Analyse
10 actions belges à acheter pour 2016 ! il y a un an - mercredi 9 décembre 2015

La majorité des valeurs belges que nous avons recommandées fin 2014 restent conseillées. Quatre autres titres ont même grossi la liste !

Fin 2014, nous avions sélectionné pour vous 7 conseils d’achat d’actions belges.
Des conseils qui se sont avérés judicieux pour la plupart.
Il s’agissait d’actions de dividende (
Atenor, Gimv), de sociétés candidates à un rebond (Agfa, EVS, Nyrstar) et de sociétés actives sur un marché de niche (Exmar, Melexis).
6 conseils sont toujours valables aujourd’hui.
Seule Nyrstar n’est plus digne d’achat mais peut être conservée.
En cours d’année, nous avons ajouté 4 titres à la liste :
Euronav, Umicore, Van de velde et TINC.

 

Agfa (+ 143 % en un an)

La société est à nouveau bénéficiaire depuis le 4e trimestre 2013. Elle est aussi parvenue à infléchir la tendance négative du chiffre d’affaires depuis le 2e trimestre 2014. Ont contribué au redressement : des restructurations et des réductions de coûts, ainsi que le développement de produits mieux adaptés à la demande. La rentabilité devrait encore augmenter, ce qui laisse augurer un certain potentiel pour le cours.

 

EVS (+ 20 % en un an)

Les investisseurs semblent avoir repris goût à cette action, après l’annonce d’un carnet de commandes bien rempli. La croissance sur les marchés où EVS est actif reste toutefois faiblarde, vu l’incertitude de la conjoncture et l’arrivée de nouvelles technologies, qui incitent les clients à attendre. Gageons que les Jeux Olympiques de Rio et les Championnats d’Europe de Football en France créeront une nouvelle dynamique.

 

Atenor (+ 22 % en un an)

Voici un an, la maturité du portefeuille offrait en effet une belle visibilité sur l’évolution des bénéfices et du dividende. Aujourd’hui, les perspectives en Hongrie et en Roumanie sont de plus en plus positives. 2016 pourrait bien être une année record, avec une hausse du dividende. Nous tablons sur un rendement de dividende net de 3,4 %.

 

Gimv (+ 21 % en un an)

La société cueille le fruit de sa nouvelle stratégie, axée sur les sociétés de croissance, actives dans des domaines tournés vers l’avenir. Elle vend régulièrement des participations avec une belle plus-value, elle renouvelle et rajeunit son portefeuille. La décote par rapport à la valeur intrinsèque a fondu, mais Gimv parviendra encore à offrir un dividende au moins stable. Le rendement de dividende net est de plus de 4 %.
Exmar (+ 5 % en un an)
Le groupe a essuyé deux contretemps en 2015 : les difficultés d’un client ont reporté les premières contributions au bénéfice des plates-formes de stockage et de regazéification; et le projet de cotation des activités LNG en Bourse d’Oslo a été abandonné (alors que cela aurait pu provoquer une revalorisation rapide du cours et un regain d’intérêt des investisseurs).
Mais les tarifs pour le transport de gaz restent solides. Et des projets innovants (gros contrat en négociation en Inde…) offrent de belles perspectives. Le bénéfice sera suffisant pour garantir un rendement sur dividende de ±4 %.

 

Melexis (+ 31 % en un an)

Le groupe profitera de la tendance à des voitures plus propres, plus sûres et plus confortables (et aussi sans chauffeur !). Il gagne des parts de marché et mise sur les produits innovants, à haute valeur ajoutée, répondant aux défis de la voiture de demain. Les barrières d’accès pour les concurrents sont élevées et le scandale VW n’aura aucun impact négatif, au contraire !

 

Euronav (+ 20 % depuis l’achat)

Après le traditionnel creux estival, les tarifs pour le transport maritime de pétrole sont repartis à la hausse à l’approche de l’hiver. Fort d’une flotte assez jeune, élargie à des prix cassés en 2014, Euronav est bien placé pour profiter de tarifs à nouveau rentables et offrir de jolis dividendes.

 

Umicore (- 12 % depuis l’achat)

Après trois années médiocres, le groupe s’est redressé en 2015 et est à l’aube d’une belle croissance bénéficiaire, grâce à ses investissements. Il apporte des réponses à plusieurs défis importants (raréfaction des métaux, qualité de l’air, voitures électriques, énergies alternatives) et bénéficie d’une législation toujours plus favorable. Les investisseurs ont trop craint l‘effet du ralentissement chinois. Le groupe souhaite doubler son bénéfice opérationnel d’ici 2020 C’est selon nous un objectif trop prudent.

 

Van de Velde (+ 17 % depuis l’achat)

Les activités américaines restent un problème. Mais la hausse du chiffre d’affaires du groupe entamée en 2014 s’est confirmée en 2015. Nous prévoyons un beau dividende, au moins stable pour 2015 et 2016, soit un rendement net de 4,5 %.

 

TINC (+ 0,3 % depuis l’entrée en Bourse) souhaite étoffer son portefeuille avec quelques nouveaux projets chaque année. Les flux de trésorerie sont très prévisibles et durables. Sans dette, TINC promet un beau dividende chaque année (plus de 3 % net). De quoi séduire l’investisseur qui préfère la stabilité à des gains de cours spectaculaires.

 

Nyrstar (- 45 %, conservez)

Contre toute attente, le marché du zinc s’est effondré suite au ralentissement chinois. La pénurie attendue de zinc n’a pas eu lieu. Et la hausse du dollar n’a pas suffi pour compenser la baisse du cours du zinc. Le groupe doit se renforcer et lancera une augmentation de capital au 1er trimestre 2016.

 

Partagez cet article