Analyse
Nos actions favorites pour 2015 : 5 belges et 5 étrangères il y a 2 ans - lundi 29 décembre 2014

Les meilleures opportunités en termes de rapport rendement / risque.

Pour limiter les risques liés aux fluctuations du marché, au cycle, au manque d’intérêt des investisseurs et aux modes, tout placement en actions doit s’envisager sur un horizon de cinq ans minimum. Voici dix actions sélectionnées sur la base de leurs perspectives de rendement, compte tenu des risques qu’elles font courir. Elles ne constituent pas un portefeuille diversifié et équilibré. Achetez-les pour rééquilibrer un portefeuille constitué sur une base beaucoup plus large.

 

Melexis
En 2014, le belge a relevé trois fois ses prévisions et connu une année record. A l’avenir, Melexis profitera toujours de la croissance du marché auto (88 % de ses ventes destinées à des clients de ce secteur) et de la hausse constante du montant consacré aux composants électroniques dans les voitures. Une tendance qui devrait se maintenir au moins jusqu’à la fin des années 2020. Pour la période 2013-2017, la croissance de la demande de semi-conducteurs pour voitures est estimée à 7,2 %. Mais Melexis espère faire mieux encore grâce à l’innovation. La société dégage des marges élevées et dispose d’un large portefeuille de clients et produits.

 

Atenor
En 2014, les projets immobiliers ont bien avancé et les conditions de marché pour deux projets dans les pays de l’Est se sont améliorées. Atenor est à la tête d’un portefeuille mature. Neuf de ses treize projets sont en phase de commercialisation et devraient générer de beaux bénéfices pour les trois ou quatre exercices à venir. De quoi assurer la stabilisation du dividende à 1,5 EUR net.

 

Exmar
Œuvrant dans un segment du transport maritime qui ne connaît pas de surcapacité, Exmar va encore profiter de la fermeté des tarifs de transport de LPG, ainsi que de l'occupation de tous ses navires LNG. Et les contrats s'accumulent dans ses projets innovants. Les conditions de marché défavorables ont forcé Exmar à reporter l’entrée en Bourse de ses activités LNG (qui révèlerait mieux sa valeur) mais ce n’est probablement que partie remise.

 

Gimv
Le bénéfice semestriel a plus que doublé. Les investissements des dernières années et le développement du portefeuille portent leurs fruits. Gimv a profité du climat favorable et des valorisations en hausse de ses participations pour en vendre une multitude avec de belles plus-values. Gimv continue à développer son portefeuille en renforçant ses participations existantes et avec de nouveaux investissements. La sous-évaluation par rapport à la valeur intrinsèque est assez limitée (± 6 %), mais le rendement de dividende est attrayant (4,9 % net).

 

Nyrstar
Le mégaplan de refinancement de septembre s’est avéré coûteux, mais a été un succès. Nyrstar peut aujourd’hui souffler face à ses échéances. Nyrstar est en perte, mais la hausse des prix du zinc et du dollar pourraient changer la donne. Avec la fermeture de quelques mines majeures dans le monde dans les années à venir, le déficit d’offre de zinc devrait s’accentuer. De quoi soutenir les prix et donc la rentabilité de Nyrstar. En outre, les intentions peu claires de Trafigura, qui est monté dans le capital à plus de 15 %, ajoute une teinte spéculative à l’action.

 

IBM
En 2014, le cours a évolué dans le sens inverse du marché américain suite e.a. à l’abandon de l’ambitieux objectif de bénéfice par action 2015 de 20 USD. Le cours tient à présent compte des difficultés du groupe pour relancer sa croissance. Il est trop pénalisé, compte tenu de la stratégie destinée à relever la rentabilité (recentrage sur les logiciels et les services) et à inverser l’évolution du chiffre d’affaires.

 

Vodafone
Enrichit son offre de services pour attirer de nouveaux clients au Royaume-Uni et en Europe (offres combinées). Sa forte présence sur le marché mobile est une base solide. Les bons résultats récents nous ont conduits à relever nos prévisions. Le cours pourrait être stimulé par la poursuite des rapprochements dans le secteur en Europe.

 

Kraft Foods Group
Dispose de marques fortes qui lui permettent d’améliorer sa rentabilité. Et il agit sur les coûts. Il génère un bon cash-flow et est peu risqué. L’action a bien progressé ces derniers mois, mais conserve un potentiel, surtout si les consommateurs américains, forts d’un pouvoir d’achat renforcé, se tournent plus vers les produits de marque.

 

Wal-Mart Stores
Soutenue par la relance économique et l’augmentation du pouvoir d’achat, la consommation des ménages américains est de nouveau en hausse. Grâce à sa position dominante aux USA, aux magasins de proximité, à sa politique de prix bas et à sa solide position financière (endettement limité), le distributeur reste idéalement placé pour gagner une guerre des prix. Il développe aussi de plus en plus son commerce en ligne. Nous attendons une hausse régulière du bénéfice et du dividende.

 

Barclays Bank
Met en place des restructurations pour redresser sa rentabilité. Mais les doutes sur sa capacité à atteindre ses objectifs persistent. De plus, il reste menacé par des amendes et des mesures de régulation. 2015 pourrait être l’année de redécouverte de cette action par les investisseurs.

 

 

Partagez cet article