Analyse
Nouvelles obligations il y a 6 ans - lundi 27 juin 2011

Pas d'émissions intéressantes sur le marché primaire cette semaine.

Pas d’émission intéressante sur le marché primaire cette semaine. Soit le rendement est trop peu généreux, soit la devise ne dispose pas d’un potentiel de hausse suffisant. Reportez-vous aux obligations du marché secondaire.

 

Euro : rendement trop faible

Renault Credit International Banque, le véhicule financier du constructeur automobile français, émet une nouvelle obligation en euro. La durée est de trois ans et chaque année, un coupon brut de 3,75 % est distribué. Compte tenu du prix d’émission (99,652 %) et du précompte mobilier (actuellement 15 %), le rendement net s’élève à 3,31 %. Un rendement que nous jugeons insuffisant au vu de la faible solvabilité et du degré de risque de ce groupe. Nous ne souscririons donc pas.

 

Deutsche Bahn, la société allemande des chemins de fer, lance également sur le marché une obligation en euro, d’une durée de cinq ans. Le coupon brut s’élève à 2,875 %, mais compte tenu du prix d’émission de 99,638 % et du précompte mobilier, le rendement net revient à 2,52 %.
Un rendement trop faible pour immobiliser votre argent sur une si longue période. Ne souscrivez pas.

 

Couronne norvégienne : pas de potentiel

General Electric Capital Corporation (GECC), le bras financier du géant industriel General Electric, émet une obligation en couronne norvégienne (NOK), d’une durée de cinq ans, au rendement net de 3,92 %. BNP Paribas Fortis Funding, filiale de la banque française, propose également une obligation dans la devise scandinave, d’une même durée, au rendement net de 3,62 %.
Bien que ces deux institutions disposent toutes deux d’une bonne solvabilité et proposent un rendement relativement élevé, nous n’achèterions pas, vu le faible potentiel dehausse de la devise norvégienne.

 

Retrouvez ici les obligations les plus intéressantes.

Partagez cet article