Article
Vos premiers pas en Bourse il y a un an - mercredi 18 mai 2016

 

L’univers des placements, et plus particulièrement les actions, vous intéressent ? Vous vous préparez à faire vos premiers pas en Bourse ? Lisez alors attentivement ce qui suit.

 

Avez-vous le profil pour investir en actions ?

Pour savoir si les actions individuelles sont potentiellement faites pour vous, posez-vous les quatre questions suivantes.

1. Quel risque êtes-vous prêt à accepter ?

De tous les produits de placement classiques, les actions affichent clairement les fluctuations les plus importantes. On parle en jargon financier de volatilité. La question consiste à savoir si vous êtes prêt à accepter cette volatilité. Vous devez du reste savoir que la volatilité n’implique pas seulement que les cours peuvent monter et descendre. Il peut aussi arriver qu’un cours s’effondre et ne se redresse plus. Vous devrez alors accepter des pertes. Beaucoup sont totalement allergiques aux pertes et oublient que, face à la possibilité de pertes, il y a aussi des chances d’enregistrer de jolis gains.
Vous rejetez toute forme de risque ? Mieux vaudra alors ne pas investir en actions.
Si vous avez conscience des risques, vous pourrez prendre quelques mesures de précaution pour limiter au maximum les pertes potentielles. La principale consistera à diversifier suffisamment. Il est clair qu’un portefeuille composé d’une dizaine d’actions sera déjà moins risqué que si vous n’en détenez qu’une ou deux. Si vous subissez une perte sur une seule de vos 10 actions, vous pourrez la compenser par les rendements éventuellement positifs des neuf autres. Cela étant dit, un portefeuille de 10 actions ne constituera pas forcément une assurance tous risques. Pour être vraiment efficace, vous devrez répartir votre portefeuille entre 20 à 30 actions de sociétés de différents pays et secteurs. Un conseil souvent difficile à mettre en pratique toutefois pour un investisseur particulier. C’est la raison pour laquelle un portefeuille d’actions individuelles ne devrait s’envisager qu’en complément d’un portefeuille plus largement diversifié en fonds (voir point 3).

2. Quel est votre horizon de placement ?

Plus votre horizon de placement sera proche en matière d’actions, plus vous vous trouverez en terrain spéculatif. Aucun investisseur n’a en effet de prise sur le court terme et ce pour deux raisons au moins :
– aucune stratégie d’actions ne fonctionne parfaitement à tout moment; il y a des périodes où l’investisseur doit accepter des performances moins fastes.
– dans un contexte économique ou sectoriel incertain, certains événements imprévus peuvent se produire et provoquer une vive réaction en Bourse.
Pour pouvoir « lisser » les conséquences d’événements à court terme et donner le temps à votre stratégie de porter ses fruits, votre horizon de placement doit être suffisamment éloigné, à savoir au moins 10 ans.
En fonction de vos objectifs, il sera aussi utile de tenir compte de votre âge ainsi que de votre situation financière, sociale et professionnelle. Une personne âgée de 50 ans avec un emploi stable, sans enfants à charge et ne devant plus rembourser d’emprunt pour sa maison aura généralement plus de marge pour investir en actions qu’un jeune de 25 ans.

3. Disposez-vous déjà d’un portefeuille diversifié ?

La pierre angulaire de toute stratégie d’investissement est un portefeuille diversifié. Un objectif beaucoup plus facile à atteindre avec des fonds de placement qu’avec des actions individuelles. Votre portefeuille devra ainsi abriter des fonds d’actions (composés d’actions de différents pays et secteurs d’activité) et des fonds d’obligations (dans différentes devises, d’émetteurs privés et publics). Il est aussi important de consacrer une partie de votre portefeuille aux comptes d’épargne, assurances-épargne, etc. Pour de plus amples informations sur la composition de nos portefeuilles, voyez notre stratégie.
Une autre règle d’or veut que vous conserviez l’équivalent de plusieurs mois de salaire en cash, à titre de matelas de sécurité, pour parer à tout imprévu, comme un licenciement ou une importante dépense inattendue.
Ce n’est qu’après que vous pourrez envisager l’achat d’actions individuelles, pour une petite partie de votre patrimoine et en complément de votre portefeuille diversifié.

4. Dans quelle mesure pouvez-vous vous impliquer personnellement ?

Investir en actions demande un certain degré d’implication. Rien ne sert certes de passer 5 jours sur 7, 24h/24 derrière votre ordinateur, mais il est important de vous tenir au courant des informations sur les actions dans lesquelles vous avez investi et sur d’autres sociétés qu’il pourrait être intéressant de détenir en portefeuille.
Si vous débutez sans connaissances préalables, nous vous déconseillons de vous lancer seul dans cette aventure. Abonnez-vous à une ou plusieurs revues spécialisées (comme Test-Achats invest), lisez l’actualité financière dans les journaux, cherchez des informations supplémentaires sur internet et essayez toujours d’évaluer la crédibilité et l’expertise des sources dont émanent ces informations.
Si vous avez déjà une certaine expérience des actions, vous pourrez éventuellement vous en sortir seul. Optez dans ce cas pour une stratégie minutieusement réfléchie, par ailleurs adaptée à votre situation et à vos possibilités. Avec cette stratégie en guise de pierre angulaire, vous partirez ensuite à la recherche des actions y correspondant le mieux. La gestion active d’un portefeuille d’actions peut toutefois très vite prendre plusieurs heures par semaine.

Comment choisir les bonnes actions ?

– Pour commencer, vous devez identifier les actions dignes d’achat. On entend par-là les actions bon marché et dont le cours est relativement faible au regard des perspectives bénéficiaires de l’entreprise. Faites donc bien la distinction entre les actions bon marché dignes d’achat et les actions exagérément chères d’entreprises aux maigres perspectives bénéficiaires. Vous pourrez à cet égard vous appuyer sur la méthodologie développée par Test-Achats invest et utiliser notre sélecteur d’actions.
– Une fois que vous aurez une liste d’actions dignes d’achat devant vous, vous devrez bien évidemment faire un choix. Le critère par excellence dans ce cas est la diversification. Idéalement, vous devrez avoir entre 20 et 30 actions en portefeuille, mais vous obtiendrez déjà une bonne répartition du risque avec dix à quinze actions de sociétés actives dans différents pays et secteurs.
– Vous disposerez alors d’un bel éventail d’actions individuelles en portefeuille et l’important ensuite consistera à suivre l’évolution de ces mêmes actions. S’il n’est plus intéressant de détenir une action, vous la vendrez et en achèterez éventuellement une autre pour la remplacer.

Exécuter une transaction en Bourse : comment procéder ?

1. Pour acheter ou vendre des actions...

,..vous devez faire appel à un intermédiaire, en l’occurrence une banque ou un courtier en Bourse (broker). Attention, les frais pour ces services peuvent être très variables. Découvrez ici les banques ou brokers appliquant les tarifs les plus avantageux.

2. Si vous n’avez jamais effectué de transaction boursière...

..votre banque ou broker vous ouvrira d’abord un compte-titres sur lequel seront conservées les actions que vous achèterez.

3. Quelles données devez-vous indiquer en cas de transaction boursière ?

– L’action que vous souhaitez acheter ou vendre. Pour éviter toute confusion, vous pouvez indiquer le code ISIN de l’action. Un code ISIN est un numéro d’identification international attribué à tous les titres (actions, fonds, obligations...).
– Si vous voulez acheter une action, vous devrez également indiquer la Bourse sur laquelle elle est cotée. Si l’action est cotée sur plusieurs Bourses, choisissez la Bourse du pays dont la société est originaire. Il sera par exemple plus intéressant d’acheter une action d’une entreprise belge en Bourse de Bruxelles que sur une Bourse étrangère.
– Indiquez ensuite si vous voulez acheter ou vendre l’action ainsi que le nombre d’actions que vous souhaitez acheter ou vendre. Vous obtiendrez ce nombre en divisant le montant que vous souhaitez investir par le cours de l’action.
– Vous pouvez aussi fixer une limite de cours à laquelle vous souhaitez acheter ou vendre l’action. Cela vous évitera d’acheter l’action à un cours trop élevé ou de la vendre à un cours trop faible (par exemple : acheter à maximum 20 euros, vendre à minimum 50 euros).
– Vous devrez aussi définir la durée de validité de l’ordre. Un ordre pourra ainsi être valable jusqu’à la fin de l’année, un jour... Un ordre non exécuté dans le délai indiqué sera automatiquement annulé.
– Vous devrez aussi parfois indiquer le compte sur lequel l’argent doit être versé ou prélevé pour vos transactions boursières.

Partagez cet article