Galapagos

BE0003818359
206,50 EUR 17/01/2020 17:35 Bruxelles
3,30 EUR (1,62 %) Variation depuis la dernière clôture
84,54 203,20  52 semaines min max
120,87 % Rendement sur 1 an
0,00 % Rendement de dividende
Tous les détails
Contenu premium

Les résultats des analyses de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous y accéder ?

D'où vient notre conseil?

Articles

  • Analyse
    Beaucoup de nouvelles en 2020 pour Galapagos il y a 17 jours - mardi 31 décembre 2019
    Galapagos a bondi de 131,5% en 1 an! C’est la plus forte progression individuelle observée sur la Bourse de Bruxelles en 2019.
     
     
     
     

    Les résultats des analyses de nos experts et nos évaluations sont réservés à nos abonnés. Souhaitez-vous bénéficier de 5 crédits pour y accéder ?

    Je veux accéder à ce contenu !
  • Analyse
    Galapagos et Gilead étendent leur collaboration et signent un nouveau pacte de non-agression il y a 6 mois - mercredi 17 juillet 2019
    Cela fait s’envoler l’espoir d’OPA. Mais le deal a des atouts et fait grimper la capitalisation boursière à plus de 8,5 milliards.

    Le titre reste toutefois très risqué, car le marché visé est très compétitif.
    Ne conservez que si cela ne vous effraie pas. 

    Plus d’OPA en vue…

    Le 1/1/2018 arrivait à échéance le 1er pacte de non-agression entre Galapagos et Gilead (partenaire et 1er actionnaire à 12,3%). Depuis, le marché spéculait sur une OPA de Gilead (qui a une trésorerie de 30 milliards de dollars). 

    2018 et le début de 2019 ont été rythmés par les résultats positifs de la dernière phase de tests cliniques du filgotinib contre l’arthrite rhumatoïde. Et c’est souvent en fin de tests que les prédateurs se manifestent, quand le risque diminue et que les chances de commercialisation augmentent (à ce stade, il y a 9 chances sur 10 pour cette 1e indication du filgotinib). Certes, Galapagos avait toujours affiché son intention de rester indépendant (pour fidéliser ses chercheurs). Mais Gilead apparaissait néanmoins comme un candidat repreneur. Pour finir, il n’en sera rien…

    … mais un très bon accord

    Le deal avec Gilead prévoit :
    – une collaboration mondiale de 10 ans dans la recherche;
    – un versement direct de 3,5 milliards d’euros par lequel Gilead reçoit des options sur le développement et la commercialisation de l’ensemble des produits de Galapagos hors Europe, en échange de royalties de 20 à 24% sur les ventes;
    – une participation supplémentaire dans le capital de 1 milliard d’euros (140,59 EUR par action), de sorte que Gilead possèdera 22% des actions Galapagos;
    – la certitude que la participation de Gilead ne dépassera pas 29,9% ces 10 prochaines années.

    Galapagos n’aura ainsi plus de problème de liquidités (avant l’accord, il restait plus de 1,1 milliard en caisse et seulement 330 millions seront brûlés en 2019). Et il pourra accélérer les tests cliniques de ses 6 médicaments en développement. C’est un gros atout car le marché qu’il vise (maladies inflammatoires dont le rhumatisme qui touche 1 adulte sur 10) est mature et monopolisé par des géants : AbbVie (lisez notre récente analyse), Pfizer, Eli Lilly… Le filgotinib a beau être innovant (inhibiteur JAK sous forme orale), il sera le quatrième à débarquer sur ce marché !

    Cours au moment de l’analyse : 153,95 EUR

    Fondée en 1999 et coté sur Euronext Bruxelles (2005) et sur le Nasdaq (2015), la société Galapagos est une biotech à la tête d’un très riche portefeuille de produits en développement, ciblant des maladies inflammatoires et les fibroses. Le groupe Gilead Sciences qui possède 12,3% de son capital et est son partenaire depuis 2015, a étendu considérablement sa collaboration. Le filgotinib , dans son usage contre l’arthrite rhumatoïde est actuellement, le produit le plus avancé du groupe. Il devrait être commercialisé en 2020. Mais ce produit est testé aussi pour plus de 10 autres indications (2 en phase 3 et 8 en phase 2). A côté de cela, Galapagos a encore 4 autres produits faisant l’objet de tests cliniques dont un en phase 3, contre la fibrose pulmonaire.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Galapagos pourra-t-il commercialiser son premier blockbuster en 2020 ? il y a 9 mois - jeudi 4 avril 2019
    La confirmation des bons résultats du filgotinib a fait grimper le cours.

    La confirmation des bons résultats de la troisième et dernière phase des tests cliniques du filgotinib (pour l’arthrite rhumatoïde) a fait grimper le cours. Le produit pourrait devenir un premier blockbuster pour la biotech, si elle multiplie les indications. Mais le titre reste très risqué (5) et l’optimisme du moment doit être tempéré par le fait que le produit subira une forte concurrence.
    Si le risque ne vous effraie pas : CONSERVEZ.

    Tests concluants

    Le filgotinib, produit phare de Galapagos, justifie à lui seul plus de 50% du cours de l’action. Il s’agit d’un inhibiteur JAK (janus kinases), des enzymes à double fonction : une positive (dans le système immunitaire) et une négative (pour inflammations chroniques). Les applications possibles sont nombreuses (dermatologie, rhumatologie, gastroentérologie). Le produit est testé pour 11 indications. Pour la polyarthrite rhumatoïde, en septembre, de premiers résultats positifs avaient été révélés pour la 3e phase de tests cliniques. Tout récemment, d’autres résultats ont été dévoilés : efficacité aussi élevée que les concurrents, effets secondaires moindres.

    Pas seul en lice

    Les inhibiteurs JAK ont l’avantage d’être administrés en comprimés, alors que les autres le sont par injection (c’est le cas de l’humiria d’Abbvie, leader du domaine, avec 9 indications et des ventes 2018 pour 19,9 milliards de dollars). Mais le filgotinib n’est pas seul. Pour la polyarthrite rhumatoïde, Pfizer et Eli Lilly ont chacun un inhibiteur JAK. Et fin février, les autorités sanitaires américaines ont relevé un risque plus élevé d’embolie pulmonaire chez les patients traités à doses élevées de Xeljanz (de Pfizer). Certes, le produit de Galapagos, de nouvelle génération, est plus sélectif (attaque moins d’enzymes) et a dès lors moins d’effets secondaires. Mais l’ensemble des inhibiteurs JAK pourrait malgré tout souffrir. En outre, Abbvie, qui avait laissé tomber Galapagos en 2015 pour développer le filgotinib, devrait commercialiser cette année son propre produit de nouvelle génération. Pour le filgotinib, en cas d’approbation (9 chances sur 10), la commercialisation ne commencera pas avant 2020 (Europe et Japon). Et il faut voir si cette commercialisation sera un succès. Certes, Galapagos a déjà un partenaire (Gilead). Mais le prix reste une inconnue. Et surtout, comme toujours, l’ampleur des remboursements (par les assurances, les mutuelles) sera capitale. Pour ces 2 à 3 prochaines années, nous prévoyons encore des pertes de 3 à 4 EUR par action par an.

    Cours au moment de l’analyse : 109,00 EUR

    Fondée en 1999 et cotée sur Euronext Bruxelles depuis 2005 et sur le Nasdaq depuis 2015, Galapagos est une société biotechnologique à la tête d’un riche pipeline ciblant des maladies inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique, maladie de Crohn...). A côté du filgotinib (un inhibiteur d’enzymes susceptibles de déclencher des inflammations chroniques) e.a en 3e et dernière phase des tests cliniques pour 3 indications, le groupe possède une série de produits en phase II et en phase I. Au total, près de 20 études cliniques sont actuellement menées.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Galapagos est en tête de la liste des biotech pouvant faire l’objet d’une OPA il y a un an - vendredi 11 janvier 2019
    L’an 2019 sera chargé pour la société.

    Certes, Galapagos reste loin de ses premiers bénéfices et le titre reste très risqué. Mais depuis la publication, en septembre dernier, des premiers résultats positifs de la troisième phase de tests cliniques du filgotinib contre l’arthrite rhumatoïde, le groupe est en tête de la liste des biotech pouvant faire l’objet d’une OPA.
    Si le risque ne vous effraie pas : CONSERVEZ.

    Riche pipeline, belle trésorerie

    Le produit phare de Galapagos est le filgotinib, déjà en 3e phase pour 3 indications (arthrite rhumatoïde, maladie de Crohn, colite ulcéreuse) et en phase II pour 8 indications. Fin 2018, le groupe a entamé la 3e phase de tests du GLPG1690 (fibrose pulmonaire). Et il possède encore une série de produits en phase I et II.

    A ce jour, Galapagos ne commercialise encore rien. Il devrait donc rester en perte (2 à 3 EUR par action par an) jusque 2021 ou 2022. Mais d’ici là, avec sa trésorerie de 1,3 milliard d’euros (±24 EUR par action), dont il n’aura brulé que ±150 millions en 2018, il dispose de moyens largement suffisants pour financer ses recherches.

    Premier trimestre déterminant

    A ce stade, le filgontinib, développé en partenariat avec Gilead (actionnaire à 12,4%) peut justifier 50 à 60% du cours. En septembre 2018, ses premiers résultats en phase III contre l’arthrite rhumatoïde ont fait bondir le cours de 30%. Les résultats des derniers volets de cette 3e phase devraient être dévoilés fin mars. S’ils sont concluants, une mise sur le marché pourrait être envisagée en 2021 et, surtout, cela pourrait raviver les spéculations sur une OPA.

    OPA en vue ?

    Souvent, dès qu’un produit conclut sa dernière phase de tests cliniques, les prédateurs sortent du bois. Gilead est bien sûr aux premières loges pour une offre. D’autant que les deux autres gros actionnaires sont des acteurs purement financiers : Van Herk Investments, société du milliardaire hollandais Aat van Herk, ex-actionnaire d’Ablynx, détient 9,9%, et le gestionnaire de fonds Sands Capital détient 5,7% depuis peu.

    Cours au moment de l’analyse : 91,88 EUR

    Galapagos est une biotech fondée en 1999, cotée à Bruxelles depuis 2005 et sur le Nasdaq depuis 2015. Elle est à la tête d’un riche portefeuille de produits en développement, ciblant des maladies inflammatoires et les fibroses.

    Partagez cet article

  • Analyse
    Galapagos lève 300 millions de dollars il y a un an - vendredi 14 septembre 2018
    Le cours a bondi grâce aux bons résultats publiés pour le filgotinib.

    Les spéculations sur une reprise sont relancées. Et la biotech en a profité pour lancer une augmentation de capital, lever 300 millions de dollars et renforcer encore sa trésorerie.
    CONSERVEZ.

    Le cours a pris plus de 20% en quelques jours grâce aux bons résultats de phase 3 de tests cliniques du filgotinib, contre l’arthrite rhumatoïde (efficacité et innocuité concluantes). On est pourtant loin de la commercialisation. D’autres séries de résultats sont attendues au plus tôt au 1er semestre 2019. Si tout va bien, une mise sur le marché sera possible, mais pas avant 2021. Et de premiers bénéfices du groupe ne sont pas à espérer avant 2022-23. De plus, Galapagos n’est pas seul sur ce domaine (Pfizer et Eli Lilly y sont présents, AbbVie développe un produit). Mais le marché compte 2,9 millions de patients potentiels en Europe et aux USA et le produit de Galapagos pourrait être plus sûr. En cas de commercialisation, un pic de ventes annuel de plus de 2 milliards serait possible. Galapagos mène aussi des études pour 10 autres indications du filgotinib (3 en phase 3; 7 en phase 2) et dispose de 4 autres produits en phase de tests cliniques. Ce large portefeuille est son point fort par rapport à d’autres biotech. Enfin, les premiers résultats de phase 3 stimulent l’appétit de repreneurs. Le partenaire et actionnaire à 13,2% Gilead, est bien sûr aux premières loges.

    Cours au moment de l'analyse : 102,00 EUR

    Partagez cet article

Plus

Infos clés

Carte d'identité

Maximum sur les 12 derniers mois 203,20 EUR
Minimum sur les 12 derniers mois 84,54 EUR
Code ISIN BE0003818359
Bourse Bruxelles
Euronext oui
Bêta 1,01
Volatilité 50,65 %
Nombre d'actions existantes 54.465.420
Capitalisation boursière (en milliards) 11,07 EUR
Secteur Santé et pharmacie
Volume de transactions (moyenne par jour en milliers) 61.103 EUR
Score corporate governance -
Pays Belgique

Chiffres-clé par action (EUR)

2020 (e) 2019 (e) 2018
Dividende 0,00 0,00 0,00
Bénéfice courant -3,80 -3,70 -0,54
Bénéfice net -3,80 -3,70 -0,54
Cash flow courant -3,73 -3,64 -0,44
Cash flow net -3,73 -3,64 -0,44
EBIT -3,45 -3,42 -0,82
EBITDA -3,38 -3,36 -0,73
Valeur comptable 14,79 18,59 22,29
Valeur comptable tangible 14,79 18,59 22,29

Performance (en euros)

Galapagos Stoxx Europe 600 S&P 500
Rendement sur 3 mois 38,33 % 6,88 % 10,03 %
Rendement sur 6 mois 31,99 % 8,08 % 11,22 %
Rendement sur 1 an 120,87 % 19,95 % 29,66 %
Rendement annuel moyen sur 5 ans 64,44 % 3,60 % 11,13 %

Ratios financiers de la société

2019 (e) 2018
Pay out - -
Current ratio - 6,04
Return on equity - -2,41 %
Total return on equity - -2,41 %
Marge brute - 100,00 %
Marge nette - -9,21 %
Marge EBIT - -14,10 %
Marge EBITDA - -12,50 %
Taux d'imposition - -
Gearing - -106,30
Fonds propres/total du bilan - 84,35 %

Données boursières par action

2020 (e) 2019 (e)
Rendement de dividende 0,00 % 0,00 %
Cours/bénéfice courant - -
Cours/cash flow courant - -
Cours/valeur comptable 13,74 10,93
Cours/valeur comptable tangible 13,74 10,93
Cours / valeur intrinsèque - -
Rendement attendu pour le long terme 3,20 % -

(E) : estimation

;