Anheuser - Busch InBev

BE0974293251
83,54 EUR 18/10/2019 17:37 Bruxelles
-0,06 EUR (-0,07 %) Variation depuis la dernière clôture
57,35 92,71  52 semaines min max
16,88 % Rendement sur 1 an
1,51 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    L’endettement d’AB InBev baisse trop lentement il y a un mois - jeudi 19 septembre 2019
    Le groupe cherche des solutions mais nous restons inquiets.
     
     
     
     

    Les conseils de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Cours exagéré pour AB InBev ? il y a 2 mois - lundi 29 juillet 2019
    La qualité des fondamentaux pose question.

    Du 1er janvier au 25 juillet, le cours a gagné 56%.
    VENDEZ.

    Du 1er janvier au 25 juillet, le cours a gagné 56%. Un rythme trop rapide, selon nous, au vu de l’amélioration toute relative des données fondamentales.
    Après un 1er trimestre mitigé et l’annulation de l’introduction en Bourse de la filiale asiatique, le management a cherché à rassurer en annonçant d’abord la vente des actifs australiens (en vue de réduire la dette). Il a ensuite publié des chiffres meilleurs que prévu pour le 2e trimestre : un chiffre d’affaires en hausse de 6,2% (hors cessions et acquisitions) et un bénéfice par action en hausse de 10% à 1,03 EUR (hors éléments non récurrents). Le tout grâce aux marques premium (plus rentables) et aux efforts sur les coûts. Rien n’est pour autant réglé. La dette, certes stable depuis fin 2018, restera importante, même après la vente des actifs australiens. La hausse des volumes vendus au 2e trimestre n’est toujours pas très vigoureuse (+2,1%). Certes, le bénéfice est en hausse en Amérique centrale et en Asie-Pacifique. Mais en Amérique du Nord, les volumes vendus en baisse de 2,4% et l’Amérique du Sud souffre de la faiblesse de ses devises. Nous relevons néanmoins quelque peu notre prévision de bénéfice par action 2019 à 4 EUR (contre 3,75 EUR auparavant). Pour 2020, nous la maintenons à 4,40 EUR.

    Cours au moment de l'analyse : 90,43 EUR

    Le groupe AB InBev est issu de l’acquisition de l’américain Anheuser-Busch par le belgo-brésilien InBev et qui a repris SABMiller; premier brasseur mondial, il détient une part de 25% du marché mondial. Parmi ses marques phare : Stella Artois, Budweiser, Beck’s, Brahma, Jupiler…

    Partagez cet article

  • Analyse
    AB InBev vend ses actifs australiens il y a 3 mois - vendredi 19 juillet 2019
    Après l’annulation du projet de mise en Bourse de la filiale asiatique, le groupe belge a vite trouvé la parade. Preuve qu’il s’inquiète du poids de sa dette.

    La prudence reste de mise.
    VENDEZ.

    AB InBev va vendre son activité australienne (mature et rentable) au japonais Asahi pour un assez bon prix (un montant similaire à celui recherché par l’IPO avortée). Malgré cela, son endettement restera important. A court et moyen terme, il limitera toujours la progression du dividende (réduit de moitié à l’automne 2018). Et il freinera les possibilités de croissance par acquisitions. Certes, une fois l’activité australienne totalement cédée (début 2020), le groupe pourra se concentrer sur ses zones de de croissance en Asie (Chine, Inde, Vietnam). Mais sans bénéficier comme prévu de sa présence sur la Bourse de Hong-Kong, qui aurait facilité des acquisitions sur ce continent.

    Cours au moment de l’analyse : 79,22 EUR

    Le groupe AB InBev est issu de l’acquisition de l’américain Anheuser-Busch par le belgo-brésilien InBev et qui a repris SABMiller; premier brasseur mondial, il détient une part de 25% du marché mondial. Parmi ses marques phare : Stella Artois, Budweiser, Beck’s, Brahma, Jupiler…

    Partagez cet article

  • Analyse
    AB InBev a annulé la mise en Bourse de sa filiale asiatique il y a 3 mois - mercredi 17 juillet 2019
    Cela a bien pesé sur le cours.

    Mais sans que le titre devienne une aubaine pour autant. D’autant que les faiblesses du groupe subsistent. 
    VENDEZ.

    La mise en en Bourse de la division asiatique, initialement le 19/7, a finalement été annulée. En cause, selon le groupe, les conditions de marché. En réalité, les investisseurs rechignaient à consentir au prix (assez élevé) demandé par AB InBev. Victimes de cette volte-face : le rythme de désendettement du groupe (les fonds récoltés, estimés jusqu’à 10 milliards de dollars, devaient y servir) et le développement du business en Asie (des acquisitions auraient pu être payées en actions de la division asiatique). Mais ce n’est pas dramatique. Car, bien que lourdement endetté, le groupe n’est pas au bord de la faillite. Et les acquisitions potentielles en Asie n’auraient sans doute pas eu un impact déterminant. Néanmoins, les difficultés qui existaient déjà subsistent. L’endettement limite le dividende et exclut toute acquisition d’envergure pour 2 ou 3 ans au moins. Et pour soutenir ses résultats, le groupe devra sans doute surtout encore compter sur l’innovation et les marques premium, plus rentables, car la croissance des volumes vendus reste trop faible. A condition de maîtriser les frais marketing et de ne pas subir de brusque ralentissement de l’économie mondiale.

    Cours au moment de l'analyse: 78,75 EUR

    Le groupe AB InBev est issu de l’acquisition (en 2008) de l’américain Anheuser-Busch par le belgo-brésilien InBev et qui a repris SABMiller en 2016; premier brasseur mondial, il détient une part de 25% du marché mondial. Parmi ses marques phare : Stella Artois, Budweiser, Beck’s, Brahma, Jupiler…

    Partagez cet article

  • Analyse
    AB InBev introduit en Bourse de Hong Kong une partie de ses activités asiatiques il y a 3 mois - jeudi 4 juillet 2019
    De quoi réduire un peu le problème de la dette.

    Mais tout n’est pas réglé pour autant. Après la récente embellie du cours, restez prudents. 
    VENDEZ.

    En introduisant en Bourse une partie de ses activités asiatiques (sans doute 15% de “Budweiser APAC”), AB InBev récoltera jusqu’à 10 milliards de dollars, qui permettront de réduire sa lourde dette (fin 2018, elle était de 102,5 milliards de dollars). Et le groupe espère aussi utiliser cette filiale asiatique cotée et peu endettée pour faciliter ses projets d’acquisitions en Asie. Toutefois, même après l’IPO, la dette restera lourde (±4 fois les liquidités générées sur une année) et retardera le redressement du dividende (divisé par 2 à l’automne 2018). De plus, l’objectif de croissance par acquisitions n’est pas gagné d’avance. Les cibles intéressantes ne sont pas légion dans la région. Il sera d’autant plus difficile à atteindre si le cours de la nouvelle action n’évolue pas favorablement. Et la concurrence qui s’aiguise dans la région réduit les chances de fortes croissances rentables. Le défi majeur du groupe reste d’augmenter les volumes vendus, en panne de croissance ces dernières années, surtout aux USA et au Brésil. (hors acquisitions). Car la stratégie actuelle, axée sur la montée en gamme (et en prix), risque de souffrir de toute détérioration de la conjoncture.

    Cours au moment de l'analyse : 83,21 EUR

    Le groupe AB InBev est issu de l’acquisition (en 2008) de l’américain Anheuser-Busch par le belgo-brésilien InBev et qui a repris SABMiller en 2016; premier brasseur mondial, il détient une part de 25% du marché mondial. Parmi ses marques phare : Stella Artois, Budweiser, Beck’s, Brahma, Jupiler…

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 92,71 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 57,35 EUR
Code ISIN BE0974293251
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 1,39
Volatilité 21,60 %
Nombre d'actions existantes 1.693.242.000
Capitalisation boursière (en milliards) 141,56 EUR
Secteur Alimentation et boissons
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 139.716 EUR
Score corporate governance 4
Pays Belgique

Chiffres-clé par action (EUR)

2019 (e) 2018 2017 2016
Dividende 1,26 1,26 2,52 2,57
Bénéfice courant 4,00 1,87 3,59 0,65
Bénéfice net 4,00 1,87 3,59 0,65
Cash flow courant 5,75 3,30 5,25 1,47
Cash flow net 5,75 3,30 5,25 1,47
EBIT 8,00 7,33 7,72 6,81
EBITDA 10,00 9,21 9,64 8,64
Valeur comptable 30,00 27,24 28,26 32,92
Valeur comptable tangible -29,25 -32,36 -32,43 -34,03

Performance (en euros)

Anheuser - Busch InBev Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 5,61 % 1,40 % 1,44 %
Rendement sur 6 mois 7,67 % 0,90 % 5,09 %
Rendement sur 1 an 16,88 % 8,13 % 10,69 %
Rendement sur 5 ans 2,44 % 4,29 % 12,78 %

Ratios financiers de la société

2018 2017 2016 2015
Pay out 81,39 % 86,99 % 338,68 % 43,01 %
Current ratio 0,53 0,66 1,07 0,64
Return on equity 7,17 % 12,18 % 1,85 % 21,44 %
Total return on equity 7,17 % 12,18 % 1,85 % 21,44 %
Marge brute 62,72 % 62,11 % 61,55 % 61,61 %
Marge nette 10,42 % 16,27 % 5,98 % 22,10 %
Marge EBIT 31,32 % 30,44 % 27,94 % 31,15 %
Marge EBITDA 39,33 % 38,01 % 35,45 % 38,21 %
Taux d'imposition 33,28 % 17,29 % 36,95 % 20,82 %
Gearing 150,46 144,72 147,84 100,91
Fonds propres/total du bilan 29,45 % 29,77 % 29,89 % 31,32 %

Données boursières par action

2019 (e) 2018
Rendement de dividende 1,51 % 1,51 %
Cours/bénéfice courant 20,90 44,64
Cours/cash flow courant 14,54 25,33
Cours/valeur comptable 2,79 3,07
Cours/valeur comptable tangible - -
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 5,28 % -

(E) : estimation

;