Analyse
Rumeurs de rachat : ne vous précipitez pas ! il y a 2 ans - jeudi 11 juin 2015

Régulièrement, des rumeurs d’OPA animent l’actualité financière.

Selon une étude du groupe Bloomberg, elles sont pourtant en majorité fausses.
Spéculer sur ces rumeurs s’avère souvent perdant pour l’investisseur individuel.

 

Récemment, le groupe Syngenta faisait l’objet de rumeurs sur un possible rachat par son concurrent Monsanto. Rumeurs que le management a confirmées en avouant avoir refusé une offre. C’est maintenant BASF qui serait intéressé. Apparues en mars, les rumeurs de pourparlers entre Intel et Altera se sont aussi concrétisées, tandis que celles sur un rapprochement entre Delhaize et Ahold pourraient l’être bientôt.

 

Mais sur la période 2005-2010, Bloomberg a répertorié un total de 1 875 rumeurs sur un rachat potentiel de 717 sociétés. Au final, seules 104 sociétés, soit 14,5 %, ont été rachetées. Ces derniers jours, on prêtait à Pfizer l’envie d’acquérir la biotech Cellectis. De même, on prête à Samsung des intentions sur AMD. Faut-il prendre au sérieux ces rumeurs ? Faut-il spéculer ? Rien n’est moins sûr. Car l’étude de Bloomberg montre aussi que les titres qui ont connu une fausse rumeur baissent de 14 % en moyenne dans l’année qui suit.

 

Qui peut avoir intérêt à faire circuler de fausses informations ? Ce peut être tout simplement un professionnel de la finance (trader, gérant de fonds) qui cherche à solder sa position à des conditions avantageuses. Il s’agit alors bien sûr d’une manipulation de cours. Mais avec internet et les réseaux sociaux, l’information se propage vite, et il n’est pas toujours aisé de discerner le vrai du faux. Et encore moins de prouver une fraude.

Mais peu importe. Pour éviter les désillusions, voyez l’investissement en Bourse comme un placement de long terme et prenez vos décisions sur base d’informations bien réelles, comme l’évaluation de l’action, les résultats financiers et la stratégie.

Partagez cet article