunding qui en est encore à ses balbutiements, suscite de trop nombreuses questions et a encore tout à prouver.
Nos conseils de placements en sir

 

Caractéristiques

L’investisseur qui participera à ce projet deviendra actionnaire d’une société qui sera elle-même propriétaire d’un immeuble. La valeur à investir, qui varie d’un projet à l’autre, tourne autour de 3 000 EUR. Le deal n’est validé que si suffisamment de candidats se manifestent. Toute personne qui a souscrit au deal ne peut plus refuser par la suite d’y investir.
Deal 5000 sera aussi actionnaire de la société et en assurera la gestion, ainsi que celle des biens immobiliers ainsi financés. Selon Deal 5000, les biens proposés ont une valeur maximale de 100 000 EUR, sont libres d’hypothèque, ont été rénovés et ont un locataire. Mi-février, www.deal5000.eu renseignait e 12 immeubles s dans la région de Charleroi et un vignoble en France. Pour l’avenir, Deal 5000 envisage d’investir dans des bureaux à Bruxelles et dans des appartements sur le littoral belge. Deal 5000 annonce un rendement de ±6 % brut.

Inconvénients

Il n’existe aucun prospectus et aucun contrôle de la FSMA, de la Banque nationale ou de n’importe quel autre organisme. Il n’y a pas de cotation en Bourse et la liquidité du placement est très limitée. L’investissement souffre d’un manque de diversification : il porte sur un seul bien à la fois, lequel peut toujours être abandonné par son locataire. Le capital investi ne bénéficie d’aucune protection. Et comment revendre sa part, le cas échéant ? La description des biens proposés est trop sommaire. On ne sait pas précisément dans quoi on investit. Le placement est peu transparent et tâché d’incertitudes.

Crowdfunding

Le principe du crowdfunding c'est de faire appel au grand public (la foule, en anglais crowd), pour financer (funding) un projet, en rassemblant de petits montants. Jusqu’ici, le cadre légal est un peu à la traîne. Le ministre des finances Koen Geens souhaite cependant démocratiser le crowdfunding, en réduisant les conditions, tant pour les entreprises que pour le particuliers. Les entreprises ne devraient ainsi prévoir aucun prospectus pour tout financement jusqu’à 300 000 EUR. Quant aux investisseurs, leur participation serait limitée à un maximum de 300 EUR.


Partagez cet article