Analyse
Avril : les Bourses ont encore monté ! il y a 2 ans - mardi 5 mai 2015

Après la hausse des derniers mois, les Bourses ont encore grimpé en avril. Certes, l’investisseur européen investissant à l’échelle mondiale a perdu en moyenne 1,1 % sur le mois. Mais son gain depuis le début de l’année reste de 14,5 % !

Devises : le décalage entre USA et zone euro soutiendra le dollar face à l’euro.
Obligations : avec les achats massifs de la BCE, une brusque remontée des rendements est improbable.
Bourses : compte tenu des perspectives bénéficiaires pour 2015, les valorisations dépassent les moyennes historiques. Mais les perspectives sont plus solides aux USA qu’en Europe.
Préférez toujours les actions américaines à celles de la zone euro.
Prenez en outre partiellement vos gains sur les actions chinoises afin d’en limiter le poids à 10 % de votre portefeuille.
Et consultez
notre stratégie.

 

L’euro

Après avoir atteint un plancher à 1,05 USD le 13 avril, l’euro s’est redressé, pour clôturer le mois à 1,12 USD. Car la monnaie unique devenue bon marché face au dollar attire les américains en quête de bonnes affaires; les achats d’entreprises se multiplient et le réveil des Bourses attire les étrangers. Et si une solution à la dette grecque est loin d’être trouvée, les négociations ont remplacé le dialogue de sourds et la sortie de la Grèce de la zone euro n’est plus à l’ordre du jour. Enfin, aux USA, les derniers indices (investissements, ventes de détail, créations d’emplois, croissance…) ont retardé la hausse du taux directeur.

 

Les taux

Devenus pratiquement nuls à la mi-avril, les taux allemands à 10 ans ont brusquement remonté à 0,30 %. La hausse s’est généralisée à l’ensemble de la zone euro. Elle résulte notamment d’une correction, après les taux nuls ou négatifs, qui ont d’autant moins de sens que le spectre de la déflation s’éloigne.

 

Les Bourses

Depuis le 1er janvier, seule la Bourse d’Athènes est dans le rouge (-14,3 %).
Le rendement engrangé par l’investisseur en euro sur les Bourses de la zone euro depuis quatre mois (+17,6 %) n’a pas grand-chose à envier à celui récolté sur les Bourses de Londres (+14,3 %), New York (+10,5 %), Tokyo (+22,9 %) ou de Chine (+32,6 %), nos choix privilégiés en matière d’actions.
Pour la Bourse chinoise, proche de ses sommets de 2007, nous sommes un peu plus prudents. Car la hausse boursière tranche avec le ralentissement en cours. Et l’explosion du crédit inquiète, tout comme la ruée des petits spéculateurs.
Globalement, les Bourses profitent d’un environnement favorable qui devrait durer. Faiblesse des taux et de l’euro, chute des prix des matières premières, crédit bon marché et début de reprise dans la zone euro poussent les indices. La multiplication des fusions et acquisitions, entretient aussi la spéculation.
En Europe, les premiers résultats trimestriels sont rassurants. En moyenne, une progression bénéficiaire de 19,6 % est attendue pour les 600 plus grandes entreprises.
Aux USA, le bilan sera moins flatteur. Les bénéfices, sous le poids des valeurs énergétiques, sont en recul de 2,8 %. Hors énergie, la progression atteint encore 5,6 %.

Partagez cet article