Analyse
Royal Dutch Shell : une acquisition risquée ! il y a 2 ans - jeudi 21 janvier 2016

Royal Dutch Shell maintient son projet de rachat de British Gas. Une opération très risquée dans le contexte actuel (chute du bénéfice, suite à la chute du prix du baril).

L’indicateur de risque passe donc à 4. Bonne nouvelle : le dividende pour 2016 sera inchangé. Mais cela ne suffit pas pour relancer le cours.
CONSERVEZ.

 

Pour 2015, l’activité exploration / production, jadis si rentable, affiche un résultat quasi nul. En cause : le prix du baril (prix moyen de 44 USD en 2015 contre 74 un an plus tôt). L’activité raffinage, de taille réduite suite aux restructurations des précédentes années, ne compense pas. Idem pour la chimie. Malgré cela, Royal Dutch Shell est en passe de boucler le rachat du britannique British Gas pour 60 milliards de dollars (montant non renégocié, malgré la crise !). Avec un baril à moins de 30 USD, l’opération devient difficile à financer. Toutefois, il est vrai que les stratégies des deux groupes s’inscrivent sur des cycles très longs et sont axées sur la recherche d’actifs de qualité, contribuant à terme à la hausse de la rentabilité. Quoi qu’il en soit, le succès de l’opération dépendra des synergies réalisées (économies de coûts….). Et à court terme, le prix du baril, le cours de Royal Dutch Shell et l’ensemble du secteur pétrolier resteront volatils. Mais si vous acceptez les risques accrus, vous pouvez encore conserver cette action.

 

Cours au moment de l'analyse : 16,67 EUR

 

Royal Dutch Shell est une société anglo-néerlandaise, présente sur l'ensemble de la chaîne du pétrole et du gaz. Elle est la première compagnie pétrolière européenne en termes de capitalisation et est sur le point de racheter son concurrent British Gas.

 

Partagez cet article