Analyse
Capgemini : meilleur que prévu il y a un an - lundi 22 février 2016

Le résultat 2015 dépasse les attentes. Les objectifs 2016 également.

Pas de quoi cependant modifier le conseil. Le niveau du cours est exagéré.
VENDEZ.


Le chiffre d’affaires 2015 a gagné 13 %, mais en grande partie suite à l’acquisition de l’américain IGATE (sans quoi elle est de 1 %). Mais le bénéfice par action affiche une belle hausse (15 %), grâce surtout à l’amélioration de la marge opérationnelle (de 9,2 % en 2014 à 10,6 % en 2015). L’intégration d’IGATE a permis d’accélérer la baisse des frais de personnel, gros poste de dépenses dans le secteur. La part de main d’œuvre issue de pays à bas coûts (Inde…) est ainsi passée à 54 % fin 2015 contre 47 % fin 2014 et 31 % fin 2009. D’autre part, cette intégration augmente la part de l’Amérique du Nord dans l’activité du groupe (alors que cette zone est la plus rentable). Mais le groupe reste néanmoins pénalisé par sa forte exposition à l’Europe (62 %), qui limite ses perspectives de croissance face aux concurrents américains et indiens. Et même si la marge opérationnelle 2016 augmente encore (à ±11,2 %), elle restera inférieure à celle des concurrents. Quant au dividende, même s’il grimpe de 12,5 % (à 1,35 EUR brut), son rendement (1,8 % brut) reste inférieur aux 2,2 % offerts par Accenture et aux 3,8 % d’IBM. Nous tablons désormais sur un bénéfice par action de 4,65 EUR en 2016 (contre 4,40 auparavant) et de 5,10 EUR en 2017 (contre 5).

 

Cours au moment de l'analyse : 75,78 EUR

 

Le français Capgemini offre à ses clients des services de conseils et d'externalisation d'activités informatiques. Avec environ 120 000 collaborateurs, le groupe est le leader européen et le cinquième acteur mondial du secteur des services informatiques (en termes de chiffre d’affaires).


Partagez cet article