Analyse
La semaine sur les marchés il y a un an - vendredi 26 août 2016

A un moment où les décisions des grandes banques centrales influencent fortement les marchés, la semaine a été marquée par l’attente de la rencontre de Jackson Hole, rendez-vous annuel des grandes banques centrales, ces 25, 26 et 27 août.

Chaque mot qui aura été prononcé à cette grand-messe sera analysé avec la plus grande attention, pour tenter de deviner quelles seront les politiques monétaires des prochains mois et en particulier, l’intention de la Fed en matière de taux directeurs d’ici la fin de l’année.

 

Par ailleurs, les investisseurs se sont aussi inquiétés de la hausse actuelle des stocks de pétrole, avec une production record pour l’ensemble de l’OPEP. Une offre trop abondante face à la demande, qui a fait chuter le prix du baril de Brent de 2 %.

 

Dans la zone euro, en revanche, l’indice PMI révèle des niveaux d’activité intéressants pour les entreprises et des chiffres de croissance dont la solidité se confirme, en Allemagne comme en Espagne.

 

Au final, le S&P 500 a perdu 0,5 % et le Stoxx Europe 50 a gagné 0,3 %.
Les marchés allemand et français ont peu bougé (-0,1 % pour le DAX et +0,1 % pour le CAC 40) mais d’autres marchés se sont mieux portés (Milan : +2,5 %, Madrid : +1,8 %).
Le Bel 20 a quant à lui grimpé de 0,9 %.

 

Secteurs

– Le secteur minier a perdu -4,7 %, pénalisé par le recul généralisé des métaux de base (le prix du cuivre a perdu 3,5 %) et les mauvais résultats du géant Glencore ; Rio Tinto (achetez) fait un peu mieux que son secteur et limite son recul à 2,3 %,
– Le secteur de l’énergie a limité la casse (-0,9 %), malgré le repli du prix du baril sous 50 USD
– Le secteur pharmaceutique (-1,1 %) a été pénalisé par de nouveaux propos d’Hillary Clinton sur la hausse excessive du prix du médicament EpiPen, laissant craindre un contrôle des prix aux USA. Quoi qu’il en soit, les pressions à la baisse sur les prix vont s’intensifier. Mais nous restons assez optimistes pour le secteur, qui garde des atouts (démographie, vieillissement, hausse des maladies chroniques).
– Le secteur des banques européennes (+3,2 %) a poursuivi le rebond entamé la semaine dernière, en dépit de la faiblesse des taux qui nuit aux marges. Mais nous restons à l’écart.

 

Actions

Agfa (achetez) a vu ses ventes reculer encore au 2e trimestre (-6,7 %, -4,1 % hors effets de change). Mais la rentabilité a progressé plus que prévu, grâce aux effets des restructurations et aux économies sur les matières premières. Le recul des ventes devrait être moins prononcé au 2nd semestre.
Ahold Delhaize (conservez), entité fusionnée d’Ahold et Delhaize, est une réalité depuis le 24 juillet. C’est donc pour la dernière fois que les deux distributeurs ont publié des résultats séparés : au deuxième trimestre, le bénéfice net d’Ahold a grimpé de 7,2 %, celui de Delhaize de 11,7 %.
– AstraZeneca (vendez) va céder à Pfizer certaines activités dans les antibiotiques, pour se focaliser sur les anticancéreux et relancer sa croissance après 2017 ; d’ici là, les génériques vont encore pénaliser ses ventes (au 2e trimestre, elles ont perdu 10 % hors effets de change).
– Deceuninck (conservez) a publié un résultat semestriel supérieur aux attentes : les ventes ont progressé un peu plus que prévu (+5,8 %) et les marges ont bien dépassé les attentes. La croissance des ventes a compensé la hausse de prix des matières premières.
– Elia (conservez pour le dividende) a publié un résultat semestriel sans surprise : il progresse en Belgique (grâce au nouveau cadre réglementaire) et diminue en Allemagne (e.a suite à la hausse des frais de maintenance) ; le dividende offrira un rendement de ±2,5 % net.
– Euronav (achetez) prévoit un 4e trimestre moins solide que prévu. Le dividende intérimaire qui sera payé le 30/09 est aussi moins élevé que prévu : 0,36 EUR net, soit 63 % seulement du bénéfice récurrent, contre 80 % annoncés pour le dividende total. Mais cela ne nous inquiète pas. Euronav veut garder de la marge pour des opportunités (rachats de bateaux, rachats d’actions propres…), 2016 restera un bon cru, et pour 2017, une remontée des tarifs de transport naval nous parait très probable.
– EVS (achetez) a réalisé un très bon 2e trimestre : ses ventes dépassent les attentes, la rentabilité continue de se redresser et il semble que les clients commencent enfin à investir dans les nouvelles technologies.
– IBA (vendez) a publié un chiffre d’affaires semestriel conforme à ses objectifs (+19,9 %), porté par les activités de protonthérapie. Mais la marge opérationnelle reste inférieure à celle du 2nd semestre 2015 (à 10,4 %). Le groupe maintient ses objectifs pour 2016.
– Kinepolis (vendez) a vu son nombre de visiteurs augmenter au premier semestre (+14,6 %), grâce surtout aux acquisitions (Pays-Bas, France, Luxembourg) ; le revenu de la vente de tickets d’entrée, de boissons et de snacks a crû de 15,9 % et le revenu moyen par visiteur est en hausse ; le chiffre d’affaires global grimpe de 13,9 % mais la rentabilité a un peu baissé (suite au coût de l’acquisition d’Utopolis, à la hausse des frais fixes consécutive à l’expansion du groupe…). Le bénéfice net (hors éléments non récurrents) perd 7,3 %, pénalisé aussi par une hausse des impôts (suite à une décision européenne).
Leasinvest Retail Estate (conservez) a publié son résultat semestriel : les revenus locatifs ont augmenté de quasi 13,2 % (grâce à l’acquisition de l’Entrepôt Royal de Tour &Taxis fin 2015), le bénéfice par action a atteint 3,02 EUR (contre 2,25 EUR un an plus tôt), le taux d’occupation a grimpé de 1,7 %, à 97,47 %, principalement grâce à la mise en location d’immeubles récemment rénovés. Par ailleurs, la SIR a pu vendre avec succès l’immeuble de bureaux Royal20 et elle a conclu pour l’immeuble Montoyer 63 une convention d’usufruit avec le parlement européen pour une durée de 21 ans.
– Picanol (vendez) a publié comme prévu un très bon résultat semestriel. Avec la confirmation de la forte demande de machines à tisser, le chiffre d’affaires a grimpé plus que nous pensions (+27 %) et le bénéfice a pris 59 %, hors participation dans Tessenderlo. Celle-ci contribue pour 20 % au bénéfice global et le bénéfice consolidé est en hausse de 44 %. Le groupe relève sa prévision de chiffres d’affaires 2016 (compte tenu du bon état des commandes).
– Qrf (conservez) publie un résultat semestriel révélant l’efficacité de l’expansion de son portefeuille, dont la valeur a grimpé de 11,9 % depuis début 2016 : le bénéfice par action grimpe de 5,2 %, à 0,81 EUR, le taux d’endettement a à peine augmenté (à 51,05 %) et le taux d’occupation est resté quasi stable (à 98,37 %).
– Renault (conservez) est dans la ligne de mire de la Commission Européenne, qui estime que son rapport sur les émissions polluantes, ordonné par le gouvernement français, omet certains résultats de tests (peut-être gênants). De quoi s’interroger sur l’impartialité de l’Etat français (qui détient 20 % du capital).
– Roularta (vendez) a publié un résultat moins flatteur qu’il n’y parait. La rentabilité est à nouveau sous pression (en cause : des investissements indispensables dans le numérique). Et le bénéfice opérationnel perd 12,3 % (base comparable).
– Solvay (achetez) inaugure une nouvelle ligne de production aux USA, va ainsi doubler ses capacités de production de fibre de carbone (pour les matériaux composites) et faire face à la demande croissante du secteur aéronautique.
– Tessenderlo (vendez) réduit ses prévisions 2016, malgré un bénéfice opérationnel semestriel en hausse de 17 % ; en cause la chute de 11,5 % du bénéfice de l’agrochimie. En revanche, la bio-valorisation renoue avec les bénéfices et le résultat des solutions industrielles gagne 22 %.
– Thrombogenics (vendez) publie des chiffres de ventes semestrielles du Jetrea toujours en recul. Mais il semble qu’à présent, ces ventes se stabilisent enfin. L’action reste cependant trop risquée (aucun autre produit n’étant prêt à être commercialisé avant plusieurs années).
– VGP (vendez) se porte bien : au 1er semestre, son bénéfice net a augmenté de plus d’un tiers, en dépit de la comptabilisation d’une moins-value de 6,4 millions d’euros sur des produits dérivés acquis pour se prémunir des effets d’une éventuelle hausse des taux ; le taux d’occupation des immeubles a augmenté et atteint 97,8 % (contre 97,3 % fin 2015) ; pour le 2nd semestre, le groupe s’attend à d’aussi bonnes prestations. Mais les perspectives prometteuses sont déjà bien incluses dans le cours.
– Volkswagen (conservez) est parvenu à mettre fin à un conflit avec des fournisseurs (qui avait entraîné l’arrêt de production de la Golf). Un soulagement, alors que le groupe doit encore gérer les conséquences du scandale des moteurs diesels.

 

A l’agenda

– Lundi 29/08 : résultat de D’Ieteren
– Mardi 30/08 : résultat d‘Ackermans & van Haaren, de CFE
– Mercredi 31/8 : résultat de Bouygues, Resilux, Sioen, Van de Velde ; chômage allemand, inflation dans la zone euro
– Jeudi 1/9 : paiement du dividende trimestriel de Pfizer (0,30 USD brut)
– Vendredi 2/9 : résultat d’Exmar ; chômage aux USA

Partagez cet article