Analyse
Brut = net = confort ? il y a 12 ans - jeudi 15 septembre 2005

Le nouveau fond de placement obligataire de Fortis, baptisé Fortis Comfort Bond Fund, a suscité pas mal de réactions avec le slogan “coupon brut  = coupon net”. Attention aux phrases !

Alors que les obligations ne rapportent plus que 2,58 % brut sur une durée de 5 ans, il est normal que beaucoup d’investisseurs fassent la chasse au rendement. On comprend donc que trouver de nos jours un produit obligataire  qui donne un rendement brut = net qui offre un premier dividende de 3,5 % en séduise plus d’un.
Notez qu’il ne s’agit pas d’un produit assorti d’une protection du capital, contrairement à ce que croient certains.

1. Brut = net
· Effectivement, le rendement brut de ce produit est égal à son rendement net. Vous économisez donc 15 % de précompte (sur certains placements, le précompte est même de 25 %). C’est sans doute son plus bel atout. Y a-t-il un truc ?
· Comme il ne s’agit pas, au sens juridique du terme, d’une sicav (= société d’investissement à capital variable), mais d’un fond commun de placement, il y a transparence fiscale. Concrètement, cela signifie que les rentrées de ce fond sont soumises à la même réglementation que les épargnants qui en bénéficient. En Belgique, cela veut dire 15 % de précompte pour les obligations et 25 % pour les actions. C’est donc un désavantage, et il est important. Mais comme il n’investit qu’en parts de capitalisation de sicav, Fortis Comfort Bond Fund ne touche ni dividendes, ni intérêts, mais des plus-values qui, en Belgique, échappent au précompte. Donc, lorsque ce fond de placement vend une partie de son portefeuille pour payer un dividende à ses déposants, il n’y a pas d’impôt.
· Si vous préférez les parts de capitalisation, c’est encore plus simple : vous êtes vous-même exonéré de précompte.

2. Politique de dividende originale
· Le but de ce produit est d’attribuer chaque année à ses déposants un dividende correspondant au moins au taux des obligations d’Etat sur 5 ans. Fin août, ce taux était de 2,58 % brut. Ce qui a plu à nos lecteurs, c’est le niveau du premier dividende – savamment mis en avant dans le réseau d’agences  de Fortis Banque –, à savoir 3,5 % de la valeur d’inventaire au lancement de ce fond (100 EUR). Concrètement, cela donne (paiement le 20 novembre 2006) 3,5 EUR par part.
La générosité de ce dividende est due pour une bonne part au fait qu’il porte sur une durée de 15 mois et non de 12. Ramené sur base annuelle, il n’est plus que de 2,8 %.
Beaucoup parmi nos lecteurs rêvent tout éveillés et croient qu’ils vont toucher ce dividende chaque année. Et bien non ! Les dividendes suivants seront plus proches des taux en vigueur en ce moment.
· L’originalité de ce produit réside dans la transparence de sa politique de dividende. Le montant du prochain dividende est fixé quelque 16 mois à l’avance. A notre avis, ce n’est pas sans danger pour l’investisseur. Si les gestionnaires du fond n’arrivent pas à dégager un rendement suffisamment élevé pour payer le dividende annoncé, ils devront vendre un nombre plus grand de parts des sicav sous-jacentes. Ce serait au détriment de la valeur d’inventaire.

Portefeuille et frais
· Fortis Comfort Bond Fund n’investit pas seulement en sicav maison (environ 30 % du portefeuille), mais aussi et même surtout en sicav d’autres institutions comme le Crédit Agricole, ING, Petercam et Pictet. Un tiers du portefeuille est même constitué de sicav alternatives (à effet de levier). Cela donne un portefeuille très largement diversifié.
· Comme il s’agit d’un fond investissant en sicav, la structure de coûts de ce produit est plus lourde. Les sicav dans lesquelles il investit comptent elles aussi des frais d’entrée et de gestion (à un tarif moins élevé que celui que paie monsieur Tout-le-monde) et ces frais s’ajoutent à ceux que doivent payer les déposants, soit maximum 2,5 % de frais d’entrée et 0,75 % de frais de gestion annuels. A notre avis, l’addition est telle que l’avantage que constitue le “brut = net” de ce produit est réduit à néant pour celui qui cherche avant tout un « confortable » rendement annuel. Nous vous conseillons donc d’attendre, avant de vous intéresser à ce produit, que ses gestionnaires aient réussi à faire rimer double structure de coûts et portefeuille complexe avec rendement et dividende « confortables ».

Partagez cet article