Analyse
L'optimisme reste de mise il y a 11 ans - jeudi 13 octobre 2005

Les marchés boursiers ont poursuivi leur ascension en septembre. Les sicav d’actions aussi. Par contre, la remontée des taux d’intérêt pèse sur les marchés obligataires.

· Hormis les sicav investissant dans le secteur de la distribution, les sicav d'actions reprises dans nos tableaux ont toutes affiché de beaux résultats en septembre grâce aux bonnes prestations des marchés boursiers. De bonnes prestations soutenues notamment par les résultats, jugés encourageants, que les sociétés ont publiés à la fin du premier semestre.
Sur le mois, les sicav d'actions mondiales ont gagné 4,5 % en moyenne, les sicav d'actions européennes et belges 4,2 %.
Les pays émergents ne sont pas de reste. La palme de la meilleure progression revient aux sicav investissant en Amérique latine (+ 17,8 % en moyenne). Les sicav d'actions asiatiques ont quant à elles progressé de 6,7 % en moyenne (détails dans la rubrique ad hoc).
N’oublions pas de mentionner la très bonne tenue des sicav d'actions australiennes : + 9,7 % en moyenne (nous y revenons aussi plus loin).
· Pour les sicav obligataires, le bilan est mi-figue mi-raisin. Les taux d’intérêt ont légèrement remonté un peu partout dans le monde, ce qui a pesé sur le cours des obligations et donc sur ceux des sicav.
Pour les sicav en couronnes suédoises et en livres sterling, le résultat est légèrement négatif. Pour les sicav d'obligations en euros, les dégâts se limitent à un peu reluisant sur place. Les nouvelles sont un peu meilleures du côté des sicav en dollars. La progression du billet vert et de ses devises satellites par rapport à l'euro a largement compensé les reculs en devises locales. Le dollar canadien a ainsi gagné 4,4 %, le dollar américain 2 % et le dollar australien 3,7 %.

LES MARCHES BOURSIERS EN SEPTEMBRE 2005

Bourse

Evolution (1) sur

1 mois

3 mois

12 mois

Amsterdam (AEX)

3.4%

5.0%

24.4%

Athènes (ASE)

4.7%

10.5%

45.3%

Bruxelles (BEL 20)

3.3%

6.9%

23.6%

Francfort (DAX 30)

4.4%

10.0%

26.2%

Hong Kong (Hang Seng)

5.8%

9.3%

21.8%

Lisbonne (PSI 20)

3.5%

7.7%

9.9%

Londres (FTSE 100)

3.8%

6.2%

20.7%

Madrid (IBEX 35)

8.0%

10.5%

34.7%

Milan (MIB 30)

4.4%

8.1%

25.2%

Nasdaq Composite

2.0%

5.0%

16.9%

New York (S&P 500)

2.7%

3.6%

13.6%

Paris (CAC 40)

4.6%

8.8%

26.4%

Stockholm (OMX)

5.7%

10.6%

23.2%

Sydney (ASX - AORD)

7.9%

9.2%

35.7%

Tokyo (NIKKEI 225)

9.4%

15.0%

25.6%

Toronto (S&P/TSX Composite)

7.8%

17.8%

42.7%

Zurich (SMI)

5.4%

10.1%

26.0%

(1) en %, après conversion en euro, fin septembre 2005

Pays émergents
· Ce sont donc les sicav d'actions investissant en Amérique latine qui ont le mieux progressé en septembre (+ 17,8 % en moyenne). Les actions brésiliennes en particulier (= en général près de la moitié du portefeuille de ces sicav) ont poussé les rendements vers le haut grâce à un bond de 21,5 % en moyenne. Mais nous vous conseillons de vous abstenir, le risque est trop élevé.
· Préférez les sicav d'actions asiatiques (voir Miser sur l'Asie ) qui, le mois dernier, ont en moyenne progressé de 6,7 %. Vous pouvez acheter ING (L) Invest New Asia (**) et Axa Rosenberg Pacific Ex-Japan Small Cap (*****).
· Un petit mot encore sur les sicav d'actions turques. EMIF Turkey (CBC-KBC) et Fortis L Equity Turkey ont toutes deux progressé de 10 % (encore) le mois dernier. Si ce n'est déjà fait, il est temps de prendre votre (confortable) bénéfice. Nous avions conseillé d’acheter ces sicav il y a quelques mois. Aujourd’hui, il faut moissonner. Quelques nuages pourraient en effet venir assombrir le ciel turc. L'ouverture des négociations avec l’Union européenne est une bonne nouvelle, mais le chemin sera long et ardu. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis pourrait amener de nombreux investisseurs à miser davantage sur le dollar et moins sur la Turquie, ce qui provoquerait une baisse des actions et de la devise.

EVOLUTION DE EMIF TURKEY (en USD)

Si vous avez tenté votre chance sur la Bourse turque, comme nous vous l’avons conseillé il y a quelques mois, il est temps, si ce n’est pas déjà fait, de prendre votre bénéfice. La Bourse turque a fort monté ces derniers mois, mais cela pourrait ne pas durer. Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

 

Actions belges
· Les sicav d'actions belges ont en septembre progressé de 4,2 % en moyenne. KBC Equity Flanders (CBC-KBC, *) a fait mieux : + 5,9 %. Un bon résultat que ses gestionnaires attribuent à la bonne tenue des petites valeurs présentes dans leur portefeuille. Telindus (informatique) par exemple a gagné… 45 % après l'offre de rachat lancée par Belgacom. Van de Velde (lingerie) a connu aussi une forte progression (+ 15 %). Hélas, les gestionnaires de cette sicav ne parviennent pas à dégager de bons résultats réguliers à long terme. N'achetez pas.
· Vous pouvez encore investir en sicav d'actions belges. La Bourse de Bruxelles a bien progressé ces derniers temps. Elle est maintenant correctement évaluée. Notre préférence va à la sicav de la Banque Degroof (que vous pouvez en principe acheter au guichet de votre banque habituelle) Osiris Equities Belgian High Yield (*****). Ses gestionnaires investissent dans des sociétés offrant un rendement sur dividende élevé. Une stratégie qui a porté ses fruits jusqu’ici.

EVOLUTION DE OSIRIS EQUITIES BELGIAN HIGH YIELD (gras) ET DE LA BOURSE BELGE (2000 = base 100)

La sicav gérée par la Banque Degroof enregistre régulièrement de meilleurs résultats que son indice de référence. La Bourse de Bruxelles est correctement évaluée. Vous pouvez encore acheter.

Tel un kangourou
· La valeur des sicav d'actions australiennes a littéralement bondi le mois dernier: + 9,7 % en moyenne. Une excellente performance due à la Bourse de Sydney, mais aussi à la devise, qui a gagné 3,7 % par rapport à l'euro.
Dexia Equities L Australia (***) termine une fois de plus en tête avec + 10,1 %. De façon générale, les actions australiennes ont profité de la publication par les sociétés de bons résultats semestriels. Mais il y a aussi la bonne tenue du marché des matières premières, très important pour des pans entiers de l'économie australienne (qui exporte beaucoup de matières premières). Les investissements de la sicav de Dexia en actions de sociétés du secteur des matières premières (et de l’énergie) comme BHP Billiton (+ 13 %), Rio Tinto (+ 22 %) ou encore Woodside Petroleum (+ 13 %) ont donc porté leurs fruits. Ses gestionnaires investissent aussi dans le secteur financier (environ 30 % du portefeuille), notamment dans Macquarie Bank, laquelle s'est appréciée de 24 % après que ses dirigeants aient revu à la hausse, pour la… sixième fois en un an, leurs perspectives bénéficiaires.
· La Bourse de Sydney est et reste encore bon marché. Mais, petit bémol, la croissance économique pourrait être freinée dans les prochains mois par le ralentissement du marché immobilier, lequel pèserait à son tour sur la consommation des ménages. Les exportations de matières premières pourraient aussi refluer si la croissance économique mondiale devait s'affaiblir. Pas de panique toutefois, même si nous prévoyons un taux de croissance économique moins fort cette année en Australie (2,4 % contre 3,6 en 2004), les perspectives restent bonnes à long terme. Vous pouvez encore acheter, mais dans une optique de long terme. A plus court terme, le cours des sicav concernées pourrait quelque peu fluctuer.

EVOLUTION DE DEXIA EQUITIES L AUSTRALIA (en AUD)

Les cours des sicav d'actions australiennes ont fort progressé. Si quelques remous sont prévisibles pour les prochains mois, nous restons optimistes pour le long terme, d'autant que la Bourse de Sydney reste bon marché.

Un secteur à la traîne
· Les sicav d’actions du secteur de la distribution sont quasiment les seules à avoir terminé septembre dans le rouge : en moyenne, elles ont reculé de 0,6 %. KBC Multi Track Euro Distribution (CBC-KBC, *) a même perdu 2,1 %. Cette sicav a pâti de son investissement dans le groupe de distribution néerlandais Ahold (- 13 % à cause de l'annonce de résultats décevants). Mais dans l'ensemble, c'est tout le secteur qui a souffert de la guerre des prix qui sévit tant en Europe qu'aux Etats-Unis et des craintes pour les dépenses de consommation que suscite l’envolée des prix du pétrole.
· Beaucoup d’actions du secteur de la distribution sont devenues chères et elles ne sont pas très intéressantes en termes de rapport rendement/risque. N'achetez pas. Préférez les sicav investissant dans les biens de consommation non cycliques : leurs rentrées sont plus stables car non liées à la conjoncture économique. Nous vous conseillons Fortis L Equity Consumer Goods Europe et Fortis L Equity Consumer Goods World.

LES SECTEURS EN SEPTEMBRE 2005

Evolution (1) sur

1 mois

3 mois

12 mois

En Europe

Secteur financier

5.2%

9.3%

32.7%

Secteur pharmaceutique

4.5%

7.6%

22.3%

Secteur télécom

1.3%

5.5%

19.1%

Secteur technologique

8.0%

9.9%

25.0%

Secteur de la consommation

4.4%

8.7%

28.1%

Secteur de la distribution

0.5%

2.0%

14.5%

Sociétés d'utilité publique

4.9%

8.9%

38.2%

Dans le monde

Secteur financier

6.0%

8.6%

26.4%

Secteur pharmaceutique

2.7%

4.9%

17.0%

Secteur télécom

4.4%

6.9%

21.8%

Secteur technologique

4.0%

7.4%

20.1%

Secteur de la consommation

3.6%

6.2%

23.4%

Secteur de la distribution

1.3%

1.8%

11.6%

Sociétés d'utilité publique

6.5%

9.9%

40.6%

(1) en %, après conversion en euro, fin septembre 2005

EVALUATION SECTORIELLE

Nom du secteur

Score

Sicafi

++

Finances

+

Alimentation et boissons

+

Utilité publique

+

Pharma

+

Télécoms

=

Distribution

-

Technologie

--

L’évaluation sectorielle s’attache à la valorisation et au risque des actions d’un secteur particulier. Elle fluctue entre ++ (très bon) et -- (très mauvais). En cas d’évaluation identique, les secteurs sont classés par ordre de préférence, du meilleur au moins bon.

Grâce aux devises
· Pour les détenteurs de sicav obligataires, septembre aura été un moins étrange. Les sicav investissant en euros n’ont en moyenne… rien rapporté du tout ! Un piètre résultat qui vaut à la fois pour les sicav d'obligations d’Etat et pour celles (que nous préférons en ce moment) investissant en obligations de sociétés, quelle que soit la durée des emprunts qu’elles ont en portefeuille. La seule exception est Aviva Long Term European Bonds (distribuée par la Banque J. Van Breda, + 0,7 %, **), dont les gestionnaires avancent comme explication la (petite) part qu’ils ont investie en obligations polonaises, lesquelles ont progressé du fait de la bonne tenue du zloty par rapport à l’euro (+ 2,9 %).
· En septembre, ce sont les sicav obligataires qui investissent en devises qui ont offert du rendement. C’est ce ressort qui a joué pour les sicav en dollars canadiens (CAD). Cette devise a gagné 4,4 % par rapport à l’euro. Mais comme le marché obligataire canadien a souffert autant que les autres de la remontée des taux obligataires, seules les sicav à court terme en ont bénéficié : tant ING (L) Renta Cash CAD (***) que KBC Multi Cash CAD (***) ont gagné 4,6 %.

LES DEVISES EN SEPTEMBRE 2005

Code

ISO

Devise

Cours (1)

(en euro)

Evolution (2)

Persp. (3)

1 mois

1 an

1 an

LT

DKK

Couronne danoise

0,1340

-0.1%

-0.3%

=

=

SEK

Couronne suédoise

0,1073

0.2%

-3.0%

+

++

NOK

Couronne norvégienne

0,1271

-0.1%

6.3%

-

--

CHF

Franc suisse

0,6433

-0.4%

-0.2%

=

+

GBP

Livre sterling

1,4674

0.3%

0.7%

=

-

USD

Dollar américain

0,8294

2.0%

3.0%

+

-

CAD

Dollar canadien

0,7146

4.4%

12.4%

+

=

AUD

Dollar australien

0,6334

3.7%

8.6%

+

-

NZD

Dollar néo-zélandais

0,5751

2.2%

5.7%

-

--

JPY

Yen japonais (100)

0,7318

0.0%

0.2%

+

++

(1) fin septembre 2005 ; p.ex. 1 USD vaut x euros; (2) en %, par rapport à l'euro ; (3) évolution attendue de la devise à 1 an et à long terme.

Couverture
· Les prestations des sicav d’obligations internationales vont de - 0,6 % pour Dexia Bonds International (***) à + 1,1 % pour Fortis L Bond World (***). Nos lecteurs fidèles savent à quoi est dû cet écart de performance. Les gestionnaires de la sicav de Dexia se sont couverts contre les risques de change, ce qui annule leur influence. Le dollar a monté en septembre, mais ils n’en ont tiré aucun bénéfice, contrairement à leurs collègues de Fortis.
· Les sicav d’obligations internationales sont et restent intéressantes à acheter pour qui veut d’un coup se constituer un portefeuille diversifié. Notre préférence va à PAM (L) Bonds Universalis (Petercam, ****, + 0,4 %), qui est très bien gérée.
Vous pouvez acheter la sicav PAM (L) Bonds Universalis chez Petercam, aux guichets de la plupart des banques et sur le second marché d’Euronext Bruxelles. Chez Petercam même, vous ne paierez que 1 % de frais d’entrée. Ailleurs, vous paierez plus. Si votre intermédiaire financier monte jusqu’à 3 % (le maximum autorisé), protestez !

EVOLUTION DE PAM (L) BONDS UNIVERSALIS (en euro)

La sicav de Petercam est notre meilleur choix dans la catégorie “obligations internationales”. N’achetez que si vous voulez vous constituer d’un coup un portefeuille obligataire diversifié.

 

Grand écart
· Les écarts de prestations sont importants dans la catégorie des sicav d’obligations à rendement élevé. Alors que AWF Global High Yield Bonds (Axa Banque Belgium) perd 0,9 %, Fortis L Bond Currencies High Yield gagne 2 %. Les deux portefeuilles sont totalement différents. La sicav distribuée par Axa n’investit qu’en obligations de moindre qualité, donc plus risquées, donc plus rémunératrices. Ce segment du marché ne s’est pas très bien comporté en septembre. De plus, les gestionnaires de cette sicav se sont couverts contre les fluctuations du marché des changes, bonnes ou mauvaises. De ce fait, la hausse du dollar (alors que celui-ci représente 85 % du portefeuille) n’a rien apporté.
Les détenteurs de Fortis L Bond Currencies High Yield ont le sourire, eux. Cette sicav investit le gros de son portefeuille en obligations en devises étrangères. Or, on l’a vu, septembre a vu pas mal de devises s’apprécier par rapport à l’euro, que ce soit le peso mexicain (+ 2,3 %), le zloty polonais (+ 2,9 %) ou le rand sud-africain (+ 3,4 %).
· Nous n’achèterions pas de sicav de ce type pour le moment. Certaines devises sont trop risquées à nos yeux, certaines obligations aussi, notamment les fameux « junk bonds”. Bien sûr, tout cela donne de généreux coupons, mais le rapport rendement/risque nous paraît défavorable en ce moment.
· Nous préférons vous conseiller les sicav d’obligations en euros de sociétés de premier plan. Vous les retrouverez dans nos tableaux sous la rubrique “euro corporate”. Leur rapport rendement/risque nous semble plus intéressant. PAM (L) Bonds EUR Quality (Petercam, ***, + 0,1 %), Dexia Invest Euro Corporate Bonds (***, - 0,1 %) et Fortis L Bond Corporate Euro (***, - 0,1 %) sont intéressantes.

Plus d’actions
· Alors que les sicav mixtes défensives (= davantage d’obligations, moins d’actions) ont en moyenne gagné 1,4 % en septembre, leurs consoeurs au profil neutre (= autant d’obligations que d’actions) ont gagné 2,5 % et celles au profil agressif (= moins d’obligations, davantage d’actions) 4,1 %. Ces écarts sont bien sûr dus aux variations dans les rapports entre obligations et actions. En septembre, c’est clair, il fallait avoir davantage d’actions que d’obligations en portefeuille.
· Signalons les mauvaises performances des trois fonds mixtes « branche 23 » des Assurances Fédérales. F-Euro Defensive, F-Euro Balanced et F-Euro Dynamic n’ont gagné respectivement que 0,4, 0,5 et 0,6 % en septembre. C’est décevant, mais cela n’a rien à voir avec la qualité des gestionnaires, qui est en général très bonne. Le problème est que la valeur d’inventaire de ces fonds n’est calculée que tous les quinze jours. La dernière en date (pour nous) remonte au 22 septembre. Or, c’est après cette date que les marchés boursiers se sont fort appréciés. A long terme toutefois, cela ne fait guère de différence pour l’épargnant.
· Cette catégorie n’est intéressante que pour ceux qui ne suivent pas notre " Stratégie " et qui préfèrent se constituer d’un coup un portefeuille bien diversifié. Soyez tout de même attentif à votre horizon de placement et à votre profil de risque de manière à choisir la sicav mixte qui vous convient.

Epargne-pension
Un mot sur les fonds d’épargne-pension et, en particulier, sur les bonnes prestations de Argenta Fonds de Pension (**, + 4,4 %). Ses gestionnaires avancent deux explications: ce fonds comprend davantage d’actions que les autres (on a vu ce que cela pouvait faire comme différence après un mois de septembre généreux de ce point de vue) et l’accent y est toujours mis sur les actions belges parmi lesquelles Telindus (+ 45,5 %), Icos Vision Systems (+ 23,7 %) et Quick (+ 26,7 %) ont fait merveille en septembre. Depuis quelques années, ce fonds d’épargne-pension se positionne comme le meilleur élève de la classe.
Nous publierons le moins prochain notre revue annuelle des fonds d’épargne-pension.

Partagez cet article