Analyse
Une rentrée hésitante il y a 13 ans - mercredi 13 octobre 2004

Marchés dans l'incertitude et dollar en trouble-fête. Pourtant, bien des sicav ont gagné des points en septembre.

· La flambée des prix pétroliers, les tensions accrues en Irak, la hausse des taux directeurs aux Etats-Unis et l'approche des élections présidentielles américaines ont créé l’incertitude chez les investisseurs. Pourtant, les marchés boursiers se sont plutôt bien comportés en septembre. Hormis au Japon, l'ensemble des Bourses mondiales a connu une évolution positive.
La nouvelle baisse de régime du dollar américain par rapport à l'euro (-2,2%) a toutefois déçu les investisseurs européens. Les sicav d'actions américaines reprises dans notre sélection ont perdu  0,4% en moyenne (après conversion en euros).
De leur côté, les sicav d'actions belges ont poursuivi leur formidable ascension : +4,2% en septembre, ce qui porte leur progression à 34,6% sur les douze derniers mois. Oui, c'est bien chez nous que cela se passe !
Les sicav d'actions australiennes n'ont rien à leur envier avec une progression de 4,5% en septembre (après conversion en euros). Sur un an, elles ont gagné plus de 20%.
Si les sicav spécialisées dans un pays ou une région ont bien travaillé, les résultats sont plus mitigés pour certaines sicav sectorielles. Les sicav d'actions pharmaceutiques ont ainsi perdu 1,1%.
· Du côté obligataire, comme les taux d’intérêt ont encore légèrement reflué, les cours ont monté et les sicav en ont profité. Mais la baisse du dollar américain, de la livre sterling (-1,6%) et du yen (- 2,6 %) a causé du tort aux sicav concernées.

LES MARCHES BOURSIERS EN SEPTEMBRE 2004

Bourse

Evolution (1) sur

1 mois

3 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

0.3%

-6.1%

5.6%

Athènes (ASE)

0.6%

-0.9%

15.3%

Bruxelles (BEL 20)

5.3%

9.0%

31.3%

Francfort (DAX 30)

2.8%

-3.9%

17.1%

Hong Kong (Hang Seng)

-0.1%

4.6%

8.8%

Lisbonne (PSI 20)

3.5%

-0.4%

19.4%

Londres (FTSE 100)

0.9%

0.1%

14.1%

Madrid (IBEX 35)

2.0%

-0.6%

19.8%

Milan (MIB 30)

3.3%

-0.9%

12.9%

Nasdaq Composite

1.0%

-9.3%

-0.5%

New York (S&P 500)

-1.2%

-4.3%

4.9%

Paris (CAC 40)

1.3%

-2.5%

16.1%

Stockholm (OMX)

4.0%

2.5%

24.0%

Sydney (ASX - AORD)

3.6%

6.0%

16.1%

Tokyo (NIKKEI 225)

-4.8%

-11.5%

0.7%

Toronto (S&P/TSX Composite)

5.4%

5.3%

16.8%

Zurich (SMI)

0.2%

-4.5%

7.5%

(1) en %, après conversion en euro, fin septembre 2004

Actions mondiales
· Les sicav d'actions mondiales ont presque fait du sur place : +0,1% en moyenne. C’est plutôt décevant. Ces sicav investissent dans trois grandes régions du monde : Europe, Etats-Unis et, dans une moindre mesure, Japon. Si les marchés européens se sont bien comportés (+2,5%), les marchés américains et surtout japonais ont reculé de respectivement 0,7 et 5,1% (après conversion en euros).
· Fidelity Gestion Dynamique A (distribuée par Deutsche Bank, **) s'est distinguée du reste du groupe avec une progression de 2 % en septembre. Ses gestionnaires investissent un peu moins que les autres aux Etats-Unis (30% du portefeuille) et au Japon (7%). Ceci explique cela. Aphilion Q2 Equities accorde aussi un poids plus important aux actions européennes. Sa progression est de 1,3 % en septembre. Ses investissements dans l'équipementier téléphonique suédois Ericsson (+7,4%) ont aussi contribué à cette bonne performance. Pour rappel, cette sicav de droit belge est commercialisée par la société de gestion Aphilion (www.aphilion.com). Elle privilégie les actions et les secteurs d’activité américains et européens présentant une valorisation intéressante.  Dexia Sustainable Accent Social (***) a pour une fois déçu : -0,8%. Une contre-performance que ses gestionnaires imputent, entre autres, à la mauvaise prestation de l’action Colgate-Palmolive (-18%). Cette société a annoncé une baisse sensible de ses bénéfices.
· Les sicav d'actions mondiales vous permettent de diversifier en une fois votre portefeuille de sicav d'actions.
Contrarian Equities@Work (Capital@Work, *****) constitue à cet égard une option intéressante. Ses gestionnaires parviennent régulièrement à battre leur marché de référence. Cette sicav est désormais disponible aussi chez Cortal Consors, mais avec des frais d’entrée plus élevés (2,5% contre 1,05% directement chez Capital@Work) et des droits de garde de 0,121% par semestre avec un minimum de 2,50 euros.
Nous vous conseillons aussi Dexia Sustainable Accent Social (***).

Bruxelles au top
· Les sicav d'actions belges ont en moyenne progressé de 4,2% en septembre. ING B Invest Belgian High-Dividend a enregistré la plus forte progression : +5,4%. Cette sicav investit dans des actions au rendement sur dividende élevé, précisément ce que recherchent les investisseurs dans un climat boursier incertain. Malgré ce bon résultat, il semble que ses gestionnaires éprouvent de plus en plus de difficultés à battre leur indice de référence. Cette sicav se contente aujourd’hui de ***. Dans cette optique, nous n’achèterions plus. Mais vous pouvez certainement conserver.
· Au final, nous ne conseillons plus qu’une seule sicav à l’achat, Osiris Equities Belgian High Yield (Banque Degroof), qui privilégie elle aussi les actions… au rendement sur dividende élevé. Avec un peu plus de succès toutefois, comme en témoigne notre indicateur de performance (*****).
· Un petit mot encore sur la Bourse de Bruxelles. Du fait de sa très belle progression des derniers mois, son potentiel de hausse à court terme commence tout doucement à s'affaiblir. Mais elle conserve un atout de taille : les sociétés belges ont publié de très bons résultats. Soyez prudent tout de même : les sicav d'actions belges s'étant plus appréciées que les autres, il faut peut-être rééquilibrer votre portefeuille.
A plus long terme, les sicav d’actions belges continuent à mériter une place de choix dans votre portefeuille.

Actions australiennes
· En septembre, les sicav d’actions australiennes ont progressé en moyenne de 4,5% (après conversion en euros). Alors que la plupart des autres marchés peinent à retrouver les niveaux d’avant l’éclatement de la bulle boursière, la Bourse de Sydney atteint, elle, des sommets historiques. Pourtant, elle reste relativement bon marché puisque la hausse du cours des actions va de pair avec une forte progression des bénéfices des sociétés cotées.
· La Bourse australienne possède encore de nombreux atouts. Les actions qui y sont cotées sont essentiellement défensives (= un peu moins risquées que les autres actions) et peu chères. De ce fait, les sicav d’actions australiennes méritent une bonne place dans votre portefeuille. Nous vous conseillons plus particulièrement Dexia Equities L Australia (***). Ses gestionnaires obtiennent régulièrement de meilleurs résultats que les autres.

Pharmas en difficultés
· Les sicav d'actions pharmaceutiques ont perdu en moyenne 1,1 % en septembre. Ce sont surtout les sicav investissant partout dans le monde qui ont été affectées. Fin septembre, le géant américain Merck a été contraint de retirer de la vente un de ses médicaments phares, le Vioxx. La sanction boursière a été immédiate : l’action a perdu 28 % d’un mois à l'autre (après conversion en euros). Or, cette action est présente dans quasiment tous les portefeuilles des sicav.
De façon plus générale, le secteur pharmaceutique est confronté au déclin des ventes de produits phares face à la concurrence des médicaments génériques. Face aussi à des coûts en recherche et développement de plus en plus élevés, trouver et lancer de nouveaux produits coûte sans cesse plus cher. Les sociétés qui sortiront du lot seront celles qui parviendront à innover dans des médicaments à haute valeur ajoutée thérapeutique. Le vieillissement de la population est bien réel et il s’accentuera encore dans les années futures, de même que les besoins en médicaments.
· Pour tirer parti de ces perspectives à long terme, les sicav investissant au niveau mondial constituent le véhicule de placement le plus adapté grâce à la bonne diversification qu’elles offrent.

LES SECTEURS EN SEPTEMBRE 2004

Secteur

Evolution (1) sur

1 mois

3 mois

12 mois

En Europe

Secteur financier

2.5%

1.1%

19.2%

Secteur pharmaceutique

0.2%

2.9%

14.4%

Secteur télécom

2.4%

0.7%

16.9%

Secteur Infotechnologie

6.8%

-10.2%

5.2%

Secteur de la consommation

-0.8%

-3.2%

12.2%

Secteur de la distribution

1.7%

-1.8%

17.5%

Sociétés d'utilité publique

2.9%

4.5%

32.1%

Dans le monde

Secteur financier

-0.4%

-0.3%

14.1%

Secteur pharmaceutique

-3.7%

-4.8%

2.1%

Secteur télécom

0.2%

-0.8%

10.0%

Secteur Infotechnologie

0.5%

-11.8%

-4.9%

Secteur de la consommation

-2.8%

-6.1%

5.8%

Secteur de la distribution

0.7%

-3.1%

6.8%

Sociétés d'utilité publique

0.7%

4.3%

19.8%

(1) en %, après conversion en euro, fin septembre 2004

Obligations et devises
· Tous les grands marchés obligataires ont progressé en septembre pour une raison très simple : l’incertitude économique amène les investisseurs à opter pour la sécurité, donc pour les obligations davantage que pour les actions. Ces mouvements ont augmenté la demande en obligations, fait monter les cours et baisser les rendements. Les sicav obligataires en ont bénéficié.
· Dans certains cas toutefois, le marché des changes est venu perturber le tableau. En septembre, le billet vert a encore réussi à perdre 2,2 % par rapport à l’euro (voir tableau des devises), ce qui a fait perdre à peu près autant aux sicav obligataires en dollars et a annulé le bénéfice tiré de la hausse des cours. Le yen aussi a baissé par rapport à l’euro (-2,6%). ING (L) Renta Fund Yen (-2,1%, ***) affiche d’ailleurs une des plus mauvaises performances du mois. Par contre, les sicav d'obligations en dollars canadiens ont le vent en poupe : jusqu’à +2,3% en septembre (Dewaay Canadian Bonds) grâce surtout à la hausse de la devise par rapport à l’euro (+1,9%).

LES DEVISES EN SEPTEMBRE 2004

Code
ISO

Devise

Cours (1)
(en euro)

Evolution (2)

Persp. (3)

1 mois

1 an

1 an

LT

DKK

Couronne danoise

0,1344

0.0%

-0.2%

=

=

SEK

Couronne suédoise

0,1106

1.0%

-0.4%

+

++

NOK

Couronne norvégienne

0,1196

0.4%

-1.7%

=

-

CHF

Franc suisse

0,6448

-0.6%

-0.8%

=

+

GBP

Livre sterling

1,4569

-1.6%

2.1%

-

=

USD

Dollar américain

0,8051

-2.2%

-6.2%

+

+

CAD

Dollar canadien

0,6362

1.9%

0.0%

+

++

AUD

Dollar australien

0,5832

0.4%

0.3%

+

+

NZD

Dollar néo-zélandais

0,5441

0.8%

6.7%

-

--

JPY

Yen japonais (100)

0,7305

-2.6%

-5.0%

=

++

(1) fin septembre 2004 ; p.ex. 1 USD vaut x euros; (2) en %, par rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à long terme.

Obligations internationales
· Les prestations des sicav d’obligations internationales vont de -1,6% pour Lion Fortune Global Bond USD (Deutsche Bank, ***) à +0,2% pour Dexia Bonds International (**), PAM (L) Bonds Universalis (Petercam, ***) et Rorento (Robeco Bank, **). La première a souffert du poids des obligations en yens dans son portefeuille. La sicav de Petercam, elle, n’a pas misé un seul euro sur le Japon, ce sont ses emprunts « corporate » qui ont fait le travail. Rorento a fait mieux que la moyenne en échangeant une partie de ses obligations américaines contre des équivalents australiens, ce qui lui a permis de gagner sur deux tableaux.
· Les détenteurs de Top Global Obligations (Banque Corluy, *, +0,4%) retrouveront désormais cette sicav dans la catégorie “Europe” et non plus “International”. Cela correspond mieux à la composition de son portefeuille : cette sicav n’investit plus qu’en obligations européennes, ce qui ramène à zéro son risque de change.
· Si vous voulez diversifier d’un coup votre portefeuille obligataire, cette catégorie est pour vous. PAM (L) Bonds Universalis est à cet égard celle qui répond le mieux à ce qu’on attend d’une sicav : créer de la valeur pour ses détenteurs.

Attention aux taux !
· Les sicav investissant en obligations en euros ont toutes progressé en septembre : +0,8% en moyenne. Les meilleures sont celles qui ont opté pour les emprunts à long terme. Elles ont profité le plus de la baisse des taux d’intérêt. Aviva Long Term European Bond Fund (Banque J. Van Breda, **, +1,1%) vient en tête. Les sicav ayant opté pour les emprunts à moyen terme ont en moyenne gagné 0,4%; celles ayant opté pour le court terme ont encore gagné moins.
· Les détenteurs d’obligations en euros ne courent évidemment aucun risque de change. Mais il y a le risque de taux ! Plus la durée moyenne des obligations qu’elle détient en portefeuille est élevée, plus une sicav est sensible et donc risquée de ce point de vue. Pour le moment, nous sommes plutôt en faveur des durées moyennes. A nos yeux, ce type d’emprunt combine de manière équilibrée rendement et risque.

Du bon travail
· En septembre, les sicav d’obligations à rendement élevé ont sensiblement progressé. ING (L) Renta Fund Global High Yield (+1,5%) décroche la couronne de laurier. Cette sicav évite les devises risquées et mise sur les emprunts « corporate » (= de sociétés) de qualité élevée. KBC Bonds High Intrest (+1,3%), elle, a tiré parti de ses placements en devises, notamment en zlotys polonais (+1,8% par rapport à l’euro). Du bon travail.
· Pourtant, nous ne sommes pas très chauds pour cette catégorie en ce moment. La plupart de ces sicav investissent ou bien en obligations, ou bien en devises que nous trouvons peu intéressantes. Si vous voulez diversifier vos avoirs, optez plutôt pour la catégorie “euro corporate”. Il n’y a pas de risque de change et les emprunts de sociétés sont encore toujours suffisamment intéressants. Achetez PAM (L) Bonds EUR Quality (Petercam).

Tout en un
· Les différences de prestations sont importantes à l’intérieur de la catégorie des sicav mixtes. La raison en est le rapport entre actions et obligations. La sicav éthique Dexia Sustainable European Balanced Low (+1,4%) est le grand vainqueur du mois dans la sous-catégorie défensive. Ses gestionnaires ont gagné sur deux plans : ils ont relativement beaucoup d’actions en portefeuille et leur sélection d’actions s’est révélée judicieuse avec des sociétés comme Nokia (+15,2%), Skanska (construction, Suède, +13,3%) et HBOS (finances, Royaume-Uni, +8,1%). Une autre sicav éthique, AlterVision Balanced Europe (Fortis Banque, *, +1,6%), se distingue dans la sous-catégorie neutre. Cette sicav n’investit qu’en Europe. En septembre, c’était ce qu’il fallait faire puisque les actions et les obligations européennes ont en moyenne mieux travaillé que les autres. Enfin, Dexia Sustainable European Balanced High (+2%, *) vient en tête dans la sous-catégorie agressive. Cette sicav est construite comme les autres de la série, seul le poids des actions est plus important.
· Les sicav mixtes investissent en actions et en obligations. Elles ne se distinguent que par la répartition que leurs gestionnaires font entre ces deux types d’actifs. Si cette catégorie de sicav vous intéresse, optez pour la sous-catégorie qui correspond à votre horizon de placement et à votre profil de risque. En principe, plus vous disposez de temps devant vous, plus vous pouvez vous permettre de prendre des risques.

EVALUATION SECTORIELLE

Nom du secteur

Score

Sicafi

++

Utilité publique

+

Pharma

+

Alimentation et boissons

+

Finances

=

Distribution

-

Télécoms

-

Technologie

--

L’évaluation sectorielle s’attache à la valorisation et au risque des actions d’un secteur particulier. Elle fluctue entre ++ (très bon) et - - (très mauvais). En cas d’évaluation identique, les secteurs sont classés par ordre de préférence, du meilleur au moins bon.

Partagez cet article