Analyse
Croissance américaine encore revue à la hausse il y a 2 ans - vendredi 28 août 2015

Après un 1er trimestre décevant et un petit 0,6 % de croissance sur base annuelle, la croissance américaine du 2e trimestre vient d’être relevée une nouvelle fois à 3,7 %. De quoi envisager une hausse des taux directeurs américains dès septembre ?

Pareil scénario est à vrai dire devenu peu probable alors que les chances de voir la Fed s’engager aveuglement sur la voie des hausses de taux sans se soucier des marchés d’actions et d’obligations sont totalement nulles. Si nous avons pris nos bénéfices ça et là, les actions américaines restent bien présentes dans nos portefeuilles.
Consultez
notre stratégie pour plus d'info. 

 

Les raisons pour lesquelles un relèvement des taux en septembre nous semble peu probable sont les suivantes. Pour commencer, la révision de la croissance pour un trimestre clôturé voici deux mois ne nous apprend pas grand-chose sur l’état de santé actuel de l’économie américaine. Ensuite, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis et le mois d’août a été dominé par la Chine, la dévaluation de sa devise, la chute de ses marchés d’actions et les craintes concernant l’état de santé de son économie. Or, si la Fed pouvait jadis se permettre d’ignorer les événements en Chine, la dimension de cette économie est devenue telle que la capacité du pays à produire et à consommer n’est plus une question anodine pour la Réserve fédérale américaine.

 

En outre, si une croissance de 3,7 % est certes un excellent résultat et si les bénéfices des entreprises ont augmenté de 2,4 % par rapport au 1er trimestre (chiffre annualisé), cette progression est aussi insuffisante pour compenser la contraction de 5,8 % au 1er trimestre.
Enfin, la cherté du dollar, qui s’est accentuée par rapport à la plupart des devises émergentes depuis la dévaluation du yuan, n’est pas de nature à arranger les choses, que ce soit au niveau des bénéfices des entreprises américaines ou de la balance commerciale du pays.

 

Partagez cet article