Analyse
Les sicav à capital protégé il y a 12 ans - mercredi 13 octobre 2004

La sicav à capital protégé : un produit qui marche depuis quelque temps.  Mais attention : ouvrez l’emballage !

Elles sont là, elles n’attendent que vous, elles sont disponibles quasiment en permanence chez votre intermédiaire financier, et ce en grand nombre. On en trouve d’ailleurs pour tous les goûts. Nous parlons des sicav à capital protégé.
Ces sicav permettent de profiter des avantages de la Bourse via un panier d’actions (des actions individuelles ou le reflet d’un indice) sans que votre capital puisse être (trop) entamé par un éventuel revers de fortune. Bref, vous ne pouvez que gagner ou... ne rien gagner, mais jamais perdre. Vraiment ?

Résultat éclectique
· Près d’un tiers du marché belge des sicav est constitué aujourd’hui de sicav à capital protégé. C’est énorme quand on sait que ce type de produit n’a vu le jour qu’il y a une bonne dizaine d’années. Jusqu’il y a peu, sa croissance était d’un petit 50% par an. Aujourd’hui, les choses semblent s’être tassées, mais la combinaison entre sécurité (protection du capital) et rendement (des placements boursiers) continue à séduire l’épargnant. D’autant que les banquiers y mettent le paquet. Il faut dire que c’est un produit qui se vend bien et qui rapporte gros (aux banquiers).
· Le résultat de ces dix ans de progression est assez éclectique. Une sicav n’est pas l’autre, même si toutes deux protègent leur capital. Nous n’allons pas nous attarder sur leur construction interne, les variantes sont trop nombreuses, pour vous proposer plutôt quelques conseils. Si les coulisses de l’exploit vous intéressent, référez-vous à “Comment ça marche ”.

Ce qu’il faut vérifier
· Vérifiez toujours si la sicav qui vous intéresse offre bien une protection complète de votre capital. Attention : cette protection ne vaut qu’à l’échéance. Si vous revendez avant, c’est au prix du marché, qui peut être inférieur.
· Si vous êtes intéressé, accordez davantage d’attention à la durée qu’à la réputation de la banque émettrice. Il est important que cette durée corresponde à votre horizon de placement. Pour des raisons fiscales, beaucoup de ces sicav offrent une durée supérieure à huit ans. Cela permet d’échapper au précompte de 15 %. Mais la durée peut être encore plus élevée. Il est possible que ce soit trop pour vous.
· N’oubliez pas qu’il y a des frais. De combien sont-ils à l’achat ? En cas de revente anticipée ? Y a-t-il d’autres frais implicites ? Ne vaut-il pas mieux opter pour un placement qui donne un dividende annuel ? Si à l’échéance vous ne récupérez que votre capital, combien aurez-vous perdu en pouvoir d’achat du fait de l’inflation ?
· Lisez attentivement la fiche de produit et ne vous laissez pas trop vite séduire. Il arrive souvent qu’aucun rendement ne vous soit garanti. Il arrive aussi que les scénarios qui sont mis en avant soient d’un optimisme exagéré.
· Soyez attentif aux problèmes d’arbitrage. Beaucoup de banquiers vous proposent après un certain temps d’échanger vos parts de sicav contre d’autres. Ce n’est jamais gratuit et surtout cela ne se justifie pas toujours.

Une offre généreuse
· Il ne se passe pas de mois sans que de nouvelles sicav soient mises sur le marché. La période de souscription est toujours limitée et, c’est le comble, elle peut être clôturée anticipativement. Pour analyser ces produits, nous recourons à un calcul de probabilités qui tient compte de leurs caractéristiques. Vous trouverez davantage d’explications à ce propos dans F&S 111.
· Le tableau ci-dessous vous donne un aperçu de l’offre actuelle en sicav de ce type (que nous avons analysées). Quatre propositions seulement nous semblent intéressantes. Comme vous pouvez le voir, les durées et les valeurs sous-jacentes sont différentes.

LES SICAV A CAPITAL PROTEGE LES PLUS INTERESSANTES (1)

Nom

Banque

Limite

Durée

Sous-jacent

KBC Multisafe
USD/EUR 7

CBC-KBC

29/10

+ 3 ans

rapport dollar/euro

KBC-Life Multinvest Security BeNe 1

CBC-KBC

29/10

+ 9 ans

10 actions belges et néerlandaises

KBC ClickPlus Stock Selection Short Term 1

CBC-KBC

29/10

+ 3 ans

30 actions internationales

Fortis B Fix
Equity 137

Fortis Banque

22/10

+ 6 ans

20 actions internationales

(1) en tant qu’alternative à un placement de la même durée pour ceux qui tiennent à la protection de leur capital et pour qui un rendement potentiel élevé mais incertain ne pose pas de problème. Ne sont pas suffisamment intéressantes : Fortis B Fix Bond Plus 29, Fortis B Fix Bond Plus 30, Fortis B Fix Equity 135, Fortis B Fix Equity 136, Fortis B Fix Equity 138, Fortis B Fix Equity 139, KBC Click Europe Coupon 1, KBC Click Europe Reverse 15, KBC Click Interest 8, KBC Click Interest 9, KBC Click Interest Target 5 (aussi commercialisée sous l’appellation Centea Fund Target 3) et MultiSecurity 11/2004 (Ethias).

OK pour moi ?
· Le marché des sicav à capital protégé est vaste, mais tout n’est pas intéressant, au contraire même. Souvent, les banquiers ne donnent que peu d’explications consistantes et les fiches de produit ne sont pas très loquaces. Vérifiez avant d’acheter si notre avis est comparable au vôtre.
· Si vous êtes intéressé, sachez que ce type de sicav n’est en rien une alternative aux placements en actions. Les meilleures sont une alternative aux produits d’épargne à revenus fixes comme les obligations ou les bons de caisse.
· Si vous êtes à deux doigts d’acheter, vérifiez que votre capital est bien protégé – attention, uniquement à l’échéance, et avant les frais ! Si le capital est protégé, le rendement, lui, n’est jamais garanti. Pesez bien le pour et le contre. Vérifiez aussi que la durée est compatible avec votre horizon de placement. Et surtout, retenez bien cette règle d’or : plus le produit est sûr, moins son rendement potentiel est élevé.

Comment ça marche
Les sicav à capital protégé n’investissent pas en actions mais dans une combinaison de produits à revenus fixes (par exemple des obligations, pour protéger le capital) et de produits dérivés (par exemple des options, pour obtenir un effet de levier). Les produits dérivés donnent le droit d’encaisser une plus-value à une date convenue d’avance. Mais pour cela il faut que l'actif sous-jacent (un panier d’actions, un indice) évolue dans le bon sens. Si c’est le cas, pas de problème. Si ce n’est pas le cas, l’option perd toute valeur et vous ne récupérez (en tout ou partie) que votre capital, lequel est protégé par les obligations dans lesquelles les gestionnaires ont investi.

 

Partagez cet article