Analyse
VW a plongé le secteur auto dans la tourmente il y a un an - vendredi 25 septembre 2015

Le scandale fera d’autres victimes. Quid pour les belges D’Ieteren et Umicore ?

Quelques mois après être devenu le premier constructeur mondial, VW subit un revers brutal. Accusé d’avoir dissimulé le niveau réel des émissions polluantes de certains de ses moteurs diesels à l’aide d’un logiciel, il n’est pas au bout de ses peines ! Et le scandale fera des victimes collatérales. Que penser de l’impact pour D’Ieteren, importateur des marques du groupe VW ? Et d’Umicore et ses pots catalytiques ?
CONSERVEZ Volkswagen VZ
VENDEZ D’Ieteren
ACHETEZ Umicore

 

Volkswagen

Tricherie sur les normes antipollution, réputation entachée, avertissement sur résultats, démission du PDG… Le groupe allemand traverse une de ses pires crises. Il est dans le collimateur des autorités de plusieurs pays, y compris les USA et l’Allemagne. Des cabinets d’avocats s’organisent pour lancer des class actions à son encontre, au nom de ses clients. Et il y a fort à parier que certains actionnaires intenteront aussi des actions. Les conséquences financières sont difficiles à déterminer. Poursuivi par l’agence de l’environnement EPA aux USA, VW risque une amende de ±18 milliards de dollars. Mais souvent, de telles affaires se règlent à l’amiable pour un montant inférieur. A cela s’ajoutent cependant le coût du rappel de ±11 millions de véhicules, tous les frais juridiques et les indemnités potentielles. Pour l’heure, VW va acter dans ses comptes du troisième trimestre une provision de 6,5 milliards d’euros (13 EUR par action). Cela suffira-t-il pour couvrir toutes les dépenses à venir ? Il est trop tôt pour le déterminer avec précision. Mais compte tenu de cette incertitude, nous relevons notre indicateur de risque de 3 à 4.
Selon nous, Volkswagen a certes les moyens de surmonter de grosses difficultés. Mais, dans l’immédiat, il doit se préparer à une tempête. En outre, ses perspectives bénéficiaires à court et moyen terme s’annoncent plutôt moroses. Aussi, même si, pour l’heure, après sa récente chute, l’action est loin d’être chère, les incertitudes sont telles qu’elles nous empêchent de conseiller de l’acheter. Vous pouvez néanmoins la conserver, à condition que le risque ne vous effraie pas.

 

D’Ieteren

Pour le groupe belge D’Ieteren, les activités d’importation des marques du groupe VW génèrent un tiers du bénéfice courant avant impôts. Si, financièrement, tout rappel de véhicules devrait être supporté par VW (les  chiffres font état de 400 000 véhicules pour la Belgique), l’image égratignée du groupe allemand pèsera inévitablement sur les ventes du belge et sur ses parts de marché (alors que nous espérions les voir se stabiliser cette année !). A ce stade, l’ampleur de la réaction du consommateur est impossible à estimer. Elle dépendra de l’évolution du dossier. Et aussi de savoir si la même fraude a été commise par d’autres constructeurs... Aussi, alors que nous doutions déjà de la capacité de D’Ieteren à augmenter significativement sa rentabilité, ces nouvelles lourdes incertitudes ne font que confirmer notre conseil : vendez.

 

Umicore

Le chimiste belge Umicore fournit des pots catalytiques au secteur auto. L’activité assure ±30 % de son bénéfice opérationnel. Quel sera pour lui l’impact du scandale actuel ? Difficile à dire. Car Umicore occupe pour cette activité une part de marché mondiale de ±30 %. VW n’est donc pas son seul client. Certes, le scandale pourrait inciter le consommateur à se détourner du diesel (±20 % du marché auto mondial, 40 à 50 % en Europe), alors que celui-ci nécessite des pots complexes, plus chers et plus rentables pour Umicore que ceux des moteurs à essence. Mais d’autre part, la fraude de VW pourrait inciter les Etats à instaurer des tests plus sévères, ce qui, en fin de compte, serait bénéfique à Umicore. Par ailleurs, après trois années de recul du profit, Umicore est à la veille d’une période de croissance du bénéfice opérationnel. Et son cours a récemment souffert de manière exagérée des inquiétudes sur la santé de l’économie chinoise, de ses conséquences sur le marché auto et sur les prix de métaux précieux. Nous confirmons dès lors notre conseil d’achat.

 

Cours au moment de l’analyse :
Volkswagen VZ : 114,10 EUR
D’Ieteren : 35,02 EUR
Umicore : 34,99 EUR

 

Partagez cet article