Analyse
Vague de spéculation inédite sur les matières premières il y a 11 ans - jeudi 9 mars 2006

Les prix des matières premières ont connu une hausse sans précédent.

Les prix des matières premières ont connu une hausse sans précédent. Cela pourrait durer un temps encore, mais la visibilité est nulle et le risque à l’avenant.

L’adage boursier selon lequel dès qu’on parle d’une action il est trop tard pour l’acheter vaut aussi pour les placements en matières premières. Certes, il y a des raisons à la forte hausse du cours de certaines de ces matières premières, mais leur ampleur et le caractère général du mouvement sont suspects : c’est de la spéculation et cela fait penser à l’hystérie technologique de la fin des années nonante. Ne soyez pas le dernier à sauter dans le train.

La Chine et l’Inde
· La Chine joue un rôle essentiel dans ce phénomène. Pour maintenir son taux de croissance – 9,9 % en 2005 –, il faut bien que l’industrie chinoise achète quelque part les matières premières dont elle a besoin. Son succès repose, rappelons-le, sur l’industrie lourde et sa main-d’œuvre bon marché.
· Mais cela ne suffit pas à justifier les prix actuels. En fait, les marchés anticipent sur la persistance de la demande chinoise et sur l’émergence d’un phénomène comparable en Inde. Pourtant, l’économie de ce pays, qui est aussi en forte croissance, repose bien davantage sur la qualification de sa main-d’œuvre, également bon marché, il est vrai. Seulement voilà : pour encadrer ce développement, il faut des infrastructures. Elles n’y sont pas et les travaux nécessaires demanderont d’importantes quantités de matières premières. Ne croyez cependant pas que vous puissiez tabler sur ce potentiel : les spéculateurs ont été plus rapides que vous, les prix actuels des matières premières en tiennent déjà compte.

Accusé, levez-vous !
· Jetons un coup d’œil sur le graphique ci-dessous. La hausse actuelle de l’indice du Commodity Research Bureau, le CRB, un indice qui reprend l’évolution de 17 sortes de matières premières, est tout simplement phénoménale. Par rapport à son plancher d’octobre 2001, il a grimpé de 92,5 %. Si la demande asiatique explique en partie cette hausse, elle ne suffit pas. On peut encore expliquer partiellement l’ascension du pétrole (+188 % en USD) et du zinc (+ 209 %) par des problèmes de livraison ou de sous-investissement dans les capacités de production, mais que dire devant la hausse de l’aluminium (+ 87 %), de l’or (+ 103 %), du cuivre (+ 196 %) et du nickel (+ 227 %) alors que généralement la demande et l’offre s’équilibrent sur ces marchés, avec pour conséquence des prix relativement stables. Cette stabilité a disparu.

INDICE MONDIAL DES MATIERES PREMIERES (en USD)

Il est exceptionnel qu’un indice des matières premières se lance dans un rally de cette ampleur. Ce fut déjà le cas à la fin des années septante, lors du second choc pétrolier : les cours du pétrole et de certains produits alimentaires se sont envolés. Par la suite, il a connu des hauts et des bas. Jusque fin 2001. La demande en provenance d’Asie a tout déclenché, aujourd’hui ce sont les investisseurs et les spéculateurs qui font la loi sur ces marchés. Vouloir être de la partie, c’est spéculer, point à la ligne. Nous vous le déconseillons!

· De nouveaux acteurs ont fait leur apparition sur ces marchés. Pendant très longtemps, on n’y a vu que des professionnels qui soit achetaient physiquement ces matières premières, soit les achetaient via des produits dérivés. Même les grands investisseurs institutionnels, comme les fonds de pension ou les compagnies d’assurance, n’y mettaient pas les pieds.
Si tout a changé, c’est à cause de l’apparition d’indices rendant compte de l’évolution de ces prix, des indices suivis par des fonds de placement spécialisés. Soudain, tous ces gens se sont mis à prendre des positions. Selon Goldman Sachs, quelque 70 milliards de dollars étaient investis fin 2005 dans des indices rendant compte du prix des matières premières contre 15 milliards à peine deux ans plus tôt.
· Pourquoi ce subit intérêt ? Essentiellement pour des raisons de gestion de portefeuille. Les matières premières obéissent à d’autres lois que les actions et les obligations, si bien qu’elles apportent un supplément de diversification, ce qui réduit le risque tout en sauvegardant le rendement attendu. L’or par exemple évolue différemment du dollar : quand le billet vert descend, le métal jaune a tendance à monter. Beaucoup d’investisseurs y voient une protection de plus en ces temps incertains.

Une bulle ?
· Même si les grands investisseurs comme les fonds de placement, les fonds de pension et les “hedge funds” ne prennent que de petites positions sur le marché des matières premières (généralement moins de 5 % de leur portefeuille), ils envahissent le marché par leur nombre, un marché qui de surcroît est nettement plus petit que les classiques marchés des actions et des obligations. De plus, ils investissent essentiellement en indices, si bien que c’est l’ensemble du marché qui est ameuté par leur appétit.
· Les hausses de prix qui en résultent attirent les spéculateurs. Selon une étude de Citigroup, les positions prises par ceux-ci ont triplé au cours des deux dernières années. Ils croient que d’autres investisseurs vont tenter leur chance et faire encore monter les prix.
Le parallèle avec la bulle technologique est saisissant. Mais, une fois encore, il est bien difficile de dire quand tout cela va s’arrêter. Un bon conseil : ne vous y risquez pas.

QUELQUES INSTRUMENTS DE PLACEMENT VISANT L’ENSEMBLE DU MARCHE DES MATIERES PREMIERES

Nom

Gestionnaire

Devise

Code

Rendement (1)

1 an

3 ans

Fonds de placement

Baring Global Resources Fund

Baring

USD

IE0000931182

48,6

30,3

Carmignac Commodities

Carmignac

EUR

LU0164455502

51,5

-

DWS Invest Commodity Plus

Deutsche Bk

EUR

LU0210303920

-

-

JPM Global Natural Resources

JP Morgan

EUR

LU0208853274

49,8

-

MLIIF World Mining (2)

Merrill Lynch

USD

LU0075056555

54,7

40,4

Parvest World Resources

BNP Paribas

USD

LU0111538798

30

22,4

Trackers

DB Commodity Index Tracking Fund (3)

Deutsche Bk

USD

AMEX: DBC

-

-

Lyxor ETF Commodities CRB (4) (7)

Lyxor

EUR

FR0010270033

28,9

8,9

Certificat

AAB RICI Index (5) (6) (7)

ABN Amro

EUR

NL0000459618

21,6

-

(1) en %, annualisé, après change en euros, à fin février 2006; (2) existe aussi sous la forme de contrat d’assurance de la branche 23, WFS Gold & Mining (Winterthur); (3) coté sur l’American Exchange; (4) coté sur Euronext Paris; (5) coté sur Euronext Amsterdam; (6) ABN AMRO propose encore d’autres certificats: RICI Agricultural (NL0000451821), RICI Energy (NL0000451862), RICI Metals (NL0000451847). Tous existent aussi en version “quanto” (= avec couverture contre le risque lié au dollar); (7) rendement calculé sur celui de l’indice.

Des innovations à la chaîne
Le marché des matières premières intéresse les investisseurs comme jamais il ne l’a fait, si bien qu’il ne faut pas s’étonner de voir fleurir nombre de produits spécialisés qui tous ont pour objectif de nous séduire. Dans notre tableau, nous avons repris, à côté des sicav classiques, certains de ces placements spécialisés. On a vu apparaître récemment des trackers cotés en Bourse et des certificats. Ces instruments permettent d’investir passivement dans une large gamme de matières premières :
– le tracker de la Deutsche Bank a été lancé à la mi-janvier. Il investit en produits dérivés sur 6 matières premières différentes allant du blé à l’aluminium ;
– le tracker de Lyxor est encore plus récent (début février) et il investit dans 19 matières premières différentes ;
– ABN AMRO a préféré le certificat basé sur l’indice du gourou des matières premières Jim Rogers. Là, 35 matières premières sont concernées. C’est l’outil le plus large. ABN AMRO propose aussi un certificat couvrant le risque lié au dollar (certificat quanto).

Partagez cet article