Analyse
La semaine sur les marchés il y a 9 mois - vendredi 3 mars 2017
L’annonce d’une prochaine hausse de taux aux USA et le ton du discours de Trump ont été bien accueillis par les investisseurs.
La semaine sur les marchés

La semaine sur les marchés

LES INDICES

Vendredi midi, par rapport à une semaine plus tôt, le S&P 500 grimpait de 0,6% et le Nasdaq de 0,3% (depuis le 1er janvier, la hausse de ces indices est de 6,4 et 8,9%).
Le Stoxx Europe 50 gagnait quant à lui 1% (3,1% depuis le 1er janvier).
Le Bel 20 s’est écarté de la tendance avec une hausse hebdomadaire de 3,3%, obtenue par les solides progressions d’Engie, de Bekaert, mais aussi de KBC qui brille par sa rentabilité et sa solvabilité dans l’univers des banques européennes.

LES TENDANCES

Plusieurs membres de la banque centrale américaine plaident pour une hausse des taux aux USA, qui pourrait intervenir à la mi-mars. Certes, cela impliquerait un relèvement du coût du crédit, mais sans peser excessivement sur la croissance des entreprises ou sur la consommation des ménages. Et cela semble surtout prouver que l’économie américaine se porte bien.
Par ailleurs, le discours du président Trump a été considéré comme moins rugueux et a confirmé l’avènement d’une réforme fiscale et des investissements dans les infrastructures. Certes, les détails font toujours défaut.
Mais tout cela a suffi pour maintenir l’humeur des marchés.
L’espoir de hausse des taux a en outre fait grimper le secteur des banques américaines de 2,2%; celui des banques européennes a gagné 2,6%.

LES VALEURS COTEES

– AB InBev (vendez) voit ses résultats chuter sous le poids des charges financières liées à l’acquisition de SABMiller. La croissance de l’activité reste faible, surtout au Brésil, son deuxième marché. Et aucune amélioration n’est attendue à moyen terme. Le dividende ne devrait toujours pas grimper en 2017 et 2018.
– Ackermans & van Haaren (vendez) a signé un second semestre bien meilleur que le premier et bien meilleur que prévu, grâce en grande partie au rebond des activités de DEME, mais aussi au reste des activités de CFE. Mais au vu de la décote (réduite à néant sur base de notre estimation de la valeur intrinsèque) et du rendement sur dividende limité, nous vous conseillons de prendre votre bénéfice.
– Ageas (conservez) réduit de 100 millions d’euros son résultat 2016 parce que les autorités britanniques ont revu plus sévèrement que prévu le taux de calcul des indemnités d’assurances. Le bénéfice par action 2016 recule de 0,61 à 0,13 EUR par action. Le dividende reste cependant au niveau annoncé (1,47 EUR net).
– Ahold Delhaize (achetez) affiche des chiffres en hausse (pro forma c.à.d. comme si l’entité fusionnée existait depuis le 1/1/2015) : le chiffre d’affaires grimpe de 2,4% et le bénéfice opérationnel de 3,9%. Le bénéfice net souffre cependant du coût de la fusion et de l’intégration des deux groupes. Le dividende est de 0,57 EUR brut. L’agenda de réalisation des économies d’échelle est respecté. L’avenir s’annonce bien.
– Airbus (vendez) a vu son bénéfice 2016 chuter de 67% suite à des effets de change et à une charge liée à l’avion militaire A400M. Sans cela, les objectifs sont atteints, grâce aux livraisons de 688 avions commerciaux (contre 635 en 2015). Cette année, il prévoit de livrer plus de 700 avions, ce qui devrait faire grimper le bénéfice de ±5% (hors éléments non récurrents). Mais les fonds propres étant au plus bas depuis au moins cinq ans, le titre est surévalué.
– Barco (conservez) négocie la vente à ETC de sa filiale américaine High End Systems, acquise en 2008, spécialisée dans l’éclairage numérique de grands évènements, et qui n’a jamais dégagé les synergies escomptées ni répondu aux espoirs de croissance. La vente cadre dans la stratégie du groupe, qui vise un recentrage sur son cœur de métier.
– Bekaert (conservez) a signé une performance 2016 nettement supérieure aux attentes avec une marge opérationnelle juste au-dessus de la fourchette de 7,5 à 8% (relevée en novembre). Le groupe vise désormais une marge de 10%.
– Bell (prenez votre bénéfice, vendez !) affiche un résultat record pour 2016 et garde de bonnes perspectives. Mais le potentiel de hausse du cours est épuisé. Depuis notre premier conseil d’achat (en décembre 2013), le return est de 140%.
– BME (conservez) pourrait intéresser Euronext. Cela pourrait soutenir le cours. Le résultat ne devrait pas progresser ces prochaines années mais le rendement sur dividende reste séduisant.
– BP (conservez) dévoile sa stratégie des 5 prochaines années : investissements annuels stables de 15 à 17 milliards, dette stable, poursuite de la baisse des coûts pour abaisser le seuil de rentabilité (d'ici 2021) à 35 à 40 USD le baril et générer ainsi 22 à 24 milliards de dollars de liquidités. En attendant, 2017 pourrait être plus difficile que BP ne l’estime. Nous maintenons nos prévisions de long terme.
– Care Property Invest (conservez) investit dans son expansion. Après avoir annoncé son entrée en Wallonie avec l’achat d’un établissement à Libramont, la SIR a pris livraison de 22 logements assistés à Moerbeke et acquiert un centre à développer à Forest (son second investissement en région bruxelloise).
– CFE (conservez) a limité la casse en 2016, grâce à un solide 4e trimestre. Les ventes 2016 ont limité leur recul à 13,7% (2015 avait été exceptionnel). Grâce à des marges au-delà de nos attentes chez DEME, le bénéfice ne perd que 3,8%. Au vu du carnet de commandes de DEME, la croissance 2017 sera soutenue. Les marges seront sous pression mais le bénéfice par action reculera sans doute moins que nous craignions.
– D’Ieteren (vendez) a enregistré un bon mois de février dans la distribution auto (volumes vendus en hausse de 8,2% dans un marché en progression de 4,5%). La réforme du régime des voitures de société est attendue pour avril, avec un impact assurément négatif. Le groupe publie ses résultats 2016 ce lundi 6/3. Ils devraient être sans surprise.
– Engie (achetez) publie un résultat 2016 conforme aux attentes, marqué par d’importants progrès opérationnels. Le groupe annonce des cessions pour 8 milliards d’euros (plus de la moitié de l’objectif pour fin 2018). Son plan d’économies de coûts fonctionne mieux que prévu et 200 millions d’économies supplémentaires sont prévus d’ici 2018. Le cours, bien qu’ayant pris plus de 8% à l’annonce du résultat, ne reflète pas le potentiel réel. Et cette année, l’activité devrait retrouver sa croissance, grâce e.a. aux activités peu émettrices de CO2.
– GBL (conservez) poursuit ses emplettes dans le luxe; après Hugo Boss, c’est dans Burberry qu’il prend une participation. Nous sommes dubitatifs. Mais ces participations ne représentent que 2,4% de sa valeur intrinsèque. Pas de quoi remettre en cause notre conseil. Conservez pour le rendement du dividende (2,6 % net).
– JinkoSolar (conservez) a gagné plus de 25 % depuis notre analyse de novembre 2016. C’est grâce au résultat du 4e trimestre mais aussi à la récente cession de l’activité de production d’énergie solaire, qui a apporté de l’argent frais et réduit l’endettement de près de 60%.
– Mithra (conservez uniquement si vous êtes spéculateur) devra sans doute consentir une augmentation de capital en 2017. Les liquidités dépensées ont rapidement augmenté dans le sillage de l’avancement des études cliniques pour ses deux gros espoirs (Estelle et Donesta). Et les ventes de génériques sont sous pression (concurrence, baisse des prix).
– Picanol (vendez) affiche un chiffre d’affaires 2016 en hausse de 20,8% et bat ainsi son record de 2013. La marge bénéficiaire a grossi; la contribution au bénéfice de sa participation dans Tessenderlo également. Le bénéfice grimpe de 39,7%, à 6,76 EUR par action (mieux que prévu) mais le dividende reste faible (0,07 EUR net). Pour le 1er semestre 2016, le carnet de commandes est bien garni et le groupe prévoit une hausse du chiffre d’affaires, mais aussi un impact limité de la hausse des prix des matières premières. Nous relevons nos prévisions de bénéfice par action à 7,23 EUR pour 2017 et 7,63 EUR pour 2018.
– Repsol (achetez) est parvenu à abaisser son seuil de rentabilité à 42 USD le baril et affiche de bons résultats trimestriels. Les objectifs pour 2017 sont dans la continuité de ceux de 2016.
– Tessenderlo (vendez) affiche un bénéfice opérationnel en hausse de 10% et conforme aux attentes (le redressement de la bio-valorisation compense les soucis de l’agrochimie). En revanche, le bénéfice par action surprend agréablement en raison de charges financières plus faibles que prévu. Nous relevons nos prévisions (mais il n’y a toujours pas de dividende).

A l’agenda

– Lundi 6 mars : résultat de D’ieteren, paiement du dividende de Novartis (2,75 CHF brut); Roche et AstraZeneca rencontrent les investisseurs.
– Mardi 7 mars : réunion des analystes chez Chevron
– Mercredi 8 mars : résultat d’Adidas, d’Agfa-Gevaert, de bpost, Deutsche Post, Ontex, TINC; AT&T rencontre les investisseurs; assemblée générale de Walt Disney
– Jeudi 9 mars : résultats d’Atenor, Care Property Invest, Carrefour, Merck; Deutsche Telekom rencontre les investisseurs; réunion de la banque centrale européenne (décision sur les taux)
– Vendredi 10 mars : résultat d’Option, de Roularta; paiement du dividende de Chevron (1,08 USD brut), Exxon (0,75 USD brut), IBM (1,40 USD brut) et Eli Lilly (0,52 USD brut); chiffres de l’emploi et du chômage aux USA 

Partagez cet article