Analyse
Les Bourses et l'euro gardent la forme il y a 12 ans - jeudi 15 septembre 2005

La plupart des sicav d’actions ont encore progressé en juillet et en août. Par contre, de nombreuses sicav obligataires ont subi la loi de l’euro, qui a pesé sur beaucoup de devises.

· Malgré la hausse des prix pétroliers, les amateurs de sicav d’actions ont toutes les raisons d’être satisfaits : dans l’ensemble, les marchés boursiers ont gagné 3,6 % cet été et en Europe on en est même à + 5,2 % en moyenne ! Les meilleures prestations sont le fait des sicav investissant en Europe de l’Est: + 16,6 % en moyenne. Ceux qui ont suivi nos conseils ont aussi bénéficié du rally de la Bourse d’Istanbul (+ 12,7 %). Il est temps de prendre son bénéfice (voir "Rapide bénéfice à la turque").
· Juillet et août ont aussi été de bons mois pour les amateurs de sicav obligataires, mais… avant change en euros ! La demande persistante en placements à revenus fixes a fait monter les cours des obligations. Les sicav qui investissent en emprunts en euros ont progressé jusqu'à 1,9 %, mais on ne peut ignorer ce qui se passe sur le marché des changes , où la force de l’euro pèse de tout son poids sur les cours des devises étrangères. Le dollar, qui avait progressé au 1er semestre, a perdu 1,6 % cet été et les sicav d’obligations en dollars ont vu leur valeur d’inventaire, après change en euros, baisser de 1,3 %. Idem pour la livre sterling : les sicav concernées ont vu leur valeur baisser de 0,6 %.

EVOLUTION DE L'EURO (en dollar américain)

Le dollar n’était pas en forme cet été, ce qui se traduit par une érosion des performances des sicav d’actions et d’obligations américaines. Mais ils ne sont pas les seuls à souffrir: les amateurs de sicav d’actions et d’obligations internationales sont dans le même bateau, une grande partie de leur portefeuille étant aussi investie en dollars.

LES MARCHES BOURSIERS EN JUILLET ET AOÛT 2005

Bourse

Evolution (1) sur

1 mois

2 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

-1.6%

1.5%

20.6%

Athènes (ASE)

-1.2%

5.6%

39.6%

Bruxelles (BEL 20)

-0.1%

3.6%

26.0%

Francfort (DAX 30)

-1.2%

5.3%

24.3%

Hong Kong (Hang Seng)

-1.1%

3.3%

15.0%

Lisbonne (PSI 20)

2.9%

4.1%

9.9%

Londres (FTSE 100)

1.2%

2.3%

17.4%

Madrid (IBEX 35)

-1.1%

2.3%

27.2%

Milan (MIB 30)

-0.4%

3.6%

23.8%

Nasdaq Composite

-2.7%

3.0%

15.7%

New York (S&P 500)

-2.4%

0.8%

9.2%

Paris (CAC 40)

-1.2%

4.0%

22.4%

Stockholm (OMX)

-0.8%

4.6%

21.2%

Sydney (ASX - AORD)

-0.9%

1.2%

30.3%

Tokyo (NIKKEI 225)

3.9%

5.2%

9.3%

Toronto (S&P/TSX Composite)

4.3%

9.3%

39.6%

Zurich (SMI)

-0.4%

4.4%

19.7%

(1) en %, après conversion en euro, fin août 2005

Tout monte
· Les sicav d’actions internationales reprises dans nos tableaux ont gagné entre 0,6 et 4,6 %. La sicav éthique Triodos Values International Equities est la lanterne rouge du lot, un sort que ses gestionnaires expliquent par les mauvaises performances de la sicav verte Triodos Groenfonds (+ 0,4 %) qu’elle a en portefeuille, tout comme les actions américaines 3M (- 3,1 %), Fannie Mae (- 14 %) et Dell (- 11,2 %), dont les prestations sont loin d’être bonnes. Il en va tout autrement pour Rolinco (Robeco Banque, *, + 4,4 %), grâce au conglomérat japonais Mitsubishi (+ 18,3 %), à l’assureur T&D Holdings (+ 18,6 %) et aux raffineries Valero (+ 32,5 %) et OMV (+ 22,6 %), qui ont tiré la valeur de son portefeuille vers le haut. PAM Equities World (Petercam, *, + 4,2 %) fait à peine moins bien. Comme on le voit, ce sont les décisions des gestionnaires qui font la différence : l’Europe plutôt que les Etats-Unis, le secteur énergétique et l’art d’isoler de bonnes valeurs comme Finansbank (+ 17 %) ou Grupo Ferrovial (+ 17,6 %).
· On trouve dans cette catégorie une grande variété de sicav. Certaines sont à peine exposées aux risques de change, d’autres le sont davantage; certaines sont bien réparties géographiquement, d’autres excluent l’Asie. Si vous cherchez un placement bien diversifié, optez pour les canards sauvages Aphilion Q² Equities (Aphilion) et Contrarian Equities@Work (Capital@Work, *****). La première parvient à dégager de bonnes prestations avec régularité, la seconde privilégie les actions qui, aux yeux de ses gestionnaires, sont indûment négligées par les investisseurs.

L’Europe se distingue
· Plus près de nous, les sicav d’actions européennes n’ont pas à rougir de leurs performances, que du contraire. Les hausses vont jusqu’à 7,6 % et ce sont à nouveau les sicav misant sur les petites valeurs, les fameuses “small caps”, qui se sont distinguées. Esprit Small Cap Europe (Banque Degroof, ****, + 7,6 %) mise résolument, elle, sur le secteur pétrolier avec des noms comme Dana Petroleum (+ 39,6 %), Ocean Rig (+ 45,5 %) et Premier Oil (+ 16,2 %). Sur base annuelle, la sicav affiche aussi une très belle progression de 42,3 %. SGAM Equities Europe A (*, + 2,4 %) n’a pu suivre : le géant britannique de la pharmacie GlaxoSmithKline (- 2,1 %) et les Espagnols de Telefónica (- 1,2 %) n'ont pas soutenu sa valeur d’inventaire.
· Vous pouvez encore acheter des parts de sicav de ce type. Fidelity European Growth A (distribuée par Deutsche Bank, ****) mérite plus que jamais votre confiance.

ESPRIT SMALL CAP EUROPE (en gras) ET LA MOYENNE DES BOURSES EUROPENNES (2000 = base 100)

Les (plus) petites valeurs, qui sont la spécialité de cette sicav de la banque Degroof, ont bien travaillé ces dernières années surtout. Uniquement pour ceux qui veulent un supplément de diversification de leur portefeuille.

LES SECTEURS EN JUILLET ET AOÛT 2005

Evolution (1) sur

1 mois

2 mois

12 mois

En Europe

Secteur financier

-0.3%

3.8%

29.3%

Secteur pharmaceutique

-0.4%

2.9%

17.3%

Secteur télécom

0.0%

4.1%

20.4%

Secteur technologique

-1.4%

1.8%

23.7%

Secteur de la consommation

0.5%

4.0%

21.7%

Secteur de la distribution

0.2%

1.6%

15.9%

Sociétés d'utilité publique

2.6%

3.8%

35.5%

Dans le monde

Secteur financier

-0.5%

2.5%

18.8%

Secteur pharmaceutique

-0.8%

2.2%

9.7%

Secteur télécom

-1.3%

2.4%

16.9%

Secteur technologique

-1.2%

3.2%

16.0%

Secteur de la consommation

-0.3%

2.5%

15.8%

Secteur de la distribution

-5.1%

0.5%

11.0%

Sociétés d'utilité publique

1.0%

3.2%

32.9%

(1) en %, après conversion en euro, fin août 2005

L’Asie en retrait
· Alors que les sicav spécialisées dans les pays émergents d’Amérique latine (+ 10,5 % en moyenne) et d’Europe de l’Est (+ 16,6 %) affichent une insolente santé, l’Asie, elle, demeure en retrait (+ 1 % seulement). PAM (L) Equities Asian Growth (*, - 5,3 %) a une fois de plus été malmenée et son écart par rapport au peloton se creuse encore. Les gestionnaires de cette sicav sont encore les seuls à croire aux vertus de la Bourse indonésienne, laquelle a perdu plus de 11 % cet été. C’est impossible à compenser. Si Axa Rosenberg Pacific Ex-Japan Small Cap Alpha (+ 3,7 %) est parvenue à faire mieux que les autres, c’est grâce au poids dans son portefeuille de valeurs… australiennes comme Caltex Australia (+ 5,9 %), Oil Search (+ 14,7 %) et SIMS Group (+ 14,3 %).
· Nous continuons pourtant à penser que c’est l’Asie qui offre la meilleure diversification parmi les continents émergents. Les risques y sont moins élevés qu’en Amérique latine et en Europe de l’Est – mais tout est relatif – et le potentiel est réel. Notre préférence va Axa Rosenberg Pacific Ex-Japan Small Cap Alpha et à la sicav gérée plus traditionnellement ING (L) Invest New Asia (**).

Bruxelles en forme
· Les sicav d’actions belges reprises dans nos tableaux ont gagné entre 1,8 et 6,1 %. La moyenne est de 4,2 %. Ces bons chiffres sont dus en partie à l’offre publique lancée par Suez sur Electrabel. Ce poids lourd de la Bourse de Bruxelles a progressé de 14,2 % cet été et a tiré tout le marché derrière lui. D’un autre côté, les meilleures et les pires prestations des mois derniers sont le fait de sicav spécialisées en… actions flamandes ! Vlam-21 (Banque Corluy, *, + 1,8 %) n’a pu suivre le mouvement à cause de l’essoufflement d’Agfa-Gevaert (- 7,7 %), de Colruyt (- 4,2 %) et de Telindus (- 4,6 %). KBC Equity Flanders (*, + 6,1 %) par contre a profité de la santé d’Umicore (+ 16,4 %), d’Omega Pharma (+ 9,5 %) et de Bekaert (+ 8,2 %).
· Sur un an, la Bourse de Bruxelles peut se targuer d’avoir fait bien du chemin (+ 36,1 %). Vous pouvez acheter Osiris Equities Belgian High Yield (Banque Degroof, *****, + 4,7 %).

EVOLUTION DE KBC EQUITY FLANDERS (en gras) ET DE LA BOURSE DE BRUXELLES DEPUIS 2000 (base = 100)

Cette sicav spécialisée en actions flamandes a fait moins bien, ces dernières années, que la Bourse de Bruxelles. Heureusement notre petit pays compte suffisamment de sicav qui, sur une longue période, font aussi bien que la Bourse dans son ensemble pour ne pas se faire trop de soucis. Optez pour Osiris Equities Belgian High Yield.

Vers le plancher ?
· Cet été, la baisse des taux obligataires s'est poursuivie dans la zone euro. Si c’est une mauvaise nouvelle pour les amateurs de comptes d’épargne, cela fait le bonheur des investisseurs en sicav d'obligations puisque toute baisse des taux va de pair avec une hausse des cours des obligations et donc des sicav qui les détiennent.
· Les sicav d'obligations en euros à moyen terme se sont ainsi appréciées de 0,5 % au cours des deux derniers mois, celles en euros à long terme grappillant même 1,1 %. C’est normal : l'impact d'un mouvement des taux d’intérêt est plus important lorsque la durée moyenne des obligations détenues en portefeuille est plus élevée. Cela se vérifie même au sein de la catégorie des obligations à long terme. KBC Renta Long EUR (CBC-KBC) ne s'est appréciée que de 0,6 % alors que Fortis L Bond Long Euro a progressé de plus du triple (1,9 %). Explication: la durée moyenne des obligations est de 7,5 ans pour la première et de 11 ans pour la seconde.
· Attention toutefois au retour du balancier. Nous ne pensons pas que le mouvement de baisse des taux puisse se poursuivre encore longtemps. Leur remontée provoquera des soubresauts dans les sicav obligataires. De plus, si les taux restent peu élevé, cela finira par se répercuter sur le rendement des sicav. Une fois les plus-values engrangées, il faudra bien se satisfaire du rendement plus faible des emprunts disponibles sur le marché.
· Vous pouvez continuer à investir en sicav d'obligations en euros, mais de façon limitée. Notre préférence va aux sicav investissant en emprunts "corporate" (= emprunts de sociétés). Leur rendement est plus élevé que celui des obligations d'Etat pour un risque un peu plus élevé mais acceptable. Nous vous conseillons PAM (L) Bonds EUR Quality (Petercam, ***). Si vous êtes client dans une des banques suivantes, vous pouvez aussi acheter Fortis L Bond Corporate Euro (***) ou Dexia Invest European Corporates Bonds(***).

La livre baisse…
· Les sicav d'obligations en livres sterling ont perdu 0,6 % en moyenne ces deux derniers mois. Les taux obligataires ont pourtant baissé, ce qui a entraîné une appréciation de la valeur d'inventaire de ces sicav. Mais pour l'investisseur belge, ce qui compte, c'est le rendement après change en euros. Or, la livre sterling a perdu cet été 1,2 % par rapport à l'euro.
· Voyez la récente baisse de la devise britannique, qui est correctement évaluée, comme une occasion d’acheter. Nous renforçons même le poids de ces sicav dans nos portefeuilles défensifs (voir "Stratégie "). Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est le supplément de rendement de ces obligations (au moins 1 % de plus qu’en euros, selon les durées). Nous vous conseillons KBC Renta Sterlingrenta (CBC-KBC, **).

EVOLUTION DE KBC RENTA STERLING RENTA
(en livres sterling)

Des taux plus élevés que chez nous et une devise correctement évaluée rendent les sicav obligataires en livres sterling intéressantes à acheter. La sicav de CBC-KBC recueille nos suffrages.

… le dollar aussi
· Hormis les sicav d'obligations en dollars canadiens, qui se sont appréciées de 2,1 % grâce surtout à l'appréciation de la devise (+ 1,5 %), toutes les autres sicav obligataires investissant dans la zone dollar se sont dépréciées.
· La baisse la plus marquante est à mettre à l'actif des sicav d'obligations en dollars australiens, qui ont perdu 1,8 % en moyenne. Pourtant, ce n’est pas trop mal ! En effet, la devise australienne a perdu 3 %. Voyez-y une opportunité pour investir. Vous profiterez en outre de taux plus élevés que chez nous.
· Les sicav d'obligations en dollars américains ont quant à elles perdu 1,3 % en moyenne, surtout du fait de la baisse du dollar américain (- 1,6 %). A son niveau actuel, le billet vert est toujours sous-évalué par rapport à l'euro. Ajoutez-y le fait que les obligations américaines offrent des rendements plus élevés que chez nous et vous avez toutes les raisons qui justifient nos conseils d'achat. A choisir, nous préférons les sicav Dewaay American Bonds (HSBC Dewaay, ***) et ING (L) Renta Fund Dollar (***) dont les gestionnaires obtiennent régulièrement de bons résultats.

LES DEVISES EN JUILLET ET AOÛT 2005

Code
ISO

Devise

Cours (1)
(en euro)

Evolution (2)

Persp. (3)

2 mois

1 an

1 an

LT

DKK

Couronne danoise

0,1341

-0.1%

-0.3%

=

=

SEK

Couronne suédoise

0,1071

1.2%

-2.2%

+

++

NOK

Couronne norvégienne

0,1273

0.7%

6.8%

-

--

CHF

Franc suisse

0,6461

0.2%

-0.4%

=

+

GBP

Livre sterling

1,4624

-1.2%

-1.2%

=

-

USD

Dollar américain

0,8131

-1.6%

-1.2%

+

=

CAD

Dollar canadien

0,6844

1.5%

9.6%

+

=

AUD

Dollar australien

0,6108

-3.0%

5.1%

+

-

NZD

Dollar néo-zélandais

0,5630

-2.0%

4.3%

-

--

JPY

Yen japonais (100)

0,7316

-1.8%

-2.4%

=

++

(1) fin août 2005 ; p.ex. 1 USD vaut x euros; (2) en %, par rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à long terme

Sicav mixtes
Les sicav mixtes neutres ont en moyenne progressé de 1,7 % au cours des deux derniers mois. Sivek Global Medium (CBC-KBC, **), que nous conseillons régulièrement à l'achat, s'est pour sa part appréciée de 1,5 %. Ses gestionnaires ont investi un peu plus de la moitié de leur portefeuille en actions, 35 % en obligations et 5 % dans l'immobilier pour ne conserver qu’un petit 10 % en cash. La politique de gestion de cette sicav a été revue récemment. C'est ainsi que pour la composante obligataire de son portefeuille, les gestionnaires n'investissent plus directement dans des obligations individuelles mais… dans d'autres sicav obligataires, bien évidemment gérées par CBC-KBC. Par contre, ils continuent à investir directement en actions.
· Ce changement de politique n'implique pas de changement dans nos conseils. D'autant que les frais devraient rester stables. En effet, CBC-KBC ne prélèvera plus de frais de gestion sur la partie du portefeuille qui est investie dans d'autres sicav, ceci afin d'éviter de compter deux fois ces frais de gestion – une fois pour Sivek, une fois pour les sicav sous-jacentes. Par contre, Sivek continuera à prélever des frais de gestion sur sa partie « actions ».
· Cette sicav reste intéressante pour ceux qui ne souhaitent pas se composer eux-mêmes un portefeuille de sicav spécialisées. Dans le même registre, Isis Global Assets Equity Medium (Banque Degroof, **) et Portfolio MM 50 (Banque J. Van Breda, **) sont aussi dignes d'intérêt.
· Selon votre profil de risque et votre horizon de placement, vous pouvez aussi opter pour des sicav mixtes plus ou moins risquées, ceci en fonction du poids respectif qu'elles accordent aux actions et aux obligations. Si vous souhaitez prendre un risque limité, optez pour une sicav mixte défensive composée essentiellement d'obligations. A l'inverse, si le risque ne vous effraie pas, optez pour une sicav mixte dynamique, avec davantage d'actions en portefeuille.

EVOLUTION DE SIVEK GLOBAL MEDIUM (en euros)

Pour diversifier en une fois votre portefeuille, vous pouvez opter pour une sicav mixte qui combine les placements en actions et en obligations au niveau mondial. La sicav de CBC-KBC dégage régulièrement de bonnes prestations.

Partagez cet article