Analyse
OPA sur Spadel il y a un an - mardi 15 septembre 2015

Le leader des eaux minérales naturelles au Benelux va bientôt disparaître de la Bourse.

La famille du Bois, dont est issue l’actuel CEO, et qui possède déjà 91 % des actions du groupe Spadel, lancera bientôt une offre sur les actions encore en circulation à 95 EUR.
APPORTEZ VOS ACTIONS À L’OFFRE QUAND ELLE SERA OUVERTE.

 

Pourquoi retirer Spadel de la cote ?

Les justifications ne manquent pas : trop faible liquidité du titre, bilan suffisamment solide que pour se passer de la Bourse pour financer les investissements, coût élevé de la cotation, contraintes de reporting et de communication…

 

L’offre est-elle généreuse ?

Oui. Compte tenu du cours actuel, du bénéfice par action prévu pour 2015 (4,10 EUR), de la valeur comptable (près de 30 EUR prévus pour la fin de l’année) et d’un futur dividende offrant un rendement de de 1,1 % net, l’offre nous paraît généreuse. La prime est de 18,93 % par rapport au dernier cours avant l’annonce de l’offre.

 

Qui sera le prochain ?

En une dizaine de jours, après CMB et Pairi Daiza, Spadel est la troisième société belge qui décide de quitter la Bourse en offrant une prime à ses actionnaires. Les spéculations vont donc bon train quant à une prochaine cible. Une série de titres présentant des similitudes (actionnariat familial majoritaire et/ou faible liquidité…) ont été cités : Sioen, Jensen, Zetes, Compagnie Bois Sauvage, Van de Velde, Roularta, Picanol, Exmar...

 

Ne spéculez pas

Si on ne peut exclure des opérations similaires sur les sociétés précitées, des spéculations sur des offres éventuelles, aléatoires et imprévisibles quant à leur timing, ne peuvent constituer à elles seules une motivation d’achat. Ce sont dès lors avant tout les caractéristiques propres de la société et leur évaluation qui doivent guider les investisseurs.
Sur cette base, achetez Van de Velde et Exmar mais vendez Picanol et Roularta.

 

Cours au moment de l’analyse : 81,40 EUR

Partagez cet article