Analyse
Attention aux frais ! il y a 12 ans - jeudi 14 juillet 2005

Investir en sicav, cela coûte. Bien souvent, les épargnants ne mesurent pas à quel point c’est vrai.

Lorsque vous achetez des parts d’une sicav, vous louez les services de toute une série de spécialistes : gestionnaires, comptables, contrôleurs, juristes, etc. Aucun de ces spécialistes ne travaille gratuitement.
Notre Service d’aide individuelle est confronté régulièrement à ce type de question : pourquoi ces frais ? Pourquoi tel montant, etc. Par exemple, certains ne comprennent qu’ils aient dû payer 3 % de frais d’entrée alors que leur voisin n’a payé que 2 %. Pour la même sicav ! Eh oui…

Frais d’entrée
Les frais d’entrée sont les premiers frais que vous payez et vous ne devez les payer qu’une seule fois. Ils sont calculés sur la valeur nette d’inventaire des parts que vous achetez et ils sont repris sur vos extraits de compte. Leur ampleur va de 0 à 5 % en fonction de toute une série de facteurs :
politique de gestion : une sicav d’actions compte en général plus de frais qu’une sicav de trésorerie ;
institution financière : certains banquiers sont plus gourmands que d’autres. Chez Argenta par exemple, il n’y a pas de frais sur les sicav maison. Chez Dexia par contre, on va vous demander 5 % pour les compartiments de la sicav Dexia Index Fund ;
concurrence : vous pouvez acheter des parts de la même sicav en différents endroits et, le plus souvent, à des prix différents. En général, le prix le plus intéressant est celui de la banque émettrice, mais la concurrence est devenue tellement féroce qu’il n’est pas exclu qu’une banque propose des tarifs écrasés. Il y a aussi quelques bonnes adresses comme Keytrade Bank, où l’on trouve une large sélection de sicav aux frais d’entrée forfaitaires de 9,95 euros. Ou la Deutsche Bank.
Quel que soit l’endroit où vous achetez vos parts de sicav, il y a un montant maximal de frais d’entrée. Ce maximum figure dans le prospectus de la sicav. La limite est souvent fixée à 3 %.

Autres frais uniques
· Il y a encore d’autres frais non récurrents :
les frais de sortie : c’est rare, mais il y en a pour les sicav avec protection du capital et les produits de la branche 23. Dans ce dernier cas, le tarif est souvent dégressif et même proche de zéro lorsque les années ont passé ;
la taxe de Bourse, mais elle ne vaut que pour les sicav de capitalisation. Elle est de 0,5 % du prix de vente, avec un maximum de 750 euros. La branche 23 est exonérée ;
les frais de livraison matérielle. La taxe sur la livraison matérielle des titres (0,60 %) a été supprimée pour les sicav, mais certaines banques vous comptent des frais si vous demandez cette livraison matérielle. Cela peut faire des dizaines d’euros.

Frais de gestion
· Contrairement aux précédents, les frais de gestion sont récurrents, eux, sur toute la durée de votre placement. Et vous ne les retrouvez pas sur vos extraits de compte. Ils sont retenus quotidiennement sur la valeur d’inventaire. En principe, ce poste sert à payer les gens qui gèrent votre argent.
· Les frais de gestion sont généralement de deux ordres : un pourcentage fixe de la valeur nette d’inventaire et, de plus en plus souvent, une partie indexée sur la performance de la sicav. C’est par exemple le cas de certaines sicav de Dexia et des sicav EMIF distribuées par CBC-KBC. Si les performances de la sicav dépassent un seuil convenu, son gestionnaire reçoit une gratification.
Les frais de gestion constituent souvent le poste de frais le plus important pour l’investisseur. Contrairement aux frais d’entrée, ils ne se sont pas allégés ces dernières années.
· Ces frais de gestion dépendent de divers facteurs :
– plus encore que pour les frais d’entrée, la politique de gestion joue ici un rôle important. La gestion d’une sicav d’actions (les frais de gestion sont de 1 à 1,5 %) est plus exigeante qu’une sicav de trésorerie (0,5 %) ou d’obligations (0,5 à 0,8 %) ;
– le type de gestion est aussi très important. Les sicav gérées activement, dont le but est de battre un indice de référence, reviennent plus cher en frais de gestion qu’une sicav gérée passivement et dont le seul but est de reproduire au plus près les performances d’un indice. Ainsi, KBC Equity Europe, qui est gérée activement, demande 1,15 % de frais annuels. Par contre, KBC Index Europe, qui est gérée passivement, ne demande que 0,60 % ;
On reconnaît généralement une sicav d’indice (= gérée passivement) à son appellation (« index ») et au fait qu’elle est moins gourmande en frais.
– il y a aussi des sicav pour lesquelles il n’y a apparemment pas de frais de gestion. Ce sont les fameux fonds de fonds (ou sicav de sicav), dont la particularité est qu’ils investissement eux aussi en fonds (ou en sicav). Mais ces derniers (ou ces dernières) comptent des frais, eux (elles). Que vous payez, mais indirectement.

Autres frais annuels
· A côté de ces frais de gestion, il y a encore d’autres frais annuels comme les frais administratifs et juridiques, les frais de contrôle et de comptabilité, les frais de transaction et de publication.
· Etonné ? C’est normal, ces frais n’apparaissent pas sur vos extraits de compte. C’est regrettable. Ils sont directement retranchés de la valeur d’inventaire de votre sicav.
Il ne vous reste plus qu’à éplucher les prospectus (simplifiés) et les rapports annuels. Ces deux documents sont disponibles chez l’émetteur et le distributeur de votre sicav. Le premier donne une estimation des frais, le second leur détail. Mais la recherche est souvent fastidieuse.
· Heureusement, il y a du neuf. Pour la fin de l’année au plus tard, la plupart des sicav seront tenues de publier leur “ratio de frais totaux” (en anglais “total expense ratio” ou TER), qui reprend quasiment tous les frais et permet une comparaison digne de ce nom.
· Ce n’est toujours pas tout : il y a encore ce que l’on appelle le droit de garde annuel. Lorsque vous achetez des parts de sicav, il faut bien les consigner quelque part, en l’occurrence sur un compte-titres. Sauf pour leurs propres sicav, la plupart des banques vous demandent un droit de garde annuel, forfaitaire, variable ou les deux. Certaines banques, comme la Deutsche Bank, Keytrade Bank ou Rabobank.be, ne demandent rien.

LE MONTANT DES FRAIS ANNUELS PESE PLUS OU MOINS SUR VOTRE RENDEMENT

Frais

1 000 euros deviennent après (x) années :

annuels

1 an

5 ans

10 ans

15 ans

20 ans

0%

1 070

1 403

1 967

2 759

3 870

0,5%

1 065

1 370

1 877

2 572

3 524

1%

1 060

1 338

1 791

2 397

3 207

1,5%

1 055

1 307

1 708

2 232

2 918

2%

1 050

1 276

1 629

2 079

2 653

2,5%

1 045

1 246

1 553

1 935

2 412

3%

1 040

1 217

1 480

1 801

2 191

3,5%

1 035

1 188

1 411

1 675

1 990

Nous avons procédé à une simulation qui vous permet de mesurer l’impact d’une hausse des frais récurrents sur le rendement de votre sicav. Nous avons pris comme exemple un investissement de départ de 1 000 euros et un rendement annuel de 7 %.
Comme vous pouvez le voir, en l’absence de frais, votre capital de départ est passé après 10 ans à 1 967 euros. Il a donc quasiment doublé. Avec des frais annuels de 3 %, il ne reste déjà plus que 1 480 euros, ce qui réduit votre plus-value de 50 % !
Evidemment, la ponction est d’autant plus grande que la durée de votre investissement est longue, que votre rendement est élevé et que les frais augmentent. A ne pas négliger donc.

Pour résumer
· N’en déduisez pas maintenant qu’il faille sélectionner vos sicav uniquement sur la base de leurs frais. Le plus important, c’est votre profil d’investisseur (horizon de placement, attitude face au risque, portefeuille global), les perspectives d’avenir de vos sicav et ensuite seulement les frais qu’elles comptent.
· En ce qui concerne ceux-ci, sachez que ce sont les frais récurrents qui pèsent le plus lourd, surtout au fil des années. Plus ces frais sont élevés, plus il est difficile pour votre sicav de faire aussi bien (et a fortiori mieux) que les autres.
· Tenez compte de l’ensemble des frais (dont rend compte le TER), comparez ce qui est comparable (des sicav de la même catégorie). Une sicav asiatique est toujours plus gourmande en frais qu’une sicav obligataire en euros. C’est à l’intérieur des catégories qu’il faut comparer. Il y a parfois de grosses différences.
· La concurrence sur le marché des sicav est telle qu’il y a souvent moyen de trouver des conditions intéressantes. Négociez, en commençant par les frais d’entrée. Le chiffre qu’on vous donne est un maximum, pas un minimum. On ne vous écoute pas ? Allez chez Keytrade Bank ou à la Deutsche Bank. D’autant que ces « casseurs de prix » réduisent aussi les frais de garde à leur plus simple expression.

EVOLUTION DE KBC INDEX WORLD (en gras)
ET DE KBC EQUITY WORLD DEPUIS 2000 (base = 100)

Bien que la sicav KBC Equity World, qui est gérée activement, compte deux fois plus de frais que KBC Index World (en gras), son résultat n'est pas meilleur. Les études montrent que le niveau des frais n’est aucunement lié à la qualité de la gestion.

Partagez cet article