Analyse
Un vaste choix dans la zone euro il y a 11 ans - jeudi 12 janvier 2006

Investir dans la zone euro se fait de plus en plus via des sicav régionales diversifiées et de moins en moins sur une base nationale.

· L’avènement de l’euro a fondamentalement changé le paysage financier dans notre pays, notamment sur le marché des fonds et des sicav. La naissance de la zone euro a aussi eu pour effet de rendre quelque peu désuètes les sicav nationales centrées sur les pays de l’Union monétaire. De ce fait, les sicav de valeurs allemandes, françaises ou italiennes cèdent petit à petit la place à des sicav régionales diversifiées. La dernière victime de cette évolution est Dexia Invest Spain qui, fin 2005, a quitté la scène pour se fondre dans une sicav méditerranéenne.
· Il ne faut pas chercher très loin les raisons de cette évolution. Les gestionnaires de sicav ont trouvé qu’il était de moins en moins intéressant d’investir dans la zone euro sur une base géographique, le risque (et donc le potentiel) monétaire ayant disparu alors même que la convergence économique et financière ne cessait de se renforcer. Sans compter les fusions transfrontalières et le fait que de plus en plus de grandes entreprises sont présentes sur plusieurs marchés. Bref, le critère national cède la place.
Il y a toutefois une exception : le maintien de sicav centrées sur le marché belge. Une bonne chose d’ailleurs puisque nous recommandons toujours cette forme de placement.

Données économiques
· La zone euro est confrontée depuis quelque temps maintenant à un retard en matière de croissance économique : 1,2 % en 2005, sans doute pas plus de 1,8 % cette année et peut-être 2 % l’an prochain. La progression est due pour l’essentiel à la forte hausse des investissements dans les entreprises.
· L’inflation est sous contrôle, elle, grâce à la vigilance de la Banque centrale européenne (BCE). Pour rappel, celle-ci a augmenté son taux directeur de 2 à 2,25 % en décembre dernier. Le message est clair : l’inflation ne passera pas ! On ne peut d’ailleurs exclure de nouvelles hausses de taux cette année, mais à notre avis tout cela restera très mesuré. Heureusement, car dans le cas contraire la confiance des ménages et des entreprises serait entamée et l’euro se renforcerait, ce qui nuirait à la capacité concurrentielle de l’Europe.

Potentiel pour l’euro
· En fait, 2005 n’a pas été une bonne année pour l’euro puisque la monnaie unique a cédé du terrain par rapport aux autres devises, surtout par rapport au dollar (- 13 %). Pourtant, c’est une bonne nouvelle pour les entreprises de la zone euro puisque cela rend leurs produits moins chers sur les marchés internationaux.
· Pour l’avenir, nous nous attendons à voir l’euro se stabiliser pour ensuite (re)monter légèrement par rapport au dollar. L’Europe entre dans un cycle de hausse (mesurée) des taux d’intérêt alors que de l’autre côté de l’Atlantique c’est déjà fait.

Sélection limitée
· Dans nos tableaux, vous trouverez une sélection de ces sicav et fonds régionaux. Les différences de performances sont fort importantes puisque cela va, pour les douze derniers mois, de + 35,4 % pour Dexia Equities B EMU Small Cap (anciennement Dexia Invest EMU Small Cap, voir par ailleurs dans ce numéro) à + 6,7 % pour Easy Fund Plan Combi 0/100 Europe + (branche 23, distribuée par Fortis) alors que l’indice concerné a progressé de 26,6 %. La prestation relativement faible de la seconde citée est due à son système de protection qui, s’il l’empêche de tomber trop bas, la freine aussi à la hausse. On trouve le même genre de protection chez Fortis L Fund Safe.
· Nous conseillons dans cette catégorie deux sicav qui ont fait leurs preuves en matière de rendement, de risque et de régularité des prestations (le nombre de leurs étoiles en témoigne). De plus, elles investissent surtout dans les actions qui offrent en ce moment le meilleur potentiel. ING (L) Invest Euro High Dividend (***, voir graphique) se concentre sur les valeurs offrant un dividende élevé comme Santander, Telecom Italia et AGF. Dexia Equities B EMU Value (***, anciennement Dexia Invest EMU Value) investit aussi en actions de sociétés offrant un beau rendement de dividende, comme BNP Paribas et les groupes énergétiques Total et Royal Dutch. Vous pouvez acheter.

Investir dans la zone euro, c’est aussi…
1. investir dans la deuxième plus grande puissance économique du monde après les Etats-Unis ;
2. miser surtout sur les marchés boursiers français, allemand, italien et espagnol ;
3. croire dans la plupart des cas au potentiel d'actions de valeur dans les secteurs de la banque (Santander, BNP Paribas, ING), de l’énergie (Total, ENI) et de l’utilité publique (Suez, E.ON).

EVOLUTION ING (L) INVEST EURO HIGH DIVIDEND (gras) ET MARCHE DE LA ZONE EURO (2000 = base 100)

La sicav d’ING est une des rares à avoir fait mieux que son indice de référence depuis 2000. Cette prestation s’est aussi accompagnée d’un risque un peu moindre. Nous continuons à croire en la stratégie de cette sicav (actions à dividende élevé).

Partagez cet article