Analyse
Faut-il revendre vos obligations grecques ? il y a 4 ans - jeudi 6 décembre 2012

L'Etat grec propose de racheter une partie des obligations qu'il a émises à un prix variant entre 30 et 40 % environ de leur valeur nominale. Alors que ces titres sont habituellement très peu liquides, certains d'entre vous nous demandent si ce n'est pas une bonne occasion pour se débarrasser de ces titres.

Situation ni pire ni meilleure

Avant tout, il faut savoir que la situation budgétaire de la Grèce n'est pas pire aujourd'hui qu'elle ne l'était hier. Mais elle ne montre pas non plus de signes d'amélioration. Le risque de banqueroute du pays à moyen terme est toujours bien réel malgré l'engagement des Européens de maintenir la Grèce dans la zone euro. Il ne fait non plus aucun doute qu'une nouvelle restructuration de la dette grecque surviendra au cours des prochaines années. Cette fois, ce sera le secteur public qui sera mis à contribution, dans la mesure où c'est lui qui détient aujourd'hui majoritairement les obligations grecques. Une nouvelle contribution du secteur privé ne peut toutefois être exclue.

 

Que faire ?

– Si vous détenez encore de trop petits montants en regard des frais de détention de ces titres, ou si vous souhaitez diminuer votre niveau de risque, profitez des conditions actuelles pour vendre. Attention, l'oparation sera clôturée ce vendredi 7 décembre à 18h. N'attendez donc pas le dernier moment. Par ailleurs, il semble qu'au départ cette opération soit plutôt réservée aux institutionnels (banques, compagnies d'assurances…). Demandez à votre banque si elle accepte néanmoins de prendre en charge votre demande de remboursement. Ce n'est toutefois pas garanti. 
– Si vous acceptez les risques associés aux obligations grecques, dans l'espoir que leur valeur continuera de grimper, conservez.

Partagez cet article