Analyse
La semaine sur les marchés il y a 10 mois - vendredi 24 février 2017
Les indices clôturent sur une hausse limitée. En dépit d’un bon environnement économique et de bons résultats d’entreprises, les investisseurs sont prudents, dans l’attente des mesures de soutien promises par Trump.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

LA TENDANCE DES MARCHES

En dépit de prises de bénéfices en fin de semaine, vendredi midi, par rapport à une semaine plus tôt, le Stoxx Europe50 était en hausse de0,4%, porté notamment par de bons indicateurs économiques dans la zone euro. Le S&P500 gagnait0,5% et battait de nouveaux records grâce aux bons résultats de ses distributeurs (Wal-Mart, Home Depot). Le Bel20 affichait un recul hebdomadaire de 0,8% (globalement, il stagne depuis 1 mois).

LES SECTEURS D’ACTIVITES

– Le secteur télécom européen (+2,8%) bénéficie des rumeurs entourant Deustche Telekom (rumeurs de fusion entre sa filiale T-Mobile USA et Sprint), mais aussi des bons résultats de Telefónica et des résultats conformes aux attentes chez Orange et Proximus.
– Le secteur pétrolier reste bien orienté (+0,6%).
– Les valeurs bancaires (-1%) sont restées à la traîne, dans le sillage des faibles résultats publiés par HSBC.

LES NOUVELLES DES VALEURS COTEES

– Aegon (conservez) a publié pour le quatrième trimestre 2016 un résultat dépassant largement nos attentes, obtenu grâce à la baisse de son taux d’imposition et à la bonne marche de ses activités. Le groupe poursuit son plan à l’horizon 2018. Les coûts ont été réduits de 100 millions. L’objectif est d’atteindre 350 millions, dont 300 en Amérique du Nord. Les revenus ont aussi connu une belle croissance. Mais le cours est trop élevé pour un achat.
– Bayer (conservez) a publié pour 2016 un chiffre d’affaires et un bénéfice par action inférieurs aux attentes, malgré la forte progression de la filiale chimique Covestro et des médicaments sur ordonnance (notamment Xarelto et Eyla). En revanche, l’agrochimie est à la peine alors que Bayer envisage toujours de finaliser le rachat de Monsanto d’ici fin 2017. Le groupe prévoit une hausse de 5% de son Ebitda 2017 (base comparable). Nous réduisons nos prévisions.
– Deceuninck (conservez) a publié un résultat 2016 meilleur que prévu, un peu aidé par des éléments exceptionnels. L’exposition du groupe au marché turc ne nous inquiète pas trop. Nous relevons nos prévisions mais le cours tient déjà compte des perspectives.
– Elia (conservez) a publié un bénéfice 2016 en recul de 14,6% à 2,95 EUR par action, plombé par des éléments non-récurrents (sans ces éléments, le recul se limite à 4,4%). Le dividende à payer début juin atteindra 1,11 EUR net. Les gros investissements en cours devraient permettre une belle croissance bénéficiaire dans les années à venir.
– Nyrstar (conservez) a perdu 11% sur la semaine et a clôturé 2016 pour la 5e année consécutive dans le rouge; les réductions de valeurs des mines, plus lourdes encore au second semestre qu’au premier, ont creusé les pertes plus que prévu. Les activités minières génèrent enfin plus de liquidités qu’elles n’en consomment mais les négociations sur les tarifs de raffinage s’avèrent difficile.
– Proximus (conservez) affiche un résultat 2016 conforme à nos attentes (bénéfice par action :+8%). Pour 2017, le groupe table sur la stabilité des revenus et une hausse du bénéfice opérationnel, ce qui est conforme aux prévisions pour le secteur. Comme nous l’attendions, le dividende restera stable jusqu’en 2019 (il offre un rendement de 3,7% net).
– Saint-Gobain (conservez) a vu son chiffre d’affaires 2016 baisser de 1,3% (suite à des effets de change et des cessions) mais son bénéfice grimper de 1,2% (conformément à nos prévisions). Le dividende est légèrement relevé à 1,26 EUR brut. Pour 2017, le groupe mise sur une amélioration de la conjoncture, il va poursuivre ses économies et prévoit un résultat opérationnel en hausse (hors cessions, acquisitions et effets de change).
– Solvay (conservez) a publié pour 2016 des chiffres de ventes décevants (-2,3% hors effets de change, cessions et acquisitions) mais un bénéfice par action meilleur qu’attendu (6,01 EUR), grâce à des crédits d’impôt. Les perspectives sont cependant prudentes : le groupe confirme ses objectifs à moyen terme et prévoit pour 2017 une hausse décevante de son Ebitda (5% sur base comparable). Nous réduisons nos prévisions.
– Tesla (vendez) déçoit à nouveau et consomme toujours plus de cash qu’il n’en génère. Une nouvelle augmentation de capital est à craindre. Tesla annonce de plus vouloir augmenter ses investissements pour lancer son Model 3. Le cours est trop élevé, compte tenu des défis à relever.
– Teva (achetez) profitera du retard de l’homologation du Glatopa 40mg (la copie de son Copaxone 40mg). L’usine qui doit le produire vient d’être épinglée par les autorités sanitaires américaines pour des problèmes de conformité.
– UCB (vendez) a publié un résultat 2016 meilleur que prévu, grâce à la hausse de 20% des ventes des produits clés (Cimzia, Vimpat, Neupro) et à une amélioration des marges. Nous relevons nos prévisions mais le titre reste cher.
– Van de Velde (n’achetez plus, conservez) ne se montre pas très optimiste pour 2017 et prévoit des investissements (IT, e-commerce…) menaçants pour le dividende; nous avons réduit nos prévisions et changé de conseil.
– VGP (vendez) a conclu pas mal de contrats en 2016 mais a transféré une grosse partie de son portefeuille dans une joint-venture avec Allianz, ce qui a induit un léger recul du revenu locatif net. Grâce à la contribution de la joint-venture et à de belles plus-values, le bénéfice a néanmoins grimpé de 5,5%, à 4,91 EUR par action. Il n’y aura pas de dividende mais bien un remboursement de capital de 1,08 EUR net.
– Wal-Mart (conservez) a publié un résultat annuel sensiblement conforme aux attentes, avec un chiffre d’affaires en hausse de 0,8% et un bénéfice en recul de 7,2 %, à 4,40 USD par action (recul dû au renforcement de la concurrence et aux investissements dans l’activité de vente par internet). Pour l’exercice en cours, le groupe mise sur une hausse du chiffre d’affaires de 3 à 4% (hors effets de change), une légère baisse du bénéfice opérationnel et un bénéfice par action de 4,20 à 4,40 USD.
– Wolters Kluwer (vendez) a enregistré pour 2016 des ventes en progression de 3%; c’est mieux que prévu et cela confirme son retour à la croissance entamé en 2014. Les marges sont supérieures à la fourchette d’objectifs (confirmée en novembre). Pour 2017, les ventes devraient encore un peu progresser. Nous relevons nos prévisions bénéficiaires mais, dans le secteur, nous préférons toujours RELX.

A L’AGENDA

– Lundi 27 février : commandes de biens durables aux USA
– Mardi 28 février : résultat trimestriel d’Ackermans, de CFE, de BME; deuxième estimation de la croissance économique aux USA
– Mercredi 1er mars : résultat d'ENI, d’Ahold Delhaize, de Bekaert, Picanol, Tessenderlo, investor day d’Exxon, paiement du dividende d’Intel (0,26 USD brut) et de Pfizer (0,32 USD brut); indicateurs immobiliers aux USA, indicateur d’activité manufacturière aux USA
– Jeudi 2 mars : résultat trimestriel d’AB InBev, d’Engie, d’Adecco, de Deutsche Telekom; inflation en février dans la zone euro
– Vendredi 3 mars : paiement du dividende de Sage (9,35 pence brut); indicateur des services aux USA

 

Partagez cet article